Deux entreprises d’insertion sociale reconnues par le milieu des affaires grâce aux Prix Desjardins Entrepreneurs 2012

18 novembre 2012


Sur la photo: Des Petites-Mains: Nahid Aboumansour, Directrice Générale, Suzanne Tremblay membre du conseil d’administration, Maryam Abdali, coordonnatrice, Cristina Marziale, intervenante sociale et de la Caisse: Bernad Ndour, conseiller principal en développement stratégique

 

Nahid Aboumansour : « Aujourd’hui au lieu de bâtir avec du béton et de la brique, je bâtis avec des humains. »

Si vous avez participé au Sommet international des coopératives 2012, vous avez eu en main un sac fabriqué par l’entreprise d’insertion sociale et professionnelle Petites-Mains. Cet organisme à but non lucratif (OBNL) permet à des femmes immigrantes de prendre leur place sur le marché du travail et, par le fait même, dans leur pays d’accueil. La directrice générale et cofondatrice de Petites-Mains, Nahid Aboumansour, a une vision : pour elle l’intégration et la francisation vont de pair. Chaque année, le programme offre des cours de français à 200 personnes, un accompagnement à 700 nouveaux arrivants et une formation spécialisée à 70 femmes. Fondé en 1995, Petites-Mains compte aujourd’hui 24 employés permanents et 60 saisonniers et son chiffre d’affaires s’élève à 2,4 millions de dollars.

Une réussite qui vaut cette année à madame Aboumansour un Prix Desjardins Entrepreneurs dans la catégorie Femme d’influence. Le jury l’a choisie parmi plusieurs finalistes de taille, telles la designer Marie Saint-Pierre et les femmes d’affaires Danièle Henkel (la « dragone » de Radio-Canada) et Francine Laplante de Chenail fruits et légumes inc.

Fripe-Prix Renaissance : « Le développement durable inscrit dans notre ADN est le fleuron de notre entreprise. » – Pierre Legault

Vous avez sûrement vu à la télé les comédiens Guylaine Tremblay et Marc Labrèche donner une seconde vie aux vêtements et aux objets du quotidien en les offrant à la Fripe-Prix Renaissance. Son directeur général, Pierre Legault, a toujours cru en la possibilité d’atteindre des objectifs économiques avec un statut d’entreprise d’insertion à but non lucratif. Mission accomplie et reconnue : son organisme vient de recevoir Le Prix Desjardins Entrepreneurs dans la catégorie Développement durable. Fondé en 1994, l’OBNL a maintenant 350 employés et un chiffre d’affaires de 17 millions de dollars.

On comprend que Pierre Legault soit fier : « Nous générons une valeur ajoutée sociale, économique et environnementale. Sociale, parce que ces gens travaillent et se forment un réseau au lieu de déprimer à la maison. Économique, parce que les biens de nos friperies profitent à des personnes pour des prix minimes. Environnementale, en raison du réemploi de biens de consommation usagés, de la participation citoyenne et de la consommation responsable. Tout cela a un rayonnement incroyable. »

La différence? La Caisse d’économie solidaire

Tant Pierre Legault que Nahid Aboumansour disent que leur OBNL ne se serait pas rendu aussi loin sans le soutien de la Caisse d’économie solidaire Desjardins. La Caisse les salue et les remercie de l’inspirer de si belle façon.


Sur la photo: André Véronneau, membre du conseil d’administration et de la Caisse: Lise Rivest, conseillère financière et Daniel Fortin, coordonnateur tous deux des Services aux entreprises collectives (Montréal)

Partagez cette page

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

Rapport annuel 2011

@CSolidaire sur Twitter

À lire également