Petite tempête médiatique dimanche soir. Invitée à Tout le monde en parle pour discuter de son nouveau poste d’animatrice matinale à la Première chaîne de Radio-Canada, Marie-France Bazzo a été passée au crible d’un questionnaire au titre calqué sur celui des récents ouvrages collectifs auxquels elle a contribué: De quoi le Québec a-t-il besoin? Un exercice surtout ludique où prenait place une question toute simple — de quoi la droite a-t-elle besoin?

— D’intelligence.

Ohhhh! Une boutade! Ça m’a bien fait rire. La «droite» serait un peu nounoune? Je laisserai Marie-France s’expliquer si le cœur lui en dit un jour, mais chose certaine, sur le coup, eh oui, ça m’est apparu comme une vérité implacable qui entraîne avec elle une ribambelle de tatas.

Mais un instant! De quoi parle-t-on? C’est quoi au juste «la droite»? Hein? Qui tu traites de tata au juste, là, Monsieur le génie universel?

Admettons que ce n’est pas une question à laquelle on peut répondre simplement.

Il suffit d’observer l’échiquier politique québécois pour s’en rendre compte. Considéré comme plus à droite sur le plan économique, le PLQ pourrait se classer à gauche sur le plan culturel, aussi à gauche en tout cas que Québec Solidaire sur certains aspects de notre vie sociale, notamment à propos de la laïcité. Le PQ, traditionnellement plus imprégné des valeurs syndicales — et ayant même flirté avec certains éléments socialistes — penche assurément vers la droite conservatrice lorsqu’il s’agit de définir la citoyenneté. À ce titre, bien des groupes réputés de gauche lorsque vient le temps de manifester contre les compressions ou les coupures dans tel ou tel programme social soutiendront, en même temps, des politiques identitaires plutôt fermes, allant même parfois jusqu’à souhaiter l’ajout de mécanismes légaux et coercitifs pour protéger un certain patrimoine historique.

On voit donc le problème qu’on doit affronter lorsque vient le temps de se situer de manière ferme sur cet axe gauche/droite dont on parle tant depuis quelques années. Plus encore, à bien y regarder, il se pourrait bien que cet axe soit insuffisant pour rendre compte de toutes les subtilités sociales. L’humanité est une chose complexe qui ne se réduit pas à une seule grille d’analyse, qui plus est quand cette grille ne comporte que deux catégories.

Qu’est-ce donc alors que cette fameuse droite suspectée de manquer d’intelligence?

Eh bien… C’est la «droite», justement. Ce courant de manchots du cerveau pour qui tout se résume à une sorte d’équation simple qui consiste à évaluer, en toute chose, le seul poids de l’État. Cette expression, «de droite», est passée dans les usages pour qualifier certains protagonistes du libertarianisme radiophonique qui, depuis quelques années, supplient la population de laisser tomber tout discernement pour s’en remettre — comme toutes les «sociétés normales», disent-ils — à un débat entre la gauche et la droite. Appelons ça du daltonisme politique.

La «droite», donc, c’est ce courant qui se qualifie lui-même de droite, et uniquement de droite; qui mange à droite, dort à droite, se gratte à droite et tourne en rond à force de braquer le guidon de son véhicule politique toujours dans la même direction. Quelque chose qui cloche quelque part? C’est à cause des gauchistes. Et hop. Tout devient si simple.

Coquin de sort! Ce sont les Éric Duhaime et Joanne Marcotte — qui n’en manquent pas une pour distiller en incantations les prières de la droite nounoune —, qui se sont longuement indignés de ces propos de Marie-France Bazzo. Le premier en se répandant à la radio en pleurnicheries — c’est pas fin insulter les gens — et la seconde en s’évertuant à répondre qu’à gauche on ne fait pas mieux. Remarquez la subtilité: vous parlez du bras droit? Ah! Ah! Et le gauche lui, hein, le gauche?

Et ta tête, Chose, elle est où? Il t’en manque la moitié?

Évidemment, aucun des deux ne s’est posé une question un peu embarrassante: comment se fait-il que, lorsqu’on parle d’une droite qui manque d’intelligence, ils se sentent particulièrement visés?

On peut bien s’en indigner, mais oui. Cette obsession de la catégorisation à la va-comme-je-te-pousse est un manque d’intelligence. On troque la subtilité pour la grossièreté, le discernement pour le gros bon sens, l’hypothèse pour la conclusion. Car il faut trancher rapidement. On nous explique que c’est simple: dis-moi de quelle main tu te touches, je te dirai qui tu es.

En aparté, il faudra bien un jour qu’on m’explique en quoi le bon sens peut être gros. Un psychanalyste s’intéressant aux symboles phalliques pourrait peut-être nous expliquer. Mais je m’égare.

La droite, comme possibilité politique, n’est pas une sottise en soi. Mais la droite, comprise comme une mouvance pseudo-intellectuelle selon laquelle il ne peut et ne doit exister que deux catégories où tout doit être rangé hermétiquement, a le même effet sur la civilisation qu’une lobotomie sur l’humain. C’est cette «droite» — qui revendique elle-même ce titre unique et univoque — qui se répand et fabrique en série des intellectuels à casquette qui vous répondront qu’au moins, ils ont le mérite de créer un intérêt pour la politique en intervenant sur les ondes de stations de radio populaires pour semer les graines de l’évidence éclatante: ben voyons, c’est évident que ça n’a pas de bon sens.

Il y a des nonos à gauche qui font pareil, que vous avez envie de me répondre?

Ben c’est ça, justement. C’est pareil. C’est nono. 

Partagez cette page

À lire aussi

+ Ajouter le vôtre Commentaires 27

  • 1 mai 2013 · 13h31 Sylvain Dubois

    C’est beaucoup de mots pour dire: « si le chapeau vous fait, mettez-le donc! »
    Il aurait été intéressant de pouvoir lire aussi comment vous pensez que la subtilité, le discernement et la nuance pourraient, dans cette société binaire gauche / droite que vous décrivez, reprendre la place qui leur est due.

  • 1 mai 2013 · 18h07 Michel Bertrand

    « Il y a des nonos à gauche qui font pareil, que vous avez envie de me répondre?
    Ben c’est ça, justement. C’est pareil. C’est nono.  »

    Oui, c’est nono, mais ça défoule… On dirait que les gens ont besoin de ça. La Bonne Gauche vertueuse et la Méchante Droite, niaiseuse et cruelle, ça fait rage ici, entre autres. ( Et au Devoir)

    Les nuances semblent ne pas exister; tout est blanc ou tout est noir. Pas de milieu: J’ai vu ici du monde prendre le mors au dents quand on suggérait que QS était de l’extrème gauche et du même souffle, de répondre que le PQ est un parti de Drette!

    Mort de rire.

    C’est vrai que ça défoule! Une séance de bitchage, ça défoule….

  • 1 mai 2013 · 19h18 Sébastien Lavoie

    Il ne faut pas se surprendre de la réaction de monsieur Duhaime et de madame Marcotte. Ce sont tout les deux des agressifs-passifs. Il se sont trouvés cette semaine une façon de jouer à la victime et depuis il se laissent guider par leurs réactions utérines. Comportement typique venant de ces deux-là.

  • 1 mai 2013 · 21h18 Paul Hamel

    M. Jodoin. J’ai lu avec intérêt votre article intitulé: À la surface des explosions. Je le trouve fort intelligent et il devrait faire réfléchir. Je suis cent pour cent d’accord qu’il faudrait creuser le (les) problèmes de société d’avantage et chercher les causes profondes de tant de violences de toutes sortes. Ce que je déplore dans votre article c’est que vous ne proposez rien. Vous êtes capable de dénoncer tel ou tel attitude chez les autres, mais votre idée profonde sur le sujet je ne l’ai pas vue.
    Pouvez-vous m’éclairer sur ce qui selon vous serait à l’origine des comportements de plus en plus violents que connaît notre société civilisée?

    Merci.

  • 1 mai 2013 · 21h28 Gilles Champagne

    C’est rigolo quand un homme qui se veut (et se voit fort probablement) un homme intelligent, cultivé et réfléchi se donne la peine d’écrire sur ce sujet avec beaucoup d’amertume et ma foi, je dirais une crotte sur le cœur. On des comptes à régler M. Jodoin ou c’est simplement un excès de condescendance qui ne demande qu’à s’exprimer?

  • 2 mai 2013 · 00h43 David

    Voici ce qui est intelligent pour la gauche…

    http://voir.ca/jepenseque/2013/02/07/il-a-peur-de-la-vie/

    • 2 mai 2013 · 08h55 Diogène le cynique

      Voici ce qui est intelligent pour la droite:

      http://www.antagoniste.net/

      AH, c’est tautologique dans le cas de David? Quand son autorité tire sa source de soi-même en toute libarté, est-ce étonnant?

  • 2 mai 2013 · 04h51 François

    Le fait que la « droite » (au fait, existe-t-elle vraiment au Québec?) s’éveille enfin et se développe au grand jour nous a finalement sorti du débat, aussi stérile que vide, fédéraliste/séparatiste où les artistes-syndicalistes-étudiants-en sciences-molles-pas-de maths nous imposaient leur pensée socialisante et unique.

    Bravo pour l’essor de la dite droite qui enrichir le dialogue et apportera (enfin!) de la lucidité et de la perspicacité dans notre société qui en a grand besoin.

    • 2 mai 2013 · 08h59 Diogène le cynique

      @ François:

      « la « droite » (au fait, existe-t-elle vraiment au Québec?) s’éveille enfin et se développe au grand jour nous a finalement sorti du débat ».

      « Bravo pour l’essor de la dite droite qui enrichir le dialogue ».

      2 contradictions en deux phrases:

      1- y a-t-il une droite ou n’y en a-t-il pas?
      2- nous sort-elle du débat ou enrichit-elle le dialogue?

      Pour les convictions religieuses, bravo, mais pour la logique et la cohérence, on repassera.

  • 2 mai 2013 · 09h11 alain

    La droite intelligente ne perd pas son temps à déblatérer des idioties sur les ondes populistes. Bien tapie dans ses domaines richissimes, elle travaille discrètement à ses profits. Elle laisse les clowns faire la promotion du droit illimité de polluer et de s’enrichir auprès de ceux qui n’ont que le fantasme pour compenser le réel.

    • 2 mai 2013 · 18h07 Michel Bradette

      Je suis d’accord avec vous Alain! Ce n’est pas ceux qui font le plus bruits qui sont les plus puissants. En général, ils sont discrets, réservés et surtout efficaces. Il en faut toujours des clowns pour distraire la galerie pendant que ceux qui détiennent les vraies pouvoirs agissent pour favoriser uniquement leurs intérets sans vraiment se soucier du reste. Ils sont bien au dessus de toutes considérations sociales ou humanistes. Pour eux, c’est le pouvoir de l’argent qui compte et pratiquement rien d’autres.

    • 6 mai 2013 · 08h50 alain

      T’as bien raison Michel. On nous dit de surveiller notre poche gauche alors qu’ils nous vole dans la droite. C’est pour ça que ces clowns radiophoniques sont sur le dos des BS, des étudiants et des syndicats, laissant croire que ce sont eux qui volent nos richesses…ridicule !

  • 2 mai 2013 · 12h43 ED

    Si le but de cette chronique était de polariser et de généraliser, bravo, c’est réussi.

    Si le but c’était de synthétiser ou d’apporter un brin d’intelligence au débat, c’est raté.

  • 2 mai 2013 · 19h17 Ernest Delisle

    La première chose intelligente à faire serait d’arrêter de gaspiller de l’encre ou de la salive pour Duhaime et Marcotte. À moins qu’on s’enfonce à fond dans le marasme économique, la droite jambon restera un phénomène marginal qui ne rassemblera que quelques jeunes hommes blancs de banlieue qui ont à peine fini leur cégep. Tant que le taux de chômage plafonne autour de 8%, l’intelligence et la raison (et notez que je parle ni de droite ni de gauche, car l’intelligence peut se trouver d’un côté comme de l’autre) vont prévaloir sur la connerie.

  • 3 mai 2013 · 08h17 François

    @ Diogène le cynique:

    Il n’existe pas de VRAIE droite au Québec.

    Imaginez, on tente de faire passer le Parti Libéral du Québec pour de la droite, lui qui n’a cessé d’augmenter la dette et les effectifs étatiques lorsqu’il était au pouvoir. Pour certains, tout ce qui est à droite de Q.S. est dit de « droite » alors…

    MAIS le fait que de plus en plus de Québécois remettent en question le « modèle socialisant et débilitant québécois » (jamais imité nulle part au monde soit dit en passant…) est de bon augure même si ces personnes passent pour des « droitistes ».

    Je les considère personnellement pour des centristes mais bon…question de perspective

    • 3 mai 2013 · 15h17 Diogène le cynique

      @ François.

      Merci d’éclairer ma lanterne: « il n’existe pas de VRAIE droite au Québec ». Donc, si elle n’existe pas, elle ne peut « s’éveiller » ni connaître « un essor ».

      Écoutez, je veux bien prendre au sérieux vos arguments. Mais, s’il vous plait, faites un effort pour être cohérent.

  • 3 mai 2013 · 10h20 jean-claude bourbonnais

    un certain « Diogène le cynique » se fait valoir par son style de préfet de discipline qui me rappelle un autre pseudo bienveillant qu’on ne lit plus, depuis quelques temps, dans Voir…
    je dis ça, en passant…

    • 3 mai 2013 · 12h18 ED

      Tout à fait Jean Claude, je dirais qu’il s’agit de la même personne. Ou bien, c’est deux personnes qui emploient la même méthode, extraire des bouts de phrase de leur contexte et tirer des conclusions rapides. Celui qui ne pense pas comme eux est tout simplement con ou mal informé.
      mais il y a désillusion, il est passé de bienveillant à cynique.

    • 3 mai 2013 · 15h27 Diogène le cynique

      @jean-claude bourbonnais et ED.

      Bien sûr, je suis la même personne que le calinours. Bien sûr, je pense que « ceux qui ne pense pas comme eux est tout simplement con ou mal informé ». Quant à y être, pour vous rassurer, je fais aussi partie d’un grand complot judéo-maçonnique-bolchévique visant à envahir le monde. Les Martiens existent aussi.

      Vous êtes vous déjà demandés si des gens soucieux de la cohérence dans les débats et allergiques à l’idéologie bornée pouvaient avoir le droit de déplorer les excès dans les forums et blogues? Bien sûr que non, sans doute. Un forum n’est pas pour vous un lieu de débat intelligemment menés: c’est un déversoir de toutes les frustrations pour faire un bon freak show. Quiconque oserait déplorer par l’ironie les excès d’idéologie bornée passe automatiquement du côté sombre de la force. La subtilité n’est pas l’apanage des mononcles.

      En fait, vous êtes passablement ironiques d’intervenir à ce sujet, surtout à la suite de la chronique de Simon Jodoin qui traite justement des méfaits de la pensée binaire.

      Je vous laisse maintenant à vos illusions.

    • 4 mai 2013 · 03h43 François

      Tout à fait.

      Les commentaires de ce Diogène envers ceux qui ont, ô malheur, des idées différentes des siennes, sont aprubts, totalitaires et à la limite du despotisme et n’apportent absolument RIEN au débat.

      Sa réponse au commentaire que vous lui avez fait est typique du personnage en question. Nul besoin d’en rajouter. Imaginez, dans certains milieux, ce genre de zèbre passe pour un surdoué talentueux. C’est dire l’état lamentable dans lequel baignent certains cercles…

    • 4 mai 2013 · 09h28 Diogène le cynique

      @ François.

      Pauvre vous. Souligner vos incohérences est devenu « aprubts (sic), totalitaires (sic!!) et à la limite du despotisme (sic!!!) et n’apportent absolument RIEN au débat ». Diogène = Staline quand il mentionne des illogisme. Comme argument, disons que j’ai vu mieux.

      Seriez-vous en panne d’affection pour affirmer de pareilles choses? Si vous me donnez des arguments convaincants, je vais y adhérer. Si vous prenez les gens pour des cons – ce que vous faites actuellement quand vous me traitez de zèbre -, ne vous étonnez pas que les mêmes gens vous montrent un miroir et qu’ils vous envoient paître.

      Bon, je vais prendre du soleil plutôt que de perdre mon temps.

  • 3 mai 2013 · 14h00 Daniel Labonté

    Ce n’est pas la droite qui n’est pas intelligente, c’est trop large, je n’aime pas. Bazzo a répondu sans nuances. Il y a du bon et du moins bon dans tout. Les colleurs d’étiquettes, j’aime pas, parce qu’on ne peut pas mettre dans le même panier tout un groupe. On généralise indûment comme on dit en philo. Mon voisin est un Noir et sa cour est sale, donc tous les Noirs ont des cours sales.

    Il y a dans la droite, des gens intelligents et d’autres avec des raisonnements que je trouve insupportables, genre : Qu’est-ce qu’ils ont LES Français ? Que faut-il penser de NOS Anglos ? On ne peut pas dire ça, parce qu’on laisse sous-entendre que tous ces gens pensent pareil et c’est pas vrai.

    Il y a des cons dans toutes les sphères de l’activité humaine, et parfois on est bête nous-même, parce qu’on fait tous des erreurs, alors des cons il y en a à gauche, il y en a à droite. Dire que ça prend plus d’intelligence à la droite, cela ne veut rien dire, même si on comprend ce que veut dire Bazzo.

    Mais Bazzo ne possède pas la vérité et moi non plus, ni personne, elle est comme tout le monde, elle a juste une opinion. Les chroniqueurs de droite, moi je suis pas capable, mais il y en a d’autres qui les trouvent bons. On peut toujours vivre et les ignorer, mais d’autres préfèrent s’obstiner, chacun son choix.

  • 3 mai 2013 · 20h26 jean-claude bourbonnais

    voyons don, Diogène, je faisais juste passer, comme ça…

  • 5 mai 2013 · 05h17 François

    @ Diogène le cynique:

    « Si vous me donnez des arguments convaincants, je vais y adhérer. » (sic)

    Ah…Ah…Ah…!!!

    Vous étudiez à l’école de l’humour?

    Le genre de personnage que vous êtes est trop cabochard pour admettre ses torts et envisager l’éventualité que son adversaire ait raison et ce, quelque soient les arguments avancés.

    Votre fanatisme vous rend aveugle à toute forme de lumière.

    • 5 mai 2013 · 08h17 Diogène le cynique

      @ François. « Le genre de personnage que vous êtes est trop cabochard pour admettre ses torts et envisager l’éventualité que son adversaire ait raison et ce, quelque soient les arguments avancés. »

      Mettons ça en parallèle avec vos dernières contradictions relevées plus tôt:
      « la « droite » (au fait, existe-t-elle vraiment au Québec?) s’éveille enfin et se développe au grand jour nous a finalement sorti du débat ».
      « Bravo pour l’essor de la dite droite qui enrichir le dialogue ».
      « il n’existe pas de VRAIE droite au Québec ».

      À aucun moment, vous n’avez admis vos torts logiques. D’ailleurs, admettre ses torts logiques ne veut pas dire remettre en cause ses convictions, qui demeurent tout à fait légitimes lorsqu’elles sont formulées logiquement. En d’autres mots, vous ne perdez rien de reconnaître que vous avez eu des propos illogiques. Vous gardez la vie par la suite.

      Un observateur impartial conclurait trois points de vos propos que vous tenez depuis le début de cet échange autour de l’éditorial de Simon Jodoin.

      1-à qui fait le chapeau, qu’il le mette.
      2-nous avons les animateurs de radio-poubelle qui attaquent constamment les autres sans tenir compte de la logique de leur propre propos. Nous avons aussi les intervenants dans les forums, comme François, qui agissent de la même façon.
      3-l’éditorial de Simon Jodoin n’avait pas besoin d’un exemple supplémentaire pour montrer ce qu’est un zélote de la droite nounoune. À cet égard, votre exemple est passablement édifiant.

      Il fait beau aujourd’hui: allez donc prendre du soleil. La vie est belle.

  • 8 mai 2013 · 12h12 Michel Lacroix

    Peut-on sortir de ce débat enfantin de la gauche contre la droite et faire en sorte que le Québec puisse évoluer.Il n’y a ni gauche ni droite au Québec mais un centre mou,sans odeur,sans saveur et sans couleur !

    Le mot changement nous fait peur,nous aimons trop notre révolution tranquille des années 60.Il faudra bien constater un jour que nous sommes en 2013!A quand la prochaine révolution?

    Il ne se passera rien au Québec avant 50 ans,j’en ai bien peur.

    C’est bien trop d’efforts de faire une révolution…

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel