Un bien drôle de chiffre, ce 2010, qui se pointe maintenant le bout du nez. Sans personnalité. Même un peu quelconque. Et surtout, précédé d'une bien drôle de décennie…

On ne s'en sort pas. La décennie des années 2000 fut celle de la peur. Avec un grand "P". Peur du terrorisme. Peur des virus et des bactéries. Peur de manquer de Purell. Peur de la récession et des déficits.

Une peur diffusée en direct partout, tout le temps, sur les chaînes d'information continue.

Les tours tombent

À l'international, la décennie fut plus précisément celle du retour de la peur. Lorsque les deux tours du World Trade Center s'effondrent le 11 septembre 2001, la peur du terrorisme remplace celle du communisme. Elle-même disparue depuis 1989 sous un autre effondrement – celui du mur de Berlin.

George W. Bush joue de cette nouvelle peur comme d'un violon. La chasse à ben Laden en Afghanistan est virtuelle. Mais les morts, eux, sont vrais. On assiste à l'invasion de l'Irak pendant que se met à circuler sur Internet une nouvelle arme redoutable dans la "guerre des images": la retransmission intégrale de décapitations. Le Moyen-Âge frappe à la porte…

Le spectacle est traumatisant. Le sang gicle en direct. Celui des décapités, des soldats et des populations civiles. Et il éclabousse le monde entier. Mais on interdit de monter à bord des avions avec une simple lime à ongles. Question de nourrir la peur. Tout le temps. Résultat: l'anti-américanisme se métamorphose en anti-occidentalisme et les intégrismes religieux montent. Un gâchis monumental.

La décennie se terminera toutefois sur l'élection spectaculaire de Barack Obama et l'espoir de "changement". Sans compter les attentes grandissantes sur le front environnemental. À suivre dans les années 2010…

La décennie du phénix

Au Québec, Jean Charest, véritable phénix politique, aura dominé la décennie 2000. En 2003, il prend le pouvoir et entame sa "réingénierie" de l'État. Malgré les manifs, il gagne encore en 2007. Mais minoritaire. Remerciements à André Boisclair. En 2008, il répète l'exploit de Maurice Duplessis en se tapant un troisième mandat consécutif. Majoritaire! Et par hasard, il remet les deux mains sur le volant tout juste avant le gros accident de la Caisse de dépôt et placement…

Mais en 2009, tout comme pour Duplessis en fin de régime, des odeurs de collusion et de corruption se mettent à flotter sur la Belle Province. Pris dans un épisode interminable des Soprano, les journalistes d'enquête parlent de mafia, de blanchiment d'argent, de Hells et de gros entrepreneurs aux yachts luxueux et aux amis bien branchés en politique…

Face à Ottawa, le gouvernement Charest demande de l'argent. Que de l'argent. Mais il s'empresse d'en jeter par la fenêtre des poches pleines de milliards en baissant les impôts. En fermant les yeux devant la perte de 40 milliards de dollars par la Caisse de dépôt. Et en nous faisant payer, sans poser de questions, de 30 % à 35 % trop cher pour les infrastructures.

Quant à l'ADQ, en 2007, elle s'approche du paradis en devenant l'Opposition officielle. Mais elle redescend dans l'enfer de l'insignifiance dès 2008. Puis son chef-fondateur, Mario Dumont, quitte pour pratiquer ce nouveau sport national distinctement québécois: le saut rapido presto d'"ex"-politiciens dans les médias.

Après le départ de Lucien Bouchard en 2001, le PQ change de chef comme il change de chemise. Il émergera lentement de son coma avec Pauline Marois sous qui la souveraineté devient un "projet" de pays dont on parle, parle, jase, jase. Mais pas trop.

Exit le Parti libéral du Canada

Au Parti libéral du Canada, le scandale des commandites, les putschs à répétition et l'union de la droite ont raison de sa domination historique au fédéral.

La montée d'une droite à l'américaine déterminée à détrôner le PLC comme le natural governing party du Canada marque en partie le déplacement du pouvoir politique et économique du "Canada central" vers l'Ouest. Bref, ce fut la décennie de Stephen Harper.

/ / /

La décennie fut aussi celle des bandits et des économistes à cravate. De la cupidité des milieux financiers. De l'échec mondial de la déréglementation. De la crise des médias. D'un droit de vote de moins en moins exercé face à des élus se délestant de plus en plus de leurs pouvoirs.

Le grand disparu: l'imputabilité remplacée par l'impunité.

Le grand revenant: la peur.

La grande surprise: Obama.

Quelques ajouts au lexique politique québécois: girouette; coffre à outils; accommodements raisonnables; milliards en pertes; les deux mains sur le volant; Tony Accurso; enveloppes brunes; for English, press 9, etc.

Version "années 2000" du cocooning: une montagne de livres de recettes, d'antioxydants et d'émissions de décoration intérieure…

/ / /

Sur ce, je vous souhaite un Noël d'amour et de santé, une carte de crédit raisonnable et de beaux rêves de commissions d'enquête qui n'auront jamais lieu!

Et surtout, gardez les deux mains sur le volant en toute sobriété!

Partagez cette page

+ SUR LE MÊME SUJET : , ,

+ Ajouter le vôtre Commentaires 42

  • 23 décembre 2009 · 16h35 Gilles Bousquet

    Il y eut aussi la « peur pas pire » justifiée des PPP.

    Beaucoup de négatif mais, quand on se compare, à part la température en hiver, on n’est pas si pire…on espère.

    Soyons quand même assez vigilant et optimiste du genre : Tant qu’il y a de la vie…faut aller voter.

  • 23 décembre 2009 · 16h59 David Lépine

    Typiquement go-gauchiste que de dire laisser l’argent aux contribuables est du gaspillage:

    « il s’empresse d’en jeter par la fenêtre des poches pleines de milliards en baissant les impôts »

    Avec une logique comme ça, le gouvernement prendrait tout notre revenu et déciderait comment le distribuer ! Franchement Mme Lagault, vous devriez vous relire.

    Le Québec, paradis des taxes et impôts en Amérique du Nord, comment un crime en voulant soulager quelque peu ses contribuables. On comprend votre logique mais on est pas obligé de l’accepter.

  • 23 décembre 2009 · 17h08 Gilles Bousquet

    M. Lépine, vous m’offrez encore le plaisir de vous contredire. Laisser l’argent au contribuable est vraiment du gaspillage quand notre gouvernement très provincial n’arrive pas à arriver et, même quand il nous dit qu’il arrive, il nous endette quand même. Un trou sans fond.

  • 23 décembre 2009 · 17h52 Mario Goyette

    Joyeuses fêtes Mne.Legault.
    La décennie du pain, des jeux, de la désinformation, de la peur et de Harpeur.
    Les médailles ne servent qu’à ceux qui les donnent. Quand au possible retours d’une équipe de hockey nationale à Québec, peu importe le millage que nos politiciens vont faire avec ce nouvel opium du peuple, on peut toujours compté sur Bob Gainey pour nous échanger ces trois ou quatre joueurs canadiens-français, ce sera un bon début pour Aubut.
    Oh,oh,oh!

  • 23 décembre 2009 · 19h29 Pierre Bouchard

    La décennie de l’hyper technologie avec cellulaires multi fonctions, technologie synonyme d’apolitisme en croissance.

  • 23 décembre 2009 · 20h07 Christian Montmarquette

    A David Lépine,

    Ce n’est pas un État qui impôse et qui taxe qui est le problème..

    Ce sont nos éternels gouvernements de droite qui nous administrent comme des incompétents et des bandits…

  • 23 décembre 2009 · 20h42 Monique Legault

    Charest nous a menti pour se faire élire.
    Tremblay a fabriqué des scandales et il fut réélu.
    Harper est un intégriste et il a été réulu.

    Le peuple est endormi et comment le réveiller?
    Il ne vote plus et se moque de la politique mais il veut du pain et des jeux.
    La crise économique n’a fait du bien qu’aux banques et les grands capitalistes qui en ont profité pour congédier des employés et augmenter leur revenu.

    Heureusement que nous avons de bons livres et de la grande musique pour nous consoler.

  • 23 décembre 2009 · 21h57 Gilles Bousquet

    Les gouvernements de gauche, par le vaste monde sont aussi incompétents, ambitieux et dangereux que ceux de droite parce que l’homme est le même d’un côté ou de l’autre Faut juste changer les partis après un certain temps parce que les tentations qui viennent avec le pouvoir finissent par avoir raison de la droiture de nos gouvernements « L’occasion tendant fortement à faire le larron ».

    Faut dire que certains politiciens ne prennent pas beaucoup de temps à devenir croches vu qu’ils avaient pratiqué la chose avant leur entrée en politique.

    En politique, faut l’alternance et voter pour l’assurer.

  • 24 décembre 2009 · 00h47 Erwan Basque

    Bonsoir à tous,
    Et malgré tout, car il faut bien essayer de découvrir du positif dans tous ces malheurs qui affligent ce pauvre Québec car en prenant l’argent d’Ottawa pour baisser les impôts des Québécois, le gouvernement libéral de Monsieur Jean Charest nous a collectivement fait le don grandiose de nous libérer de la sempiternelle ( cassette ) du déséquilibre fiscal que les leaders nationalistes firent ad nauséam un objet de discorde avec la fédération canadienne en la faisant jouer jusqu’à plus soif ! Et aujourd’hui, il fait enfin bon respirer sans avoir à se taper le déchirage de chemises du Bloc Québécois et du Parti Québécois sur cette question car avec le déficit prévu de $ 55,000,000.00 au gouvernement fédéral, il est plutôt désobligeant de parler de déséquilibre fiscal…. Et enfin, toujours se souvenir de ce que Monsieur Jacques Parizeau disait dans un discours devant un auditoire aux États-Unis et je cite : ( Tant que nous serons dans la fédération canadienne, We have to milk the cow ) et en bon francais de chez nous : Nous nous nous devons de traire la vache canadienne ). Et avec la moindre gêne…. Merci et bonsoir de Erwan Basque.

  • 24 décembre 2009 · 01h18 Carl Castonguay

    À ceux qui critiquent la gau-gauche…

    Si le fait de vous faire mentir en pleine face ne vous émeut pas plus que ça, je comprends pourquoi les populistes, opportunistes et menteurs sont toujours au « pouvoir »,

    Qui se ressemblent, s’assemblent n’est-ce pas ?

  • 24 décembre 2009 · 01h25 Carl Castonguay

    P.S. Malgré tout, joyeuses Fêtes à tous, joyeuses Fêtes surtout à tout ceux qui critiquent la gau-gauche et qui n’auront pas besoin de passer par le panier de Noël. En passant, vous savez pourquoi l’humanité va si mal ? C’est parce qu’elle supporte les menteurs, les voleurs, les populistes, les opportunistes, les magouilleurs, les dictateurs, les criminels en cravates, les politiciens et les économistes de droite et autres crottés de la sorte.

  • 24 décembre 2009 · 06h40 Gilles Bousquet

    M. Basque devrait se rendre compte que la chicane fédérale-provinciale ne se fait plus trop sur le déséquilibre fiscal mais sur l’environnement avec John « calamité » Charest et son très provincial PLQ qui s’est fait retrousser les propos par le « premier » de l’Alberta et le Premier-Ministre du Canada, M. Harper, un genre de W. Bush canadien. Il reste que le fédéral ne veut pas payer le Québec pour avoir harmonisé sa TVQ pendant qu’il paie les autres provinces etc.

    Que ceux qui croient que le bonheur est à gauche et le malheur est à droite, analysent les gouvernements de pays actuels et du passé pour voir si c’est sous la gauche ou la droite que, le peuple tend à être plus heureux, ils vont peut-être être surpris et constater que ça prend le meilleur des 2 côtés pour soutenir une économie pour soutenir les riches et les pauvres et la classe moyenne itou.

  • 24 décembre 2009 · 08h45 Réjean Asselin

    Qui a profité le plus des baisses d’impôts de Charest avec l’argent reçu de Harper ? Est-ce que le déséquilibre fiscal à été résolu en permanence avec ce retour d’argent de Harper à Charest, retour d’argent pour des fins partisanes entre fédéralistes ?

    Réponse à la première question ! Les riches et les bien nantis évidemment ! Ce n’est certainement pas avec les quelques dollards retournés dans les poches de la classe moyenne que le niveau de vie s’est améliorée dans la population, surtout avec tout les détours pris par ce gouvernement de la honte pour prendre dans la poche gauche ce que l’ont donne dans la poche droite.

    La putasserie des gouvernements fédéralistes autant à Québec qu’à Ottawa est tellement évidente ! Et 2009 n’a pas été épargnée là-dessus !

  • 24 décembre 2009 · 08h54 Yves Poitras

    Mme Legault ne s’est pas « trompée ».

    Nous aurions dû transférer les points de TPS en TVQ. Même si cette baisse de TPS a pu temporairement profiter à quelques détaillants, le temps que les grandes entreprises ne majorent leurs prix, vous trouverez peu de consommateurs qui peuvent affirmer honnêtement qu’ils ont profité de cette réduction de taxe. Ces montants auraient mieux profité s’ils avaient servi à payer nos soins de santé, notre éducation, nos transports en commun et à une meilleure intégration sociale des plus démunis.

    Puis lorsque le gouvernement fédéral a « corrigé » ses transferts en péréquation, censés pallier au fardeau que les provinces ont à supporter afin de pourvoir aux besoins les plus criants de nos concitoyens, nos élus provinciaux ont choisi de nous retourner le tout en points d’impôt qui n’ont profité qu’à ceux qui en avaient les moyens, de payer de l’impôt… surtout ceux qui en payaient le plus, en ont profité.

    Le ROC se souviendra que lorsque le Québec crie famine et obtient du grain pour subsister, il le sème aux quatre vents, « par les fenêtres », toujours les mêmes.

    Qu’ont fait les québécois de ces deniers destinés à renforcer la cohésion de notre civilisation? Ils l’ont dépensé.

    Nous avons consommé, gratifié une logique de marché qui s’est finalement écroulé.

    Bien sûr.

    Détrompons-nous! Ce mirage de « reprise » n’est qu’une crête nourrie de fonds publics sur la bien aveugle courbe d’une longue récession en dents de scie.

    Se préoccuper du bien commun, ce n’est pas de la gau-gauche, c’est la civilisation.

    Yves Poitras
    Québec

  • 24 décembre 2009 · 10h09 Gilles Bousquet

    M. Poitras a bien raison, les baisses d’impôt profitent principalement aux riches parce que ce sont eux qui en paient le plus…facile à comprendre.

    Fait que, pour arriver dans ses finances, un gouvernement doit, quand il n’arrive plus à arriver, couper dans ses dépenses inutiles ou taxes plus ou les deux. Pas moyen de s’en sortir autrement.

  • 24 décembre 2009 · 10h09 Yves Poitras

    Désolé

    Veuillez bien excuser les trois fautes de français et demie qui se sont insidieusement glissées dans mon dernier message.

    C’est l’émotion.

    (Hommage à un prof de français de mes hérauts)

    Joyeux réveillon!

    Yves

  • 24 décembre 2009 · 11h24 Yves Poitras

    M. Bousquet,

    Vous vous présentez comme un homme de droite.
    Je vous trouve surtout étrange. C’est là un compliment.

    Puisqu’il est question d’imposition, je me sens le devoir de vous exposer mon point de vue à propos du revenu disponible.

    Prenons un exemple au hasard : moi.
    Je suis un malade mental sur le BS. Je reçois 873$ par mois.
    C’est bien mieux que dans la plupart des états, c’est vous dire…

    Donc : Loyer 375$ – Hydro 25$ – Communications 30$
    Puis manger. Mettons, avec l’aide des bonnes soeurs, je m’en tire pour 35$ par semaine, soit 140$ par mois.

    Ça nous fait 570$, en portant des vêtements finis, des espadrilles trouées en hiver, et en mangeant des denrées aléatoirement saines récoltées à force de patience derrière d’interminables files de gens déprimés puis déprimants. Sans compter toute la science humaine que requiert une cohabitation avec un gars quinze ans plus jeune que soi.

    ALORS : 873 moins 570 donnent 303 : 10$ par jour de revenu disponible. Pour les folies, comme une nouvelle serpilière.

    Mon copain au salaire minimum tient beaucoup à son auto. Son revenu disponible est automatiquement inférieur au mien!!!

    Prenons maintenant un contribuable de la classe dite moyenne. 45 000$. Loyer 375, hydro 25, communications 30.
    (570 fois 12 mois donnent 6840. Revenu disponible de 38160$, soient 733$ par semaine de revenu disponible. La classe moyenne est donc 73 fois plus riche que moi.

    Bien sûr, vous direz que la classe moyenne ne vit pas dans d’aussi modestes logements et paie plus cher pour de nombreux luxes et toute l’énergie qu’ils requièrent.

    Mais ça fait partie de l’équation. Ça prend 570$ par mois pour survivre. Le reste ne peut servir à s’offir une existence plus peluchée.

    Quand bien même vous accorderiez-vous quelque sur-confort, faites le calcul avec des revenus de 500 000$ et plus, pour voir. Puis comparez avec votre revenu disponible.

    - – -

    On parle de répartition de la richesse.

    Même les « lucides » prônent la diversification des investissements, tandis que les néo-libéraux mettent tous leurs oeufs dans le même panier, avec les résultats que l’on entrevoit poindre.

    Puis, lorsque se produit le pire, les détaillants avouent payer leur loyer quand les BS reçoivent leur chèque.

    Je sais que vous partagez cet avis. Vous êtes vraiment, vraiment bizarre!

    Amicalement,

    Yves Poitras
    Québec

  • 24 décembre 2009 · 12h13 Christian Montmarquette

    Je vous remercie beaucoup pour votre témoignage Monsieur Poitras.

    Vous avez un sacré courage de vous prendre vous même en exemple avec tous les préjugées qui circulent dans les sites comme celui-ci, où plusieurs s’appliquent quotidiennement à entretenir les préjugés et le mépris envers ceux qui auraient bien au contraire, le plus besoin de notre compassion et de notre solidarité.

    Comme je l’ai maintes fois mentionné, la lutte à la pauvreté n’est pas une affaire de «charité» c’est un problème essentiellement «politique».

    à titre d’exemple une personne seule reçoit $574 par mois d’aide sociale, alors que le loyer moyen est de $ 671 à Montréal et de $653 à Québec (statistiques FRAPRU).

    On voit bien que l’État du Québec laisse littéralement crever les citoyens dans la misère, en même temps qu’il leur demande d’avoir la force et les moyens de se botter le cul en ne leur permettant que de gagner 200$ de plus par mois pour combler le manque.

    Une pure hypocrisie et une totale, aliénante et violente aberration.

    Référence :

    « Quand j’ai rencontré Madame Marois… »
    http://www.pressegauche.org/spip.php?article2938

  • 24 décembre 2009 · 13h19 Gilles Bousquet

    M. Poitras, pour commencer, je ne crois pas faire partie de la droite, je serais de centre-gauche. Je me demande où vous avez trouvé que je me présente de la droite.

    Ensuite, je viens juste de vous donner raison plus haut.

    Et, je suis d’accord pour ne pas laisser mourir de faim, des Québécois sur le BS mais ça ne sera jamais un lit de roses d’être à la charge de l’État ou au saliare minimum avec une famille, ici ou ailleurs, pays capitaliste ou social-démocrate ou même, communiste.

  • 24 décembre 2009 · 13h31 Erwan Basque

    Bonjour à tous,
    Et d’entrée de jeu se souvenir que la péréquation de la fédération canadienne a été instaurée sur la fin des années 1950 pour aider les provinces canadiennes les plus pauvres et ainsi élever leur niveau de vie à celui du reste du Canada. Les provinces maritimes et le Québec avaient grandement besoin de cet aide car étant les plus pauvres ! Et depuis ce temps, le Québec a été de loin la plus gâtée par Ottawa à ce niveau excepté depuis le début de la crise économique actuelle quand la structure industrielle de l’Ontario en a pris pour son rhume mais va se relever très bientôt pour redevenir la locomotive de la fédération canadienne ou l’Ontario prenait dans les goussets de ses travailleurs $23,000,000,000 à $25,000,000,000.00 de leurs impôts pour aider les plus pauvres de la fédération, le Québec étant toujours le plus grand bénéficiaire et de loin…..
    Que voulez-vous ? Et il en est ainsi, 44% des travailleurs québécois ne paient pas d’impôt étant trop pauvres et si on veut bien extrapoler, les 3,300,000 québécois qui paient des impôts sur le revenu ont les salaires les plus bas au Canada !
    Finalement, avant de rêvasser à un Québec souverain ou on marcherait dans les champs de trèfle jusqu’à la taille et dans ce Québec rêvé comme terre promise pour ce petit peuple élu où couleraient des rivières de lait et de miel, posez- vous donc la question suivante : ( Pensez vous honnêtement que ce sont les 3,300,000 québécois qui paient des impôts qui font vivre les 34,000,000 de Canadiens ? ) Car connaissant votre forte propension de prendre des vessies pour des lanternes, dites vous bien que c’est plutôt le reste du Canada qui nous aide par la péréquation…. Merci de Erwan Basque.

  • 24 décembre 2009 · 13h54 Christian Montmarquette

    Ne vous en faites pas Monsieur Poitras, ce n’est pas la première fois que certains tentent d’entretenir la confusion, comme quoi le PQ serait le moindrement un parti de gauche..

    Le PQ durant tout les périodes ou il a détenu le pouvoir a appliqué exactement les mêmes lois scélérates que les libéraux eux-mêmes ; en portant par dessus le marché, l’odieux du mensonge de se prétendre de gauche.

    La pingrerie ajoutée au mensonge.

  • 24 décembre 2009 · 14h11 Yves Poitras

    (Excellent travail M. Montmarquette)

    Parlons-en, de la peur!

    Quelle-est la première richesse d’un pays?

    La culture? Bien sûr.
    L’éducation? Cela va de soi.
    Sa balance commerciale? Évidemment.
    La paix sociale qu’elle entretien? Sans aucun doute.

    Mais la véritable richesse d’un état est son territoire.
    Enviez-vous sérieusement l’Alberta?
    Vivriez-vous vraiment en Irak, même en toute paix démocratique?

    Divisez le territoire québécois par sa population, puis répartissez ses richesses.

    Sommes-nous pauvres? Accablés de dettes impayables (la majeure partie de notre dette, on la doit aux québécois (bons d’épargne))

    Nous sommes peut-être les citoyens les plus riches de la planète, et l’on continue à nous convaincre qu’on est des plus pauvres. Qu’il faut confier notre territoire et nos ressources à des gens qui sauront le faire fructifier par tous les moyens. Même s’ils nous sont antipathiques, nous leur cédons la gestion notre patrimoine, confiants, parce qu’eux : ils connaissent ça les entourloupes. On vote pour le meilleur voyou espérant ainsi qu’il saura se montrer plus confiant que ses semblables, intimidés. Il n’y manque que le bon vieux gourdin.

    Alors voilà que :

    Sans la puissance monstrueuse des minières, nous ne pourrions PAS exploiter notre sous-sol.

    Nous ne pourrions PAS non plus nous nourrir si nous ne parvenions pas à produire de la chaire animale à un coût compétitif sur les marchés internationaux.

    Nous n’avons AUCUNE chance de satisfaire à nos besoins collectifs sans tous ces emplois crées par des gens qui connaissent ça, l’exploitation.

    Nous n’avons AUCUNE idée de ce qui est bon pour nous, trop bons, incapables de faire preuve de la froideur qu’il faut pour garder son statut de « winner », même une fois les ressources naturelles et humaines épuisées.

    Et pire, nous pourrions nous lasser de notre emploi au salaire minimum au point de rompre avec le plus élémentaire raisonnable, puis se retrouver au chômage, sans chômage.

    - – -

    Notre terre est riche. Si riche que l’on devrait en être un peu gênés. Nous sommes éduqués et plutôt instruits. Nous bénéficions de maintes institutions qui font l’envie du monde entier avec lequel nous sommes fiers de partager notre savoir.

    Notre histoire est riche de ses Nelligan, Louis-Joseph Papineau, Alphonse Desjardins, Félix Leclerc, Chartrand, Pierre Bourgault, Vigneault, René Lévesque, Maître Languirand, Richard Desjardins et Françoise David qui n’ont pas eu peur, eux.

    Nous n’avons d’autre pauvreté que la peur.

    Yves Poitras
    Québec

  • 24 décembre 2009 · 14h16 Réjean Asselin

    Monsieur Basque !!!!

    Nous coutons si cher au Kanada ?

    Alors pourquoi ne pas nous aider à partir d’abord ? Pourquoi avoir tricher lors du dernier référendum ?

    C’est vrai j’oubliais l’ AMOUR des canadiens du ROC à notre égard !!!!!

    Alors pourquoi une loi sur la clarté ? Pourquoi les menaces du ROC après le dernier référendum ? Par charité chrétienne ?????

  • 24 décembre 2009 · 14h18 Réjean Asselin

    Pour l’année 2009 faut pas oublier les gagnants de Loft Story et le rendement des Canadians of Montreal !

    Beaucoup plus important que la politique ça !!!!

  • 24 décembre 2009 · 16h55 Gilles Bousquet

    M. Poitras, difficile de suivre votre raisonnement sur plusieurs point, exemple, quand vous écrivez : «Nous n’avons d’autre pauvreté que la peur.»

    La peur peut aussi être aussi le commencement de la sagesse. Hitler n’a pas eu peur d’attaquer l’Europe de l’est et la Russie, en même temps. Georges W. Bush n’a pas eu peur d’attaquer l’Irak et l’Afghanistan et M. Lacroix n’a pas eu peur de voler ses clients qui n’ont pas eu peur de lui confier leur argent.

    Fait que, faudrait arrêter de faire peur avec la peur des Québécois.

  • 24 décembre 2009 · 17h30 Gilles Bousquet

    Plusieurs point prend un s, s’cusez.

  • 24 décembre 2009 · 17h37 Yves Poitras

    « Faudrait arrêter de faire peur avec la peur des québécois »

    Exact!

    Je me sentirais très mal avisé d’aggraver notre sentiment de colonisés si le sujet de ce forum n’était « La décennie de la peur ».

    Bien que j’aie pris la peine de rendre hommage à certains de nos plus courageux québécois, je renonce à croire que nous serions le seul peuple à ne pas succomber à la peur.

    On se plait souvent à se comparer au village gaulois qui résiste toujours et encore à l’envahisseur. Mais nous, on l’a fait SANS potion magique.

    En tout respect, et merci pour votre riche participation.

    Yves

  • 24 décembre 2009 · 17h42 Gilles Bousquet

    M. Asselin se trompe quand il écrit : «Pour l’année 2009 faut pas oublier les gagnants de Loft Story et le rendement des Canadians of Montreal ! »

    Pas Loft Story, Occupation Double, M. Asselin. Pour ce qui est du CH of Montreal avec joueurs européens, a complètement raison, rien de plus important pour le sportif québécois bien assis dans son salon avec une bonne Molson et des grignotines, le samedi soir et le mardi et le jeudi et les autres soirs aussi. Les politicens ne scorent même pas de goals.

    Le bonheur est alors dans la télé quand le CH gagne avec Halak ou Price, pas de différence quand ça sent la coupe. Odeur grisante s’il en en est une. Gainey comme premier-ministre s.v.p.

  • 24 décembre 2009 · 19h56 Réjean Asselin

    @Gilles Bousquet

    Vrai pour Loft Story, mais Occupation Double où Loft Story c’est du pareil au même, deux insignifiances à l’échelle DIX !

  • 25 décembre 2009 · 09h04 Gilles Bousquet

    La suggestion d’Occupation double à la place de Loft Story est une légère farce vue que l’un est beaucoup plus polulaire que l’autre, même si l’idée de base semble la même.

  • 25 décembre 2009 · 11h19 Paul Pieter Kruijmer

    Pour l`ètre le plus important de la decennie c’est tres certainnement le president Bush. Il a su mettre en place des politiques impopulaires certes. Mais a long terme les gens vont finir par realiser qu’il avait parfaitement raison. De ce fait! je doit dire: Merci president Bush d`etre la personne que vous etes. Je crois fortement qu’avec le temps l’histoire va demontrer qu’il etait un des meilleurs presidents des USA.

  • 25 décembre 2009 · 12h01 Serge Grenier

    Je dirais qu’avec l’échec de Copenhague comme la cerise sur le sunday de cette décennie de peur, on a fait la démonstration que nos grandes institutions et corporations sont complètement dépassées par les événements. Le cadre restreint dans lequel sont forcés de travailler les chefs de gouvernements et d’entreprises les empêche d’avoir la perspective nécessaire pour comprendre cette époque. Dorénavant, la balle est dans le camp des individus. Pas des individus comme Monsieur Basque qui est béat d’admiration devant les riches sans se demander comment ils s’y s’ont pris pour accumuler leur fortune, mais des individus qui ont compris la grandeur de l’univers et la petitesse de notre planète, qui savent qu’une chaîne n’est pas plus forte que le plus faible de ses maillons et que par conséquent la survie de la société ne dépend pas de comment on s’agenouille devant les plus forts mais de comment on s’occupe des plus faibles.

  • 25 décembre 2009 · 13h45 Erwan Basque

    Bonjour à tous,
    Et puisque le sujet s’y prêtre, je crois fermement que la plus grande peur qui habite la très grande majorité des Canadiens présentement serait d’avoir une élection fédérale où le parti vainqueur soit les Libéraux où les Conservateurs seraient de nouveau élu en étant minoritaire ! Et dans leur sagesse et leur pragmatisme à l’anglaise, les Canadiens préfèrent laisser les Conservateurs gouverner pour un mandat de quatre ans sachant for bien qu’ils ne peuvent pas être le danger anticipé s’ils étaient élus majoritaires à la Chambre des Communes.
    En effet, constatant avec du recul tous les dommages causés par la décentralisation amorcée par les Conservateurs de Monsieur Brian Mulroney aidés par le Parti Québécois en 1984 qui avait prêté sa machine électorale aux ( BLEUS ) en étant aussi conservateurs qu’eux à l’époque, les Canadiens retourneront au Natural Governing Party et ce, par une éclatante majorité dès la prochaine élection fédérale dans les deux à trois ans à venir.
    De plus, il faut surtout se souvenir que si Monsieur Jean Chrétien par sa réforme sur le financement des partis politiques à Ottawa en gavant le Bloc Québécois de tant d’argent car ce sont les Canadiens qui financent ce parti dans l’ordre de 90%, car seulement 10% vient du membership du Bloc Québécois. Et ce n’était pas cher payé pour ainsi permettre au Bloc Québécois de diviser le vote des Québécois en allant chercher le vote Conservateur et ainsi maintenir les libéraux au pouvoir par la très fugace stratégie de ce batailleur de ruelles qu’est ce Monsieur Jean Chrétien ! Par ailleurs, une bonne chose a toujours son effet pervers car depuis le passage de Monsieur Paul Martin comme chef libéral, depuis ce temps, le Bloc Québécois en ayant tellement démonisé les Libéraux avec les Commandites qui frappèrent tellement l’imaginaire des Nationalistes que dans 100 ans, les Commandites seront encore sur le même pied que la défaite des Plaines d’Abraham et du rapatriement de la Constitution Canadienne de 1982 par ce digne descendants des patriotes que ce Monsieur Pierre Elliot Trudeau qui a coupé les derniers liens avec Londres.
    En outre, beaucoup de Québécois comprendront d’ici les prochaines élections fédérales que le vote de gauche et de centre-gauche se doit d’aller aux libéraux fédéraux ainsi qu’au Nouveau Parti Démocratique, et non pas au Bloc Québécois qui a seulement le ( FLASHER ) qui est à gauche comme le parti amiral soit le Parti Québécois qui en ont fait la preuve indubitable……
    Finalement, en reprenant le pouvoir à Ottawa, les libéraux fédéraux auront du pain sur la planche pour essayer de recentraliser les pouvoirs du Gouvernement Central d’Ottawa pour éviter les dérives que l’on constate actuellement. Et surtout ne jamais oublier que les plus malheureux de la défaite du OUI en 1995 furent ( THE BILDERBERG GROUP ), soit un groupe des plus puissants financiers dans le monde et ils sont aussi à WALL STREET où toute la dette du Québec est due ainsi que la dette d’Hydro-Québec au complet. Et ne jamais oublier que si le Québec au niveau géographique était complètement dans l’est du Canada comme Terre-Neuve, avec tout ce que le Québec coûte au reste du Canada sur le plan monétaire en plus des énergies gaspillées à combattre le ( DIVISER POUR MIEUX RÉGNER ) de nos voisins du SUD, car le Canada serait divisé en 3 parties soit le Québec, les Maritimes à l’est et de l’Ontario vers l’ouest, il y a belle lurette que le Canada aurait sorti le Québec de la fédération canadienne à grands coups de pied dans le C….. Allumez vos lumières, diantre…. Et merci de Erwan Basque.

  • 26 décembre 2009 · 12h15 Michel Lévesque

    Je me permets d’ajouter une autre peur. Peur que la pensée unique, celle des solidaires, change de bord. Peur que l’on se mettre à croire les lucides. Peur que l’on commence à trouver les phrases du genre ‘Faut taxer encore plus les riches’, perdre en importance devant les phrases du genre ‘On ne peut continuer a offrir plus de services que l’Ontario, avoir des impôts plus élevé qu’en Ontario, avoir plus de dettes que les ontariens et avoir un p.i.b. par habitant inférieur à celui de l’Ontario.’

    Non, non et non! Si ça prend du changement au Québec, il faut vraiment que cela soit vers plus de solidarité. 11 % de plus à tous les employés de la fonction publique et 20 % de plus d’impôts aux 20 % des plus riches qui paient déjà 80 % de tous nos impôts!

  • 27 décembre 2009 · 14h07 Céline Lenoir

    La peur quelle arme puissante! La plus puissante de toute! Heureusement, il y a des êtres lucides.La lucidité quelle excellent antidote. Merci de nous faire bénéficier de cette lucidité

  • 27 décembre 2009 · 18h49 Sylvie R. Tremblay

    Joyeux Noel madame Legault,

    APPEL À DIEU !

    Avertissement à tous : Ceci n’est pas un texte politique ! Je me suis senti un peu inspiré en écoutant de la musique. Alors j’ai eu l’envi de m’amuser un peu. Une petite pause politique ça fait du bien, de temps en temps…

    http://www.youtube.com/watch?v=Hgw_RD_1_5I

    L’âme de ma patrie se meurt, elle a peur.

    Mais pourquoi tant de haine, tant de souffrances, tant de sang versé.

    Cette longue marche funèbre qui a fait de nous des esclaves depuis 1867 et qui dure et dure. Plus ce cortège avance et plus il fait noir, plus je sens mon âme mourir à petit feu.

    Ô mère patrie, je meurs, je disparais.

    http://www.youtube.com/watch?v=iuxb4zs0BNA&feature=player_embedded#

    Pourquoi la liberté coûte t-elle si cher ?

    Pourquoi la guerre et non la paix ?

    Pourquoi la haine et non l’amour.

    Si l’homme a le pouvoir de peindre la vie de noir, pourquoi n’aurait-il pas le pouvoir de le peindre de blanc ?

    Pourquoi ne pas utiliser notre créativité a créé le bien plutôt qu’à créer le mal ?

    Pourquoi ne pas vivre dans un meilleur monde mais tout de suite et sur terre ?

    On s’occupera des mondes de l’au-delà, lorsque l’on aura réussi à régler les problèmes sur terre !!

    Ça ne nous empêcherait pas d’être tout de même heureux ailleurs, dans d’autres mondes, après…

    Les mondes de l’au-delà nous n’avons pas le pouvoir de les changer, cependant pour ce qui est de notre monde actuel, sur terre on a le pouvoir de le changer, de changer les choses !!!

    Les sophistes intellectuels, dans leur masturbation mentale de monde meilleur, peuvent bien se croire Dieu, ça ne signifie pas qu’ils le sont. Ça ne signifie pas qu’ils ont raison.

    Peut importe ce qu’ils disent, ces manipulateurs lorsqu’on regarde les fruits de leur philosophie un peu partout dans le monde, ils nous conduisent à l’esclavage, on n’y voit que guerre, oppression, Satan déguisé en bon Dieu.

    La plus grande qualité pour diriger un peuple, c’est l’humilité, ce qu’ils n’ont définitivement pas.

    S’il n’y a qu’à travers le peuple que l’on peut encore trouver, des chevaliers, des princesses et des princes, l’honneur et le cœur ainsi que l’humilité alors vaut mieux donner les rênes au peuple !!

    J’en appelle à mes ancêtres !

    Pourquoi le peuple du Lys et des lumières est-il dans le noir ?

    Que s’est-il passé ?

    Dieu si vous existez vraiment, entendez nos prières, elle vous mendie un peu de lumière.

    Dieu entend la voix de ton peuple du Lys !

    Entendez la voix des fils de la liberté !

    Les hommes ont besoin de vous,

    Pourquoi nous as-tu abandonné ?

    Serait-ce que le peuple de lumière a peur du noir ?

    Oui, ce peuple jeune sur cette terre, hésite encore entre l’insouciance de l’adolescence et les défis de l’âge adulte.

    http://www.youtube.com/watch?v=XMbvcp480Y4&feature=player_embedded

    Ô mère patrie ne meurt pas, ne me quitte pas…

    On n’a vu souvent rejaillir le feu d’un ancien volcan que l’on n’avait cru mort.

    Ô mère patrie, ne me quitte pas, ne me quitte pas, j’ai besoin de toi.

    Je t’offrirai ma passion, mon courage, mon amour et ma bonne volonté.

    Que ta beauté du Lys des champs fasse son entrée dans le grand monde, que sa robe de beauté, de pureté, de liberté resplendisse partout dans le monde.
    Que dans ce monde, l’amour soit loy que l’amour soit roy.

    Ô mère patrie je t’aime tant, car je m’aime tant.

    Tout ces faux miroirs que l’on me présente, toutes ces images ne ressemblent pas au peuple du Lys !

    Est-ce que le peuple du Lys ne doit que paraître ?

    Lui est-il donc impossible d’être ce qu’il est, soit un grand peuple ??

    Être ou ne pas être, là est la question !

    Dieu, je sais que vous entendrez notre prière, car je sais que vous nous m’aimez autant que l’on vous aime et que vous aidez toujours les peuples qui se battent pour la liberté et pour l’amour.

    Alors, on vous attends, en toute liberté, de plein gré, de libre arbitre nous vous remettons le contrôle des opérations, inspirez nos passions, guidez-nous, armez-nous de courage et de détermination et nous vaincrons en votre nom et à votre gloire pour des siècles et des siècles !

    Cela est juste et bon, cela a été dit, écrit et que cela soit fait !

    Ainsi soit-il !

    Votre humble chevalier, votre humble serviteur, le peuple du Lys, est prêt à passer à l’âge adulte et à voler de ses propres ailes, avec vous et tous vêtues de LYS des champs, enveloppé de sa blanche pureté, nous vous embrassons pour le meilleur et pour le pire.

    SYLvie R. Tremblay, Jeanne du LYS

  • 28 décembre 2009 · 11h20 Steve Boudrias

    Probablement le meilleur résumé des dix premières années du XXIe siècle, chère madame Legault !

    Merci !

    Maintenant, reste à trouver quels sont les meilleurs moyens de lutter contre la peur ou les peurs réelles ou manufacturées par une propagande quelconque, incessante…

    Tout un défi ! Surtout quand on sait à quel point l’être humain est motivé davantage par ce qui l’effraie que par ce qui lui plaît ou lui semble être la bonne chose à faire, le bon geste à accomplir.

  • 28 décembre 2009 · 17h50 Robert Paradis

    Oui, il est justifié de qualifier 2000-2009 comme décennie de la peur, celle récupérée et entretenue sciemment par la droite militariste en quête (vol) de pétrole en grande quantité et facile à extraire en Irak.

    Au Québec, on a eu peur de la ‘réingénierie’ à sauce droitiste d’un Premier Ministre typiquement KouébecIrlEnglish, le représentant des forces vives de l’empire Américanus-Britannicus de l’ouest de Montréal. Fait anecdotique très révélateur : Suite à son élection de 2003, le premier geste de Jean Charest fut d’aller ‘à nos frais’ faire une parade en tant que PM du Québec dans le Financial District de New York, pour se montrer aux requins-spéculateurs-cannibales-barbares, ceux qui amèneront le monde entier dans l’enfer d’une crise financière historique. J’en ai encore des frissons dans le dos tellement ce geste de Charest était révélateur de l’esprit de cette bête politique qui venait d’être promu au poste de ‘‘grand boss’’ de notre gang. Le boss a toujours raison, même quand il a tort, n’est-ce pas !?!

    Dans le ROC, il a fallu attendre à 2006 pour enfin connaître la peur, pas n’importe laquelle, la peur BLEU, la pire, celle incarnée par notre super dictateur de l’extrême droite, Harper et son équipe de ‘‘cone heads’’ créationnistes, destructeurs ‘‘révélés’’ de la Social-démocratie canadienne sous l’œil bienveillant du djeu WASP au nom du modèle djivin de la nature sauvage, de la loi de la jungle, celle du plus fort, de la liberté des prédateurs. J’avoue honnêtement être encore énormément troublé par leurs arrivées sur la scène fédérale, déjà qu’en tant que Québécois, le ROC refusait de me reconnaître comme citoyen à part entière, maintenant avec les WASP de l’Alberta au Pouvoir, la réalité de la précarité de mon identité ne peut pas s’exprimer d’une façon plus explicitement négative.

    En résumé, il y a eu la peur causée par l’éclatement de la bulle techo et le scandale Enron, puis la peur du terrorisme suite à 911, celles des 2 guerres qui en découlent et autres attentats, et ensuite Ti-John Charest en 2003 élu boss, la malheureuse réélection de W et son attitude lors des méfaits de Katrina à la Nouvelle-Orléans en 2005, rien de rassurant, l’élection d’Harper en 2006 et 2008 et enfin la catastrophe financière de 2008, sans oublier le très terrible échec de Copenhague. Pour sûr, je suis devenu aussi bleu de peur qu’un schtroumf et je ne peux plus dormir tellement notre monde est ébranlé et complètement égaré.

    De plus, la décennie à venir risque, elle, d’être la décennie de la panique puisque l’humanité devrait être confrontée à des conséquences plus désastreuses et plus fréquentes suite aux changements climatiques.

    Enfin, le plus grand bienfait possible dans l’avenir, à part les défaites des gouvernements Harper et Charest, pourrait être l’assagissement des négationnistes mais, il ne faut pas rêver en couleur, on peut s’attendre à ce que ces gens maintiennent le cap, c.-à-d., que d’après eux, les changements climatiques ont des causes naturelles autres que les activités humaines et que les technologies peuvent répondre à tous les problèmes sans que nous ayons à modifier nos comportements, le moins possible, pour satisfaire les ogres du genre David Rockefeller.

    Comment pourrions-nous imaginer un monde sans peur croissante ? C’est impossible dans une atmosphère d’antagonisme généré par les riches et puissants, dans un monde sous l’emprise du plus fort qui ne veut rien entendre du partage, dans un monde en autodestruction !!

    L’avenir s’annonce très chaotique, il vaut mieux s’accrocher solidement !!

    Et Obama, lui ?? C’est l’espoir !!

  • 29 décembre 2009 · 20h42 anonymous

    Pingback depuis ??trennes « Le blogue de Pierre-Luc Brisson

  • 30 décembre 2009 · 21h54 noël landry

    et la peur du cours d’Éthique et de culture religieuse :)))))

  • 4 janvier 2010 · 01h08 Nancy Blouin

    Bonne année 2010 Josée ! Je suis triste, ma chienne Lola est très malade, demain, je pense que ce sera fini… Désolée, je suis un peu plate, mais ça m’attriste. J’espère tout de même de très belles choses pour 2010… à toi et à tes lecteurs !

  • 4 janvier 2010 · 02h18 Erwan Basque

    Bonsoir à tous,
    Et avec une immense tristesse que je partage avec toi,et ce que tu vis ne peut se comparer avec rien d’autre car c’est un AMOUR INCONDITIONNEL qui a grandi à tous les jours avec la complicité inhérente s’y rattachant et dit toi bien que je suis de tout coeur avec toi car je n’ai jamais eu de chien malgré que je suis en amour avec cet être de toute mes fibres car en étant peut-être trop calculateur pour avoir le courage d’affronter ce deuil, et crois moi, je ne parle jamais pour ne rien dire ! Car et si cela peut ajouter un baume sur ce que tu vis, je préfère de loin mais de loin un animal à l’être humain qui ne s’appartient pas étant à la dérive et dressé comme jamais un animal ne saurait l’être……Et de tout coeur merci car tu me rassures que quelque part, il existe encore des personnes comme TOI. Erwan Basque.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

Infolettres