Le premier long métrage de l’Autrichienne Feo Aladag trouve sa source dans une série de crimes d’honneur commis en Allemagne contre des femmes d’origine turque. Âgée de 25 ans, Umay (Sibel Kekilli, aussi fascinante que dans Head On, de Fatih Akin) quitte Istanbul avec son fils pour fuir un mari violent. De retour auprès des siens, à Berlin, elle espère une vie meilleure. Pour avoir le droit de choisir son destin, le droit d’étudier, d’aimer, de travailler et d’élever son fils sans son mari, Umay s’engage dans un terrible combat, une suite d’épreuves dont elle ne sortira pas indemne, pas plus que le spectateur. Le scénario cumule les tragédies, la réalisation ne nous épargne pas quelques accents mélodramatiques, mais la qualité de l’interprétation fait que le film vise juste, très juste.

Brève cinéma 2011-02-10 Critique par - 2011-02-10
Cote: 3

Partagez cette page

+ SUR LE MÊME SUJET : , , , ,

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel