Du 17 au 27 mars, le 29e Festival international du film sur l’art, c’est 227 films de 22 pays à voir en 11 jours. Serez-vous du voyage? Nos suggestions pour la première semaine.

ARTS VISUELS

Colour of Your Socks: A Year with Pipilotti Rist (The)

Les installations multimédias de Pipilotti Rist sont immersives, fascinantes, de plus en plus cinématographiques, aussi drôles que dérangeantes. Sans jamais l’interviewer, juste en la regardant agir et interagir, Michael Hegglin a suivi l’artiste suisse de Zurich à New York, de l’atelier au musée, de la première intuition jusqu’au vernissage. L’oeuvre est aussi captivante que la femme est sensible et énergique. On ne voudrait plus la quitter. Les 19 et 20 mars. (C.S.-P.)

Dans l’atelier de Mondrian

Un peu froid, mais extrêmement bien documenté, ce film de François Lévy-Kuentz sur Piet Mondrian, peintre passionné de jazz qui, à travers l’abstraction, voulut atteindre l’essence des choses. Dans l’atelier de Mondrian permet de voir des archives invitantes (dont un extrait de Rhythmus 21 de Hans Richter qui, avec Mondrian, était du mouvement De Stijl). Les images de la reconstitution de l’atelier de Mondrian sont aussi l’un des grands intérêts de ce documentaire. Les 18 et 26 mars. (N.M.)

Olafur Eliasson: Space Is Process

Escortant la mise sur pied d’une rétrospective au MoMA, mais aussi la réalisation d’un projet fort ambitieux, The New York City Waterfalls, le film de Jacob Jørgensen et Henrik Lundø offre une vue d’ensemble du travail d’Eliasson. Dans les oeuvres du créateur islando-danois né en 1967, qui donnent à voir ce qui est d’ordinaire intangible, la technologie exprime l’immense beauté de la nature, elle en restitue le vertige. Les 19 et 27 mars. (C.S.-P.)

Year of Anish Kapoor (The)

Il a réalisé l’une des meilleures oeuvres d’art public au monde: la Cloud Gate ("The Bean") à Chicago. A-t-il pour autant, comme le dit ce film, changé la façon dont nous pensons la sculpture? C’est ce dont vous pourrez juger en ayant comme guide Alan Yentob (présentateur à la BBC) qui a suivi Anish Kapoor lors de son solo à la Royal Academy de Londres en 2009 pour la caméra de Matthew Springford. Les 18, 19 et 26 mars. (N.M.)

BANDE DESSINÉE

Joann Sfar (dessins)

Réalisateur du plébiscité Gainsbourg (vie héroïque), Joann Sfar est d’abord et avant tout bédéiste, un artiste aussi doué que prolifique. S’intéressant plus à l’homme qu’à l’oeuvre, Mathieu Amalric signe un portrait intimiste. Il est question du rôle que joue le dessin dans le quotidien du créateur, mais aussi de ses aïeux, des juifs originaires d’Afrique du Nord et d’Europe de l’Est, et de la source d’inspiration que leurs vies représentent. Les 19 et 20 mars. (C.S.-P.)

CINÉMA

Letter to Elia (A)

Composé d’extraits de films, d’images d’archives et de passages de l’autobiographie d’Elia Kazan, ce fascinant documentaire semble néanmoins avant tout à propos de Martin Scorsese. A Letter to Elia aborde les événements marquants du parcours de Kazan, certes, mais le coeur du film se trouve dans les confidences de Scorsese, qui nous raconte comment des oeuvres telles que On the Waterfront et East of Eden l’ont incité à devenir cinéaste. Les 19 et 24 mars. (K.L.)

DANSE

Prélude à la mer

La chorégraphe Anne Teresa De Keersmaeker et le cinéaste Thierry De Mey transposent l’univers du faune de Mallarmé et de Nijinski dans l’immensité somptueuse du désert rongeant la mer d’Aral. Les positions de profil et les mouvements angulaires du duo incarnant l’animal mythique rappellent cette chorégraphie qui, en 1912, changea le visage de la danse. Vingt minutes de transcendance où le souffle du vent et celui des danseurs colorent la musique de Debussy. Les 19 et 23 mars. (F.C.)

Sacred Dancer (The)

Dans un village du fin fond de l’Inde vivent les derniers gotipuas, garçons offerts en bas âge au temple dédié à Shiva et à son inséparable moitié, Shakti. Maquillés et vêtus comme des filles (en écho aux devadasis, danseuses sacrées pourvoyeuses de services sexuels en échange d’une offrande), ils dansent en l’honneur des divinités. Une aventure qui touche à sa fin pour Biswajit qui, à 15 ans, doit passer le relais et songer à retourner dans le monde ordinaire. Instructif. Les 18 et 19 mars. (F.C.)

Wonderful Sacrifice: The Nederlands Dans Theater (A)

Karin Junger nous fait entrer dans les coulisses du Nederlands Dans Theater avec un film qui porte davantage sur le quotidien des interprètes que sur la démarche artistique de la prestigieuse compagnie fondée en 1959. À la quête des quatre danseurs, qui nous donnent le point de vue de trois générations, on ne peut pas ne pas être empathique. On y voit la tradition et la modernité s’entrelacer, les douleurs et les blessures porter leurs fruits. Le 22 mars. (C.S.-P.)

LITTERATURE

Sur les traces de Marguerite Yourcenar

Élevée par un père voyageur et fortuné, Marguerite de Crayencour a tôt pris goût à la route. Devenue Yourcenar, elle continuera de ne se sentir bien que dans le mouvement, ce que rend bien le portrait sensible qu’en fait Marilú Mallet, réalisatrice d’origine chilienne aujourd’hui établie à Montréal. Parmi les participants à ce film lumineux, nous aurons d’ailleurs l’étonnement, et le bonheur, d’entendre Françoise Faucher, Robert Lalonde et l’abbé Desjardins de Rimouski, tous profondément marqués par la femme et par son oeuvre. Les 17, 18, 21 et 26 mars. (T.M.-R.)

artfifa.com

Partagez cette page

+ SUR LE MÊME SUJET : , ,

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel