Le cinéaste Tran Anh Hung signe une sensible adaptation d’un délicat roman de Haruki Murakami, La ballade de l’impossible.

Récit d’un homme, Watanabe, se remémorant son premier amour, la fragile Naoko, en entendant une version sirupeuse de Norwegian Wood des Beatles, La ballade de l’impossible, de Haruki Murakami (Kafka sur le rivage, Le passage de la nuit), séduit par la délicate mélancolie qui en émane, par la nostalgie des premières amours qui s’en dégage. Rencontré lors de son passage au Festival du nouveau cinéma, Tran Anh Hung (L’odeur de la papaye verte, À la verticale de l’été) livrait ainsi ses impressions à la première lecture du roman: "Le livre m’a ému d’une manière extrêmement profonde parce que ça parle de chacun de nous, dans notre relation à l’amour, à la découverte de l’amour, à tous ces instants extrêmement, dirons-nous, quasiment dangereux dans l’amour. Le livre parlait magnifiquement de cela.

"Je n’ai pas ressenti de la nostalgie, a-t-il ajouté, mais de la mélancolie, car le récit est raconté du point de vue d’un homme qui a pris de l’âge et qui repense à un épisode de sa vie lorsqu’il avait 20 ans. La différence, c’est que la nostalgie est le souvenir des instants heureux de sa vie, tandis que la mélancolie, c’est plutôt la conscience de la perte irrémédiable de quelque chose qu’on ne pourra plus jamais renouveler. Ce qu’on a vécu à 20 ans, on ne pourra plus jamais le revivre."

Le grand défi de cette adaptation fut donc de transposer cette mélancolie: "Je me suis dit que si je racontais avec sensibilité, avec justesse cette histoire, j’obtiendrais la mélancolie comme une cerise sur le gâteau. Je n’ai pas fait un travail particulier sur la mélancolie, mais j’ai fait un travail avec une attention portée sur ce qui aurait une ambiance onirique, qui aurait les couleurs du souvenir, tout en étant extrêmement intense."

Vietnamien vivant en France depuis l’adolescence, le réalisateur n’a eu aucunement envie de transposer le récit hors du Japon puisque c’est l’essence même de cette culture qui l’avait ravi à la lecture du roman. "L’idée principale était de trouver un mouvement de caméra, une musicalité propres au film, qui exprimeraient la beauté des relations humaines. Grâce à la politesse et aux conventions de la culture japonaise, où les gens se parlent avec beaucoup d’attention, il fallait créer des scènes dialoguées d’une très grande beauté liée au langage et faire ressentir physiquement cette beauté aux spectateurs."

Fidèle à l’esprit du roman, Tran Anh Hung a aussi préservé la communion du personnage central avec les éléments du paysage. "La nature est importante, car elle est une chambre de réverbération des émotions des personnages; elle est là pour donner des ailes aux sentiments, pour apporter un côté lyrique à la scène. Mais la nature doit aussi apporter de la justesse, et c’est dans ce sens-là seulement qu’elle devient belle. Montrer un beau paysage, c’est un peu vain. En revanche, si c’est juste, c’est-à-dire en fonction de la psychologie des personnages, là ça devient vraiment beau."

ooo

La ballade de l’impossible

En adaptant La ballade de l’impossible, Tran Anh Hung n’avait certes pas une mince tâche devant lui: comment allait-il rendre justice au caractère introspectif du roman, aux descriptions soignées de Murakami, aux états d’âme des êtres déchirés ne sachant pas toujours bien s’exprimer? Pour pleinement goûter aux belles qualités de cette oeuvre contemplative, il faudra oublier le roman. De cette façon, on se laissera envoûter par la sensibilité avec laquelle Tran Anh Hung dépeint les tourments des amoureux (Kenichi Matsuyama et Rinko Kikuchi), l’impétuosité de la seconde petite amie (Kiko Mizuhara) et le courage de la protectrice de la jeune fille troublée (Reika Kirishima). Baigné de lumière aux teintes bleutées et dorées, bénéficiant de doux et fluides mouvements de caméra, La ballade de l’impossible de Tran Anh Hung s’avère une subtile et bouleversante adaptation du roman de Murakami.

Premier amour Critique par - 2012-02-02
Cote: 3

Noruwei no mori

Réalisateur : Tran Anh Hung

Partagez cette page

+ SUR LE MÊME SUJET : , , , , ,

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel