Quatre ans après Cadavres, Érik Canuel revient avec Lac Mystère, d’après le roman Mirror Lake, d’Andrée A. Michaud, où il s’amuse à jongler avec les genres.

Depuis 2009, Érik Canuel n’a certes pas chômé. Ainsi, il a notamment réalisé les téléséries policières Flashpoint et Bullet in the Face de même que Barrymore, long métrage où il a dirigé le grand Christopher Plummer. Pour son retour au cinéma québécois, il retrouve sa scénariste du SurvenantDiane Cailhier, avec qui il a exploré le thème de l’identité en adaptant le roman d’Andrée A. Michaud Mirror Lake.

«La question qui m’intriguait et que je me posais, c’était si nous étions ce que nous prétendions être ou ce que les gens croient que nous sommes ou la somme des deux. La vie nous met dans des situations qui changent complètement notre univers, comme une rupture, une perte d’emploi, un deuil. Dès lors, tu fais des choix: ou tu te recroquevilles ou tu pars ailleurs», explique le cinéaste.

Dans le cas de Fred (Maxim Gaudette), dont la femme a une liaison avec son frère, qui est aussi son partenaire d’affaires, il choisira d’aller se terrer dans un chalet en forêt – non sans avoir dérobé tout l’argent de la compagnie. À son grand dam, il devra supporter la compagnie de Philippe (Laurent Lucas), un Français vivant sur la rive américaine du lac des Âmes perdues.

«À mesure que j’avançais, j’ai formulé le thème identitaire. On comprend que le personnage de Maxim veut annihiler son identité précédente. Il se retrouve alors avec un personnage qui nous est présenté comme quelqu’un qui veut être son ami, mais dont l’identité n’est pas claire puisqu’on se demande s’il n’est pas psychopathe. On retrouve ce problème d’identité chez la danseuse (Laurence Leboeuf), qui se déguise, qui change de look et de nom; elle s’appelle Amy Joe, mais elle a Star pour nom de scène. Lorsque Fred la surnomme Kate, elle voudrait devenir cette Kate.»

À l’instar des personnages, dont le policier fou d’amour pour Kate (Benoît Gouin) et le dangereux criminel errant dans les parages (Sylvain Marcel), Lac Mystère adopte tour à tour différentes identités, de la comédie noire au thriller en passant par le drame sentimental. N’ayant peur de rien, Canuel a même insufflé une touche fantastique au tout, bien qu’il ait ancré l’action dans un univers se voulant réaliste.

«Pour moi, le mélange des genres, c’est très risqué, mais j’aime vivre "on the edge". L’un des buts, c’est d’unir le cinéma d’auteur, qui est en partie le film que j’ai fait, qui a ma griffe, mon univers, et mon côté commercial, soit le mélange des genres, afin d’obtenir quelque chose qui est ni l’un ni l’autre, mais qui séduit, divertit et va faire réfléchir quiconque s’en donnera la peine sur notre identité, sur qui nous sommes face à nous-mêmes.»

En salle le 23 août

Lac Mystère
Réalisateur : Érik Canuel

Partagez cette page

+ SUR LE MÊME SUJET : , , , , , , , , , ,

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

Concours

  • Hector & the search for happiness V.O.

    À gagner, 1 des 10 laissez-passer doubles pour un visionnement exclusif du film "Hector & the search for happiness" le mercredi 24 septembre à 19h au Forum.

+ Concours →