Oasis sauvage

7 avril 2012 13h32 · Ianik Marcil

Je m’étais promis de ne pas faire, sur ce blogue, de billets d’humeur motivés par l’indignation circonstancielle. Mais aujourd’hui, la grosse Presse ne me donne pas le choix.

On y apprend, en effet, que Lassonde, propriétaire de la populaire marque de jus Oasis, a poursuivi en cour une petite compagnie québécoise, Olivia’s Oasis, propriété de Deborah Kudzman, parce qu’elle utilise le nom «Oasis» dans sa marque de commerce.

Dans cet article, on lit que Stefano Bertolli, vice-président aux communications de Lassonde, explique qu’il est « essentiel pour l’entreprise de protéger ses actifs les plus importants comme les jus Oasis. » De plus, Lassonde n’est pas à ses premiers faits d’arme en la matière: l’entreprise a intenté plusieurs poursuites similaires pour « protéger ses actifs. »

Protéger ses actifs ou détruire sans raison aucune une autre entreprise, dont les activités et produits n’ont absolument rien à voir avec les vôtres, M. Bertolli?

Dans le dernier rapport annuel de Industries Lassonde, Inc., votre entreprise déclare des ventes de 760 millions de dollars et des profits après impôts de 34,6 M$. Vos poursuites mettent en péril une petite entreprise parce qu’elle doit maintenant payer 80 000$ en frais juridiques. J’espère que vous et vos collègues arrivez à bien dormir, M. Bertolli.

Le comportement de Lassonde est inadmissible à 5 points de vue:

  1. Vous prenez les consommateurs pour des valises – et la Cour est manifestement de cet avis. Nous sommes en mesure de distinguer une boîte de jus de fruit d’une barre de savon, merci.
  2. Vous n’avez pas de vocabulaire. Nous savons que le mot « oasis, » en usage en français depuis le 16e siècle, désigne, au figuré, un « lieu où l’on se repose après une agitation violente ou de longs malheurs » (Littré) – métaphore qui correspond beaucoup mieux à un bain moussant qu’à un jus d’orange, à mon humble avis. Ce mot est un nom commun sur lequel vous ne disposez aucune propriété intellectuelle que ce soit.
  3. Vos actions détruisent le tissu économique. Poursuivre en justice une petite entreprise – a fortiori qui n’est aucunement un concurrent sur votre marché – au risque fort probable de la mener tout droit vers la faillite, fait de vous un « citoyen corporatif » odieux et irresponsable.
  4. Vous ne respectez pas vos actionnaires. Les dépenses élevées en frais juridiques pour votre entreprise engagées dans ses poursuites relèvent d’une gestion irresponsable des ressources financières de votre société.
  5. Vous êtes inhumains. Vous savez très bien qu’une petite entreprise comme Olivia’s Oasis n’a rien d’une corporation de votre taille. Une PME comme celle-là, n’est rien d’autre que l’incarnation du rêve d’une entrepreneure qui porte sans aucun doute à bout de bras ses succès et ses difficultés. Votre comportement relève de la violence psychologique la plus abjecte.

Lassonde est ancrée dans l’histoire économique et régionale du Québec depuis plus de cent ans. Elle bénéficie d’un capital de sympathie plus qu’enviable.

Je vous annonce que ce capital de sympathie s’est volatilisé en grande partie en ce 7 avril 2012. Déjà sur les médias sociaux l’indignation de vos consommateurs se propage comme une trainée de poudre. Faites-en ce que vous voulez.

En attendant, nombre de vos clients vous boycotteront. Je les invite à soutenir votre « ennemie » en achetant ses produits: oliviasoasis.com.

Quant à vous, monsieur Bertolli, je vous invite à procurer à l’ensemble des membres de votre comité de direction ces deux ouvrages et à m’en faire un résumé:

Murphy, P. E. (2002). Marketing Ethics at the Millennium: Review, Reflections and Recommendations. Blackwell Guide to Business Ethics. Oxford: Blackwell.

Weiss, J. W. (2009). Business Ethics: A Stakeholder and Issues Management Approach With Cases, Mason, OH: South-Western Cengage Learning.

 

Partagez cette page

Classé dans :  Humeur, Société
+ sur le même sujet :  , , , , ,

L'opinion émise dans ce billet n'engage que son auteur et ne représente pas nécessairement celle du journal Voir.

+ Ajouter le vôtre Commentaires 29

  • 7 avril 2012 · 13h47 Martineau

    Le numéro du service à la clientèle de Lassonde est 1-866-552-7643 Faisons marcher nos doigts!

    • 7 avril 2012 · 16h58 Ianik Marcil

      Une entreprise basée en grande partie sur son marketing devrait comprendre et être à l’écoute.

    • 11 avril 2012 · 18h37 Hermann Gagnon

      Mieux encore.. Allez à l’épicerie à la section réfrigérée des jus Osis Pause Santé. Notez le nom du produit, son format et sa date de péremption près du bouchon, Envoyez un courriel au Service consommateurs où vous direz que vous en consommez régulièrement mais que cette fois-ci, soit il gouttait l’eau, soit avait un goût amer et n’avait pas sa couleur habituelle. Vous allez recevoir un bon d’achat de 5 $ par la poste. Peut se répéter à partir d’adresses différentes, courriel inclus.

  • 7 avril 2012 · 14h18 Mathieu Lemée

    C’est dommage, car ma diététicienne me recommandait certains de leurs jus pour ma santé. Je vais lui demander de me suggérer autre chose.

  • 7 avril 2012 · 14h29 Marielle Couture

    Pour les plus timides, on peut aussi leur écrire:

    http://www.lassonde.com/industrie/fr/0_0/form_general_feedback.asp

    • 7 avril 2012 · 17h42 Ianik Marcil

      Je pense qu’il faut insister à ce que ça se rende à la famille Lassonde, également. Pas sûr qu’ils étaient informés de ce genre de chose, avant que ça ne sorte dans les médias…

    • 9 avril 2012 · 18h51 David

      La famille Lassonde était parfaitement informés, elle a débuter ce genre d’intimidation il y a 15 ou 20 ans… le premier cas fut une salon de bronzage qui s’appelait Oasis ( oui oui, vous avez bien lu, un SALON DE BRONZAGE… tous a fait dans le même domaine)
      La famille lassonde est une famille d’abuseurs ni plus ni moins…

  • 7 avril 2012 · 14h55 yves graton

    monsieur Marcil,
    bravo de prendre position.
    J’espère que vos amis ne vous reprochent pas de gaspiller de l’énergie pour défendre des gens considérés comme des inconnus.
    J’espère qu’on ne vous dit pas de ménager vos forces…
    c’est si facile de fermer sa yeule et de regarder passer le train.
    Encore une fois, Chapeau !

  • 7 avril 2012 · 16h42 Marie-Sophie

    Je répondrai d’un boycott 100 % pur envers les produits Lassonde à compter d’aujourd’hui, sauf si, peut-être l’entreprise dédommage la propriétaire des produits Olivia’s Oasis.

    C’est d’un ridicule! Quelle façon minable de faire des affaires.

  • 7 avril 2012 · 16h54 Pierre C.

    Pourquoi ne pas créer une fondation comme Mr. Claude Robinson pour aider madame Kudzman avec ses honoraires d’avocats.

  • 7 avril 2012 · 17h08 Geneviève Taillon

    Je vais remettre en question mes achats de jus Oasis. Je vais acheter un produit Olivia’s Oasis en guise de geste de solidarité.

    Mais je vais continuer de me demander pourquoi, si elle est québécoise, cette petite entreprise n’a pas plutôt été baptisée l’Oasis d’Olivia…

  • 7 avril 2012 · 19h19 Olivier

    Le plus drôle, c’est que la marque Oasis existe également en France, et produit aussi des jus de fruits. Elle appartient à d’autres entités que Lassonde (Cadbury et Volvic), mais a été créé en Europe 13 années avant que la marque Oasis ne débarque au Canada (1966 pour la première, 1979 pour l’Oasis de Lassonde).

    On ne me fera pas croire qu’une industrie de la taille de Lassonde n’était pas au courant. Ils ont été les premiers à déposer à la marque ici puis à en profiter, tant mieux, mais il est aisé de déduire que le concept d’Oasis pour du jus ne vient donc même pas d’eux… Et voir qu’ils s’en prennent maintenant à ceux qui utilisent ce terme usuel, même dans d’autres marchés, c’est drôlement culotté !

    Extrêmement décevant.

  • 7 avril 2012 · 19h39 Darwin

    J’ai aussi été estomaqué en lisant cette nouvelle aujourd’hui. Merci de votre indignation. Je compte aussi ne plus acheter de leurs produits.

  • 7 avril 2012 · 21h00 julie graton

    Bravo Monsieur Marcil !
    Votre texte est sur ma page facebook… avec les petites notes « BOYCOTT »… et « Faites circuler! »

  • 8 avril 2012 · 07h17 Victor

    J’étais un très grand consommateur de jus Oasis (1 ou 2 par jour), pour moi et ma jeune famille. J’aimais non seulement leurs produits, mais aussi ce que je croyais être leur philosophie d’affaire.

    Je vais certainement remettre en question cette habitude, favoriser des alternatives et passer le mot autour de moi.

    Merci énormément M. Marcil.

  • 8 avril 2012 · 09h17 B. Bibeau

    Dans un premier temps, la Cour supérieure a débouté la compagnie Lassonde, mais pour mieux écraser Olivia’sOasis, elle en a appelé de la décision de rembourser les frais juridiques de Madame Kudzman… Mauvaise décision (et mauvais jugement de la Cour d’appel qui a donné raison à la cie)… T’as perdu? Tu la fermes, tu payes, et tu passes à autre chose. Lassonde fait des millions de profits, mais son entêtement ne sera pas payant. Cette poursuite n’aurait jamais dû être entreprise! Les consommateurs ne sont pas des imbéciles incapables de faire la différence entre un savon et un jus!
    Face au tollé (Vive les médias sociaux!), la cie Lassonde a reculé et promis de rembourser Madame Kudzman. Le mal est fait! Madame Kudzman se bat depuis 7 ans avec tout le stress que cela peut occasionner… Quand écraser une petite compagnie (et ce n’est pas la 1ère poursuite intentée par Lassonde), qui ne demande qu’à faire sa place, devient une façon tordue de contrôler et baîlonner quiconque ose utiliser en partie un nom aussi commun que le mot oasis, cela ne mérite aucun respect.
    Oasis n’entrera plus jamais dans mon frigo.

  • 8 avril 2012 · 09h23 pierre

    Sur la page Facebook de Lassonde ce matin:
    Lassonde compensera Mme Kudzman pour ses frais juridiques. C’est avec diligence, respect et dignité que Lassonde compte compenser adéquatement madame Kudzman pour ses frais juridiques engagés jusqu’à maintenant. Notre intention n’a jamais été de nuire à une autre entreprise québécoise.

  • 8 avril 2012 · 13h35 Shad Binazo

    La saga “oasis” va faire un cas d’école.
    Lecon : Il ne faut jamais se contenter des conseils d’avocats pour prendre des décisions aussi importantes. On peut avoir raison légalement et mettre son entreprise en péril quand même. La preuve.
    Je pense que Lassonde a compris son erreur et le pouvoir de responsabilisation des consommateurs. Cette affaire ci- a touché les cordes sensibles des consommateurs. C’est évident, le consommateur québécois veut bien consommer des produits mais aussi des valeurs. http://affairesautrement.blogspot.ca/2012/04/la-saga-oasis-et-linsoupconnable.html

    • 12 avril 2012 · 21h05 Ianik Marcil

      Consommer des «valeurs» – en effet. Les médias sociaux font écho au désir des consommateurs. Reste à voir si les entreprises changeront véritablement et durablement – au-delà des énoncés de «bonne gouvernance»…

  • 9 avril 2012 · 07h55 Lise-Anne Morin

    Il y a une vingtaine d’années (probablement au moment du lancement de la gamme de jus Oasis), un reportage de l’émission J.E. dénonçait les mêmes pratiques de Lassonde. De petites entreprises recevaient des avocats de Lassonde une mise en demeure leur demandant de retirer le terme Oasis de leur marque de commerce. Cela m’a tellement révoltée que je n’ai pas acheté leurs jus. Ces petites entreprises n’avaient certainement pas les moyens de répondre par les tribunaux. Ils ont perdu leur gagne-pain par la faute d’une entreprise imbue d’elle-même qui se croit tout permis. Combien de gens a-t-elle mis dans la rue au cours de toutes ces années.

    C’était bien avant les Facebook et Twitter de ce monde et même Internet était à ses débuts. Ces gens n’avaient aucun recours. À ce jour, lorsque que je vois les jus Oasis sur les tablettes, je pense à leurs manoeuvres viles. Visiblement, ils sont très mal conseillés au plan juridique. Mais, pour qui se prennent-ils? Il est facile de modifier nos habitudes; le choix est vaste. Et c’est faux de croire que les gens vont oublier; pour ma part 20 ans après le reportage, je ne l’ai pas oublié et rien ne me fera changer d’idée à leur sujet.

    • 9 avril 2012 · 10h29 Samuel P.

      J’ajoute un exemple du caractère profondément égocentrique de la firme Lassonde : mon oncle, pomiculteur de son état, vendait autrefois une partie des fruits de son verger à Lassonde. Hors, depuis quelques années, la compagnie a baissé son prix d’achat à des montants risibles, sous prétexte que la pomme chinoise coûte moins cher. Cela clarifie, je crois, toute la vision purement économique de Lassonde, cherchant le plus haut profit avant quelque équilibre écologique et social.

      Je vous invite à boycotter, du même coup, autant de firmes et compagnies que vous pouvez : ces pratiques véreuses sont monnaie courante, quelques recherches vous en convaincront.

    • 9 avril 2012 · 19h00 David

      Même chose pour moi… j’ai jamais arrêté de les boycotter a cause de ça et j’ai pas l’intention d’arrêter…

    • 9 avril 2012 · 19h02 David

      Samuel, des pommes de la Chine???? Je savais pas… Encore une bien meilleurs raison de pas en acheter… La super Chine avec ZERO contrôle des pesticides… Ouache… Vivement une loi pour nous donne la provenance obligatoire sur les contenants

    • 12 avril 2012 · 21h07 Ianik Marcil

      Il ne faut pas non plus diaboliser Lassonde et souhaiter que cet épisode puisse être un avertissement qui fasse durablement changer le comportement des entreprises. Je plaide pour davantage de transparence – et les médias sociaux peuvent aider en ce sens…

  • 9 avril 2012 · 14h29 Serge Bouchard

    Sept ans d’enfer pour cette dame…Je vous met donc en punition pour les sept prochaines années avant d’acheter à nouveau vos produits…

  • 11 avril 2012 · 05h18 Jonathan

    Avec une baisse de 3$ dans la valeur de l’action depuis 1 semaine, Lassonde n’a pas eu beaucoup de punition. Sachant qu’ils ont une vaste gamme de produits vendus coast to coast, pour faire réellement bouger la compagnie, il faudrait acheter des actions a valeur marchande, autour de 68, et les revendre à un prix qui indique indignation: disons 20-25?
    Ainsi, la valeur de la compagnie chute de 500 M à moins de 250 M.
    Important d’envoyer une lettre à la compagnie pour qu’ils sachent pourquoi le prix fluctue aussi radicalement.
    Je doute qu’un boycott partiel ((c’est pas tout le monde qui va les boycotter) des jus oasis ait un énorme effet sur l’ensemble de la compagnie.
    Ceci ne veut pas dire qu’un boycott est inutile, non plus que les commentaires sur place publique n’ont rien fait. Simplement que Lassonde verra cet épisode comme la fois où ils ont perdu une miette (ils ne.se.rapelleront pas d’olivias oasis…). Ce que je propose est de faire en sorte que le président doit expliquer au ca pourquoi, à un moment, les actionnaires avaient perdus un si gros montant de leur investissement. Ça ça fait bouger une compagnie.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

À propos RSS

@IanikMarcil

+ @IanikMarcil →

Catégories