Blogue de Ianik Marcil Punkonomie RSS

Économiste spécialisé dans le domaine des transformations économiques, industrielles et technologiques. Passionné de culture, d’esthétique et d’arts visuels. Pratique l'indignation depuis au moins trois décennies. Punk à cravate. | Site web. | Twitter. | Page Facebook. | Chronique en arts visuels. | Punkonomie (définition). |

Rentrez en dedans

27 août 2012 · Humeur, Société · Ianik Marcil
33

Jour de rentrée, Université de Montréal, pavillon Jean-Brillant, fin des années 1990. J’ai fin vingtaine, je suis un fier et prétentieux nouveau chargé de cours. Je partage mon temps entre l’enseignement de l’analyse des interventions de l’État, des théories politiques critiques en science-pô et de l’analyse économique à HÉC. Début septembre, le temps est toujours doux, le soleil, toujours rieur. Parce que la rentrée, demeurera pour moi toujours le plus beau temps de la vie. Renouveau, retrouvailles, fraternité, connaissance, création – la sensation, par-dessus tout, d’appartenir à une longue tradition qui remonte à la Sorbonne du Moyen Âge si ça n’est à l’Académie de Platon ou au Lycée d’Aristote. Une noble et grandiose histoire qui a voulu que l’Université – avec un U majuscule – soit le château-fort inviolable de la liberté absolue de pensée et de création. Du respect de la divergence des idées. De la fraternité dans la différence. Des liens entre maîtres et élèves, où les premiers élèvent, justement, les seconds à des niveaux toujours plus élevés de connaissance, d’esprit critique, d’imagination et d’humanité. L’Université n’est pas un building ni une business. L’Université n’est pas usine à petits robots qui répondent aux besoins des entreprises ni de [...]

Lire le billet →

Électoralement déboussolé

25 août 2012 · Société · Ianik Marcil
6

La boussole électorale est un gadget sympathique. On le présente comme un « outil éducatif » qui permet d’en apprendre davantage sur les plateformes des partis politiques. Cependant, il me laisse à cet égard dans un état d’esprit plutôt dubitatif. Toute initiative visant à aider les électeurs que nous sommes me semble a priori louable. En revanche, ce questionnaire succinct participe également de ce qui nourrit la dérive de notre vie démocratique et le cynisme qui est sous-jacent: la sur-simplification des problèmes et des solutions, l’engagement politique à la carte, l’absence de délibération, personnelle et publique. On l’a assez répété, moi le premier: une élection générale n’épuise pas la totalité de la vie politique d’un peuple. Mais elle en constitue tout de même un moment décisif qui ne devrait pas se régler en répondant à quelques questions primaires. Heureusement, médias et organisations diverses ont proposé au cours de cette campagne électorale de nombreux outils comparatifs des programmes des partis politiques en plus, surtout, de sources de réflexions pour permettre aux électeurs de mener une « délibération » personnelle un peu plus approfondie. Sans être exhaustif, j’ai fait l’exercice de relever ceux qui me semblent les plus complets ou originaux et qui [...]

Lire le billet →

Le chemin est meilleur que l’auberge

19 août 2012 · Humeur, Société · Ianik Marcil
1

Nous avons passé l’étape de la mi-campagne électorale. La « vraie » campagne commencera demain, probablement, après le débat des chefs télévisé « officiel. » Malgré cela, plusieurs se désolent déjà de la piètre qualité des échanges – qui ne serait même plus au ras des pâquerettes, mais à un niveau infra-lithosphérique. Pareillement, plusieurs d’entre nous qui croyons que la crise sociale allumée par la grève étudiante à la fin de l’hiver est potentiellement porteuse de changements constructifs et profonds pour notre vie en commun perdent espoir qu’il puisse résulter autre chose d’un scrutin aussi banal que les autres, au terme duquel nous n’en conserverons qu’un vague sentiment de lendemain de veille ou de celui d’une vie qui continue sans que rien n’ait, au fond, bien changé. Un peu partout on discute de l’intérêt de voter « stratégique, » de voter avec ses convictions, d’annuler son vote – sinon de s’abstenir. Les arguments de part et d’autre sont étoffés. La discussion, sérieuse. Contexte oblige, l’actualité des conversations se concentre ces jours-ci presque essentiellement sur l’issue du scrutin du 4 septembre. À cet égard, les discussions sur le vote « stratégique, » de « conviction, » blanc ou inexistant semblent bien légitimes. Pourtant, on soulignait encore récemment à grands traits que [...]

Lire le billet →

Ce qui dépend de nous

5 août 2012 · Société · Ianik Marcil
11

Les économies occidentales font face à des turbulences potentiellement historiques. Tout indique que plusieurs pays européens sont déjà entrés en récession et la situation aux États-Unis n’est pas reluisante. Ajoutons à cela une baisse marquée de la croissance des nouveaux géants comme la Chine, le portrait n’est pas rose. Je prétendais ici même il y a quelques semaines que les économies mondiales connaissent une crise économique systémique et profonde. Je proposais dans ce même texte des orientations générales pour l’avenir des politiques publiques. Maintenant que nous sommes en campagne électorale, la question est : qu’est-ce qu’on peut faire, concrètement ? À quels problèmes devons-nous nous attaquer en priorité ? À mon sens, les cinq principaux défis économiques du Québec à moyen et long terme sont les suivants : 1.- Fractures sociales et économiques. Environ la moitié de la population adulte québécoise est analphabète fonctionnelle (éprouve des difficultés de lecture). Nos taux de diplômation sont désastreusement bas. Les inégalités économiques se creusent ici aussi. Les effets purement économiques de cette situation sont désastreux : l’exclusion d’une large partie de la population de la vie économique privera le Québec d’un potentiel de production économique digne de ce nom. 2.- Tissu industriel éclaté et exploitation non valorisée [...]

Lire le billet →

Trésor public

1 août 2012 · Société · Ianik Marcil

Discours devant les amis de NOUS ? pour une soirée préélectorale le 31 juillet 2012 au Bar A à Montréal.   Tu te lèves le matin pour aller travailler. En voiture, tu passes pas loin de la chapelle de Sainte-Rose-de-Lima à Sainte-Rose-du-Nord, bâti du bois de ton coin de pays, riche de cet autel fabriqué d’un seul tenant d’une tranche d’arbre centenaire. Glorieuse chapelle qui domine le fjord avec humilité. Tu te lèves le matin pour aller au bureau de chômage. En autobus, tu passes devant le Cégep de Sherbrooke et tu te rappelles qu’il n’y a pas si longtemps encore tu écoutais le professeur Simard te raconter la poésie des Antilles et du Québec. Tu te lèves le matin, tu prends le métro pour aller faire tes heures de serveuse dans un hôtel du Vieux-Montréal, avant la reprise de ta session de cours à l’Université. Tu es maussade ce matin, mais en débarquant à la station Champ-de-Mars, la lumière qui traverse les vitraux de Marcelle Ferron t’apaise un peu. Tu es travailleuse, tu es chômeur, tu es étudiante et tu te lèves en ce matin du 1er août 2012 en pensant à toutes ces choses précieuses et belles [...]

Lire le billet →

Fadaises et billevesées

25 juillet 2012 · Société · Ianik Marcil
12

La campagne électorale n’est même pas commencée que les espaces médiatiques (les « nouveaux » comme les « traditionnels ») regorgent de fadaises et billevesées aussi diversifiées qu’insupportables. Nul parti ni groupe d’intérêt ne semble épargné par le virus de la vacuité de la pensée. Ça promet. L’édition de La Presse de ce 25 juillet en fait l’éloquente démonstration dans deux textes d’opinion. Le premier, de l’éditorialiste Mario Roy est intitulé « L’épouvantail. » Le second, Michel Kelly-Gagnon et Yanick Labrie de l’Institut économique de Montréal (un think-tank qui défend les valeurs du libéralisme économique), « Une ère néolibérale ? » Les deux textes conspuent un soi-disant discours anti-économique porté par les milliers de manifestants dans les rues de Montréal, de Trois-Rivières et de Québec dimanche dernier, qui en appellerait à mettre « dehors les néolibéraux » (cf. page Facebook de l’événement). Messieurs Roy, Kelly-Gagnon et Labrie tentent de démontrer que (a) le Québec n’est pas néolibéral, bien au contraire et que (b) il s’agit d’un discours idéologique, « chez nous, le néolibéralisme fait office de Bonhomme Sept-Heures, » selon les mots de Mario Roy. Ils réclament doctement que les « carrés rouges » (qui osent contester l’ordre politico-économique actuel et pas uniquement la hausse des droits de scolarité) devraient « recourir aux [...]

Lire le billet →

Incertitude radicale : hommage à Poincaré

17 juillet 2012 · Société · Ianik Marcil
9

Supposons que vous désiriez calculer la vitesse d’une boule de pétanque atterrissant sur votre terrain préféré. Votre vieux manuel de physique de secondaire 4 vous fournira l’équation idoine à cette fin, si vous êtes en mesure d’évaluer la masse de la boule, l’énergie cinétique que le travail de votre bras lui aura imprégné et autres petites variables du même acabit. L’ensemble de ces informations, les « conditions initiales, » sont mesurables et les lois élémentaires de la physique nécessaires à ce calcul, connues depuis Newton. Le résultat ne pose donc aucun problème : nous pouvons calculer avec précision et certitude la vitesse de notre boule de pétanque. Sauf que pas vraiment. Il y a plus de cent ans, un grand mathématicien et physicien français, Henri Poincaré, a produit une réflexion à ce sujet qui a fortement marqué le développement des mathématiques pures et appliquées de la deuxième moitié du 20e siècle. Poincaré est décédé il y a 100 ans aujourd’hui. Il a été l’un des mathématiciens et des physiciens les plus importants du siècle dernier et ses travaux ont, notamment, donné naissance à ce qui fut appelé, dans les ouvrages grand public, la « théorie du chaos. » Simplifions à outrance : si en théorie nous [...]

Lire le billet →

Quoi ? La liberté

4 juillet 2012 · Société · Ianik Marcil
1

On vient d’apprendre à Frank qu’il a un cancer du cerveau. Incurable. Pas pour rien qu’il avait des migraines carabinées depuis un certain temps. La veille, il perdait son emploi, parce qu’il avait pris la liberté de noter l’adresse de la résidence de la réceptionniste de son bureau, afin de lui envoyer des fleurs, alors qu’elle traversait une mauvaise passe. Or, utiliser le registre des renseignements personnels de la compagnie d’assurances pour laquelle il travaille contrevient aux règlements internes, aussi stricts qu’impitoyables de conséquences. Donc, licenciement. Au regret de son gestionnaire immédiat, qui ne fait qu’appliquer les directives « venues d’en haut, » bien entendu. L’avant-veille, tentant d’échapper à sa migraine et son ennui, il zappait entre divers postes de télévision aussi débiles que variés les uns que les autres. Naviguant d’un concours à la American Idol où un jeune homme sans talent se fait humilier à une émission politique qui ferait passer Fox News pour un repère de socialistes en passant par un compendium des cascades les plus idiotes et autres télé-réalités où des adolescentes hystériques se chamaillent en se lançant un tampon hygiénique usagé par la tête, Frank n’a non seulement pas perdu sa migraine mais a gagné en plus [...]

Lire le billet →

Wikipolitique

2 juillet 2012 · Société · Ianik Marcil

Un peu partout dans le monde, des mouvements populaires cherchent à se réapproprier le politique. Les institutions traditionnelles – tant les partis politiques que les organisations représentatives – semblent de moins en moins répondre aux aspirations et aux besoins de la vie civique. Affairisme, carriérisme et corruption, management à court-terme de la chose publique, saccage du patrimoine environnemental et industriel, négation du rôle des travailleurs dans la société, endettement généralisé, montée inexorable des inégalités sociales de toute nature: nombre de citoyens constatent que le politique a été sacrifié à la politique à la petite semaine. Ce contexte est le terreau idéal sur lequel croissent le cynisme et la désaffection politique. La réputation des politiciens et les taux de participation anémiques aux élections le démontrent parfaitement. Les mouvements sociaux comme les occupy, les indignados ou le mouvement des carrés rouges constituent autant de cris du cœur contre cette dérive politicienne et affairiste qui laisse en plan la destinée des peuples. En revanche, la situation ouvre la porte à de nouvelles formes de participations politiques. En Europe comme dans les Amériques, on voit naître semaine après semaines ces dernières années des initiatives de « démocratie liquide » – des forums laissant un [...]

Lire le billet →

À semer le vent…

28 juin 2012 · Société · Ianik Marcil
11

Le baromètre économique mondial pointe à la tempête. La grosse tempête. Les indicateurs récents le démontrent. La confiance des consommateurs continue à chuter aux États-Unis, la croissance européenne est à zéro et aggravée dans certains pays par les mesures d’austérité, le chômage dans les économies les plus fragiles au plus haut, l’éclatement possible de la zone euro, la production des géants de la Chine et de l’Inde en fort ralentissement, la création d’emploi et la production aux États-Unis sont bien en deçà de leur potentiel, les autorités monétaires sont à court de solutions pour la relance, le problème de la dette souveraine de plusieurs États est tout sauf réglé, l’endettement privé et public ne s’est guère amélioré depuis le crash financier de 2008… Bref, ça ne va pas bien du tout. À l’automne pourrait s’amorcer une nouvelle récession mondiale aussi sévère que celle que nous avons connu en 2008-2009. Une situation comme celle-là serait catastrophique, compte tenu qu’aucune économie dans le monde ne s’est encore remise – même très partiellement – de la dernière. Deux récessions économiques mondiales de cette ampleur coup sur coup seraient tout simplement cataclysmique. Dans le contexte social que nous connaissons au Québec et compte tenu [...]

Lire le billet →
Page 6 sur 1012345678910

@IanikMarcil

+ @IanikMarcil →

Catégories