Si je peins vite, est-ce que je peins mal?

3 janvier 2013 8h00 · MBAM

Auguste Renoir, Coucher du soleil (détail), 1879 ou 1881. © Sterling and Francine Clark Art Institute, Williamstown, Massachusetts, USA

Les thématiques se suivent mais ne se ressemblent pas dans l’exposition Il était une fois l’impressionnisme : chefs-d’œuvre de la peinture française du Clark présentée au Musée des beaux-arts de Montréal jusqu’au 20 janvier prochain. Après avoir vu les facettes écologiques, mercantiles et visuelles des premiers tableaux, une autre thématique fait son apparition au fil des œuvres : peindre vite veut-il dire peindre mal?

Cette question épineuse est discutée en 1874, dans l’atelier du photographe Nadar à Paris, lorsque s’ouvre la première exposition scandaleuse de la « Société anonyme des artistes peintres, sculpteurs, graveurs, etc. », où sont disposées 165 œuvres sur les murs clairs d’un appartement de taille moyenne. Par moquerie, un tableau de Monet donnera le nom au mouvement admiré de nos jours : Impression, soleil levant (Paris, musée Marmottan).

Pour comprendre ce mouvement, une mise en contexte s’impose. Au XIXe siècle, la révolution industrielle amène la vitesse et le mouvement. Cette révolution se retrouve aussi dans la peinture, avec ses caractéristiques de fugacité et de flou… d’impression. À l’époque, la majorité des critiques sont contre cette peinture facile, désinvolte, hâtive, bâclée, grossière et même pire, inachevée ! Pour eux, c’est le résultat d’un total laxisme moral, voire l’œuvre de fous dangereux.

Pourtant, ce lien entre la rapidité et la notation fugitive qui s’impose par l’exagération de la touche va mener à une variété de gestes qui révéleront la nature profonde de l’artiste impressionniste, son « tempérament » en quelque sorte. De même, la main de l’artiste reste invisible au profit d’une représentation illusionniste, avec une gestuelle libérée, vivante, dynamique, éloquente, inspirée des maitres anciens. Cependant, malgré leur apparence de spontanéité, rares sont les toiles qui n’ont pas été travaillées à plusieurs reprises, ne serait-ce que pour laisser le temps à la peinture de sécher afin d’éviter de peindre humide sur humide, au risque de salir les couleurs entre elles.

À cette période, la peinture devient une performance, affirmant du même coup la personnalité de l’artiste à la surface de toute la toile. Désormais, l’artiste s’interpose entre le spectateur et la représentation : tout le tableau devient sa signature !

Partagez cette page

+ Ajouter le vôtre Commentaires 10

  • 4 janvier 2013 · 14h16 Josée Caron

    Quelle merveilleuse exposition! Des oeuvres que je ne ma lasse pas d’admirer, encore et encore.

  • 4 janvier 2013 · 14h24 Maxime Ouellet

    « Désormais, l’artiste s’interpose entre le spectateur et la représentation : tout le tableau devient sa signature ! »

    Il s’agit probablement de l’une des meilleures descriptions de l’impressionnisme qui m’a été donné de lire. Effectivement, l’obsession de reproduire avec justesse le sujet tenait tant qu’à moi plus de la science que de l’art… Sûrement une des raisons pourquoi les impressionnistes nous fascinent et nous touchent encore à ce jour…

    Maxime Ouellet

  • 4 janvier 2013 · 16h13 Cécile Grand Maison

    Non du tout. Ce qui s’exprime en peignant a mijoté depuis longtemps dans l’être intérieur du peintre. Si cette étape ce fait trop vite, là il y aura gachi lors de la production de l’oeuvre mais j’ai déjà fait une toile de 40 pouces de haut en 20 minutes et elle blastait. Ce qui se passe c’est que la partie création ou mijotage n’est pas reconnu comme faisant partie de la production d’une oeuvre. Également quand un peintre commence à vendre, la pression pour produire plus augmente et ça c’est pas bon pour la création.

  • 6 janvier 2013 · 03h01 J.P.Bertrand

    Enfin se libérer du conformisme!

  • 7 janvier 2013 · 17h09 Caroline Lacasse

    Absoluement magnifique comme période! La délicatesse rend hommage à la lumière et la couleur.

  • 7 janvier 2013 · 17h12 Dan Chretien

    À mon avis l’ère la plus évolutive de cet art sensible aux émorions des peintres. La liberté transcende dans leur nature qui l’emporte sur celle qu’ils ont tenté de reproduire en prospérité intemporelle!

  • 8 janvier 2013 · 08h06 sophie valade

    J’ai vue plusieurs expositions mais celle-ci me semble de loin une des plus prestigieuse et complete sur l’impressionnisme, bravo de faire découvrir les impressionnistes aux amateurs d’arts.

  • 9 janvier 2013 · 14h50 Pierre Caudrelier

    A ne surtout pas manquer!!

  • 10 janvier 2013 · 12h57 Gwladys Benito

    J’espère avoir la chance d’aller visiter cette expo avant sa fin. Les oeuvres impressionnistes sont toujours un plaisir pour les yeux et l’âme,.

  • 13 janvier 2013 · 18h19 Camilo Céré-Escribano

    L’impressionnisme est mon mouvement artistique favori et je rêve de pouvoir assister à cette exposition! Savourer le pouvoir de l’instant!

Ajouter un commentaire

Pour participer au concours, vous devez entrer votre nom complet et votre numéro de téléphone.

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel (ne sera pas publié)
Optionnel

Présentation

En exclusivité canadienne, découvrez, pour la première et unique fois, les chefs-d’œuvre des impressionnistes de la prestigieuse collection du Clark Art Institute. Choisies pour leur qualité remarquable, 74 peintures réalisées entre autres par Degas, Gauguin, Monet, Pissarro, Toulouse-Lautrec, incluant 21 tableaux par Renoir ainsi qu’en exclusivité la sculpture de la Petite danseuse de quatorze ans par Degas.

Concours

À gagner : 1 des 10 laissez-passer doubles pour l'exposition Il était une fois l'impressionnisme (valeur de 40 $ ch.)* et un Grand prix, un abonnement VIP de 2 ans au MBAM (abonnement VIP et invité***, valeur de 166$)**.

Pour participer, écrivez un commentaire sur un des textes présentant l'exposition Il était une fois l'impressionnisme affichés sur cette page.

* Un tirage par semaine, chaque jeudi. Les gagnants seront sélectionnés au hasard parmi ceux qui auront soumis un commentaire durant la semaine précédent le tirage et qui auront fourni tous les renseignements nécessaires lors de l'envoi de celui-ci. Les gagnants seront contactés par courriel et/ou par téléphone.

** Un seul tirage, le 11 janvier 2013. Le gagnant sera sélectionné au hasard parmi ceux qui auront soumis un commentaire.

*** L'abonnement VIP et invité permet au titulaire de visiter le musée gratuitement aussi souvent qu'il le souhaite et de se faire accompagner d'un non-membre de son choix.

Calendrier

@mbamtl sur Twitter

Derniers commentaires

À lire également

Il était une fois l’impressionnisme
au Musée des beaux-arts de Montréal

1380, rue Sherbrooke Ouest
Montréal (Québec) H3G 1J5
www.renoiramonet.com

Billetterie
514-285-2000, option 4
ebillet.mbam.qc.ca

Légendes

Edgar Degas, Petite danseuse de quatorze ans (détail), 1880-1881. © Sterling and Francine Clark Art Institute, Williamstown, Massachusetts, USA
Auguste Renoir, Une loge au théâtre (Au concert) (détail), 1880. © Sterling and Francine Clark Art Institute, Williamstown, Massachusetts, USA