La famille royale canadienne

3 octobre 2012 15h38 · Jean-Félix Chénier

La famille royale canadienne - Photo Jacques Nadeau, Le Devoir

Justin Trudeau se lance dans la course à la chefferie du Parti libéral du Canada.

La presse titre «Au nom du père et du fils…». Les médias canadiens-anglais et canadiens-français se pâment. Après la trudeaumanie de 1968, qui a vu la personnalité et le style de Pierre Elliott Trudeau triompher et apporter des réponses à la crise identitaire du Canada – ces réponses posent toujours problèmes d’ailleurs, ce que fiston ne semble pas considérer — vivrons-nous une nouvelle trudeaumanie ?

Je dirais plutôt que nous glissons sans nous en apercevoir vers une «monarchisation» du Canada. Stephen Harper deviendrait-il alors son propre fossoyeur? Car c’est notre actuel premier ministre qui a le plus contribué à ramener la symbolique monarchique dans le paysage canadien. Il a changé l’appellation des forces armées canadiennes, dorénavant les Forces armées royales, l’Aviation royale, la Marine royale… Dans l’édifice du ministère des affaires étrangères, il a écarté des œuvres de Pellan au profit de banals portraits de la Reine. Celle-ci doit d’ailleurs maintenant figurer sur les murs de toutes les ambassades… Ambassades qui logeront parfois à la même enseigne que celle de la métropole, comme si nous étions encore une province de l’Angleterre… Il ne manquait au Canada que sa propre famille royale.

Avec Pierre Elliott Trudeau comme «père de la nation» canadienne moderne – une nation qui s’est construite il faut le rappeler, sans le consentement unanime de l’Assemblée nationale, d’hier à aujourd’hui – Justin Trudeau peut maintenant incarner le fils «hip», légitime descendant de «notre famille royale» multiculturelle et bilingue !

Sa femme Sophie Grégoire incarne une Kate Middleton tout-à-fait à notre mesure, c’est-à-dire au plaisir qu’ont les anglo-saxons au premier chef, mais sans doute un peu tout le monde ici, à contempler une mère de famille aimante et dynamique, toujours en appui mais aussi en réserve de son mari…

À force d’enfoncer le clou de la Monarchie,  Stephen Harper a préparé le terrain pour que la frénésie autour de la candidature de Justin Trudeau s’empare du Canada, (Québec compris). Il ne manquait en effet à «cette nation canadienne» que sa propre famille royale…

 

Partagez cette page

Classé dans :  Divers, Humeur, politique, Société
+ sur le même sujet :  , , , , , ,

L'opinion émise dans ce billet n'engage que son auteur et ne représente pas nécessairement celle du journal Voir.

+ Ajouter le vôtre Commentaires 10

  • 3 octobre 2012 · 17h43 Jacques Pruneau

    J’ai l’idée que je n’aime pas plus le fils que j’adulais le père. En fait, tout cela me paraît tellement « hors-du-monde », un peu comme les séries de TVA, que ça n’a vraiment aucun intérêt.
    Il fera rêver quelques (et même plusieurs) poupounes fédéralistes comme son papa en 1968, mais à part ça…
    Bof…

  • 3 octobre 2012 · 21h17 langlois

    du ballonner de tromperie journaliste de ty coune a deux pates on connais ca

  • 5 octobre 2012 · 17h53 Claude Perrier

    Bah… Faut pas en vouloir à Justin. Après tout, il n’a pas «choisi» d’être qui il est, n’est-ce pas?

    Mais possiblement sera-t-il celui qui, malgré lui et ses réelles compétences, chassera enfin du royaume canadien le monarchiste Stephen Harper.

    Qu’il soit un preux chevalier ou un fac-similé en carton-pâte, c’est très secondaire. Sus au dragon du Reform Party (déguisé en Conservateur), voilà tout ce qui importe vraiment pour le moment!

  • 7 octobre 2012 · 06h37 Gerry Pagé

    Tenter de sauver le PLC est le parfait synonyme de « injurier l’histoire » et de « déshonorer le pays ». Si c’est ça que le divino Trudeau recherche, il en payera toutes les factures, même si, à tous égards, il n’en a surtout pas les moyens. Trudeau fera du PLC de Chrétien ce que Charest a fait du Parti Conservateur de Mulroney. Une sérieuse autopsie de la politique fédérale, provinciale et municipale en dirait long sur le nombre grandissant des malfrats qu’elle attire en son sein, en ce millénaire de toutes les émergences les plus disparates dont certaines sont plus que crasses.

  • 7 octobre 2012 · 11h51 Gerry Pagé

    Jean-Félix Chénier, de VOIR Montréal et endoctrineur des collégiens de Maisonneuve, votre procès pompeusement tzariste du gouvernement Harper tient d’une oligarchie masquée qui s’en prend aux libertés, tel un cancer. Qui êtes-vous, au juste, pour publier de telles photos de votre étroitesse surdimensionnée qui n’a aucun sens critique autre que celui de blaster? D’autre part, vos ballonnements et flatulences antiroyalistes qui consistent à monarchiser moqueusement et trompeusement le jeune Trudeau, vous relayent dans la catégorie des scribes de bécosses, ces émergents graffiteurs des médias de l’anonymat et leurs profilages insidieusement protéiformes.

    • 7 octobre 2012 · 17h04 Jean-Félix Chénier

      Belle plume,
      Mais venez-en aux faits. Je critique le trudeauisme à travers le fait que Justin n’ pas critiqué le rapatriement alors qu’il a remis en question la politique de l’énergie dans l’ouest… Et je critique la vision monarchiste du Canada entretenue par Stephen Harper. Puis, je remarque que la famille Trudeau a peut-être atteint ce statut si privilégié qu’il y a dans les grands pays de traditions aristocratiques comme les véritables monarchies. Et je me dis que Justin et sa petite famille sont peut-être les premiers prétendants à cette aristocratie «bien née» que toute monarchie qui se respecte doit avoir… Critique politique mêlée à de l’ironie…

  • 7 octobre 2012 · 17h11 Claude Perrier

    Monsieur Pagé, vous êtes une énigme.

    Vos propos sont tels qu’on n’a pas la moindre idée de ce qu’ils pourraient signifier…

    Pour le bénéfice des membres du site, pour celui des visiteurs, et aussi pour celui de Monsieur Chénier lui-même, vous serait-il possible de préciser un peu plus clairement ce que vous nous racontez?

    Et un grand merci, car nous – et moi le premier – apprécions tous comprendre les interventions.

    Bonne fin de journée!

    • 8 octobre 2012 · 15h49 le calinours bienveillant

      « Pour le bénéfice des membres du site, pour celui des visiteurs… »

      ah non pas moi! moi j’avais compris le mot de gerry claude. dieu merci il utilise un vocabulaire accessible et en plus il utilise la majuscule en début de phrase. désolé d’altérer ton nous mais je n’en fais pas partie.

  • 7 octobre 2012 · 19h05 Gerry Pagé

    Sans perdre mon temps ni vous faire perdre le vôtre, Monsieur Perrier, votre intervention interrogative surprend les non initiés si naïfs soient-ils autant qu’elle ne surprend aucun initié, si cursif soit-il. À travers l’avalanche de vos pontes scribouillardes, je ne peux me souvenir d’aucun moment où vous avez clairement laissé entendre ou précisément démontré que vous souhaitiez comprendre qui que ce soit. Vous palabrez avec l’aisance du « qui sait tout ». La mécanique contorsionniste de vos astuces empoisonne les appâts de vos hameçonnages et vos questionnements furtifs ne sont pas sans rappeler Andrée A. Michaud, auteure que vous vous êtes permis de griffer sans retenue et surtout sans merci. Votre façon si distinctive et à la fois tellement pontifiante d’utiliser le « nous » en dit assez long sur le carbure atypique de vos pompes. Comme je ne fréquente ni les m’as-tu-vus, ni les m’as-tu-lus, sachez, Monsieur Perrier, que, depuis 2007, je ne lis plus ce qui sort de vos noirs encriers.

  • 8 octobre 2012 · 19h39 Gilles Bousquet

    Nous pourrions aussi avoir, comme famille royale locale, un autre couple, Céline Dion-René Angélil avec une descendance assurée itou. Why not ? Pourquoi pas ?

    Vive le Roi, vive la Reine ! ou vice versa.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

À propos RSS

  • Jean-Félix Chénier
    Culture et politique

S’abonner au blogue

@blogueduvoisin

+ @blogueduvoisin →