Kim Jong Un, The Watchmen et la rationalité

5 avril 2013 17h29 · Jean-Félix Chénier

Les menaces complètement folles et le chantage odieux mené par le régime nord-coréen du dernier fils Kim ces jours-ci soulève la question de la rationalité des acteurs en relations internationales. La théorie la plus forte de ce champ spécifique de la science politique est appelée la théorie réaliste. Elle postule que l’acteur dominant sur le champ de l’international est l’État; que celui-ci poursuit une logique d’intérêt et de sécurité nationale; que la scène internationale est marquée par une lutte permanente avec des équilibres possibles, mais nécessairement temporaires…

Durant la Guerre froide, la théorie réaliste a émis l’hypothèse qu’une course aux armements nucléaires entre les USA et l’URSS conduirait à «l’équilibre de la terreur», c’est-à-dire que la possibilité qu’avait chacun de détruire l’autre plusieurs fois (alors qu’une seule fois devrait suffire…) conduirait chacun des géants en guerre à maintenir justement une guerre froide – où chacun s’affronte par acteurs interposés : guerre de Corée de 50-53; guerre du Vietnam de 64-75; soutien aux moudjahidines afghans contre l’Union soviétique de 79 à 89. La guerre directe était impensable due à ce que l’on a appelé la doctrine MAD (la destruction mutuelle assurée).

Si on comprend bien cette logique, que Sting a bien exprimé dans sa chanson RussiansI hope the Russians love ther children too»): la théorie de l’équilibre de la terreur ou de la destruction mutuelle assurée repose sur l’idée que tout acteur est rationnel. Qu’il poursuit des objectifs précis, en lien avec le prisme du réalisme, soit l’intérêt et la sécurité nationale de l’État.

Ce qui nous ramène à Kim Jong Un et au régime nord-Coréen. Plusieurs pensent que sa menace nucléaire dirigée contre les USA est un bluff immense pour négocier une aide alimentaire mondiale, un traité de non-agression et une aide économique. Mais s’il était complètement grisé par son régime de fer qui ne tient que par sa démesure? S’il agissait sans égards à la raison ou à l’intérêt national ? Et si Kim Jong Un était irrationnel?

The Watchmen, de Alan Moore et Dave Gibbons

Avez-vous lu The Watchmen, ce roman graphique de Alan Moore et Dave Gibbons figurant parmi les 100 meilleurs romans du XXe siècle dans plusieurs listes de critiques littéraires?

Sans aborder dans le détail le récit complexe et d’une richesse infinie de cette Bd culte, je peux vous dire qu’il y a plein de liens à tisser entre l’intrigue au coeur de The Watchmen et l’histoire de la Guerre froide… Il y est également question de la rationalité des acteurs dans un contexte de possibilités de destruction de toute vie humaine sur Terre…

Il est facile et inquiétant que l’on puisse aujourd’hui envisager que le personnage risible et bédéesque de Kim Jong Un puisse offrir un épilogue encore plus cynique à The Watchmen. Ou encore, un prologue à The Road, de Cormac McCarthy!

Lorsque l’horreur devient possible, lorsque le rationnel fout le camp, la théorie réaliste des relations internationales en prend pour son rhume… C’est peut-être parce que cette théorie offre une vision très froide de l’humanité.

Or, l’homme n’est pas seulement une mécanique froide qui calcule chacun de ses gestes en fonction de coûts et de bénéfices… C’est aussi un être souvent inquiétant, mégalomane, violent, narcissique et irrationnel…

Sur ces belles paroles, bonne fin de semaine!

Partagez cette page

Classé dans :  Arts visuels, Cinéma, Création, Divers, Livres, politique, Société
+ sur le même sujet :  , , , , , , , , , , ,

L'opinion émise dans ce billet n'engage que son auteur et ne représente pas nécessairement celle du journal Voir.

À lire aussi

+ Ajouter le vôtre Commentaires 2

  • 5 avril 2013 · 18h21 Félix-Olivier

    Dans toute cette histoire, je me demande s’il ne faut
    pas davantage craindre la réaction des États comme
    la Corée du Sud, du Japon et des États-Unis.

    Est-il possible que Kimg Jong Un soit plus rationnel
    que l’on ne le pense et qu’il ne souhaite en fait qu’une
    sorte de « frappe préventive » de la part de ses ennemis
    pour lui donner un prétexte plus fort afin d’entrer en guerre?

    Je suis porté à penser que Kim Jong Un bluff encore une fois.
    Mais de plus en plus de voix se font entendre pour que l’on agisse
    de manière plus musclée à l’endroit de la Corée du Nord (par exemple
    le dernier éditorial de The Economist).

    Alors là, on se trouverait dans tout un guêpier; une sorte de prophétie
    auto-réalisatrice. Les puissances occidentales contribueraient à créer
    le désastre qu’elles souhaitent éviter!

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

À propos RSS

  • Jean-Félix Chénier
    Culture et politique

S’abonner au blogue

@blogueduvoisin

+ @blogueduvoisin →