L’université-qui-rend-fou

3 juillet 2012 1h28 · Julien Simard

Il vaut parfois la peine de se remémorer quelques petites choses, quand la grève, clopin-clopant, dure trois mois, quatre, cinq, mille. Se souvenir pourquoi nous la faisons, nommer et répéter ce qu’on voudrait qui change, ce qu’on refusera de vivre et d’endurer à nouveau en étudiant, en enseignant, en passant le balai ou en trouvant de l’amiante dans les murs. Mais là je vais m’attarder aux études.

 

Bien sûr, il y a la question des frais. Il n’en faudrait plus du tout, jamais.

 

Mais il y aussi tout un contexte social qui vient avec les frais, plus latent, plus « Serpentard » si on peut dire : la logique de la performance et ses conséquences sur le corps/esprit. Une logique qui, il faudra le répéter aux naïfs, s’impose partout comme béton sur terre fertile ou comme télésurveillance dans les cités, ou comme flic dans rassemblements publics.

Pour un nombre croissant d’étudiant.e.s, les études supérieures sont une épreuve profondément anxiogène et dépressogène, et ce pour plusieurs raisons combinées, qui se fondent en écho les unes les autres comme des peurs qui se nourrissent en gros feedback dissonant.

D’abord il y a la précarité économique, base matérielle de l’insécurité psychologique.

L’IRIS a calculé qu’il fallait maintenant travailler plus de 6,7 semaines au salaire minimum pour payer des études supérieures, alors qu’il en fallait 2,8 semaines en 1989. Et c’est sans compter le coût des logements, de la nourriture, des transports qui ne cessent d’augmenter. Il y a presque dix ans, nos professeurs universitaires nous disaient que travailler plus de 15 heures semaines en étudiant à temps plein pouvait être directement dommageable pour les résultats scolaires.

***********éclats de rire ************

Aujourd’hui, bonne chance si tu peux trouver un boulot assez bien payé pour ne pas dépasser la quinzaine fatidique, productrice d’exclusions et d’absences notées. Donc on repassera pour les résultats scolaires.

À moins d’aller chez l’apothicaire et d’acheter ce qu’il faut pour recoller le temps qui se déchire.

De plus en plus d’entre nous consomment des médicaments de toutes sortes pendant leurs études, notamment des stimulants (Ritalin, Concerta, Adderall, amphétamines), des antianxiolytiques, des antidépresseurs, des somnifères, des beta-bloquants, des benzodiazépines, et ainsi de suite. Et c’est sans compter ce qu’on prend pour se détendre, dans les périodes de festivité (alcool, marijuana, coke, MDMA, …). On ne mentionne même pas les rivières de café, on se noierait.

Ces jours-ci, on entre chez le médecin en pleurs et on en ressort avec une prescription.

Faire taire l’anxiété pour se pratiquer à produire en période de rush, ou simplement pour tenter de gérer des situations ingérables, pour dormir. La course au succès pour certain est une pratique carriériste presque monastique, pour d’autres une sortie de la précarité présente ou future. Lire 3 livres en même temps, en pensant au fait qu’il faut être concentré.e pour bien lire le livre pour bien réussir l’examen pour avoir des bonnes notes pour avoir un boulot qui va possiblement nous permettre d’arriver à rembourser les dettes et à vivre, plus tard, dans un futur tout autant incertain. Cycle infernal qui éloigne de la « paix des livres », comme disait St-Exupéry.

Le poids des dettes est une épée de Damoclès qui s’enfonce dans notre peau dès le début des études, contrairement aux épées de Damoclès normales qui restent pendues aux plafonds.

La santé psychologique des étudiant.e.s universitaires (et de tous niveaux confondus) est, me semble-t-il, un des points d’ancrage majeurs entre l’éducation et le système socioéconomique. Un joint phénoménologique qui en dit long sur le caractère profondément bizarre de notre univers d’apprentissage. Sur le fait qu’apprendre rend fou.folle. Sur le fait que les idées n’ont pas le temps de mijoter.

On écrit nos travaux comme des condos, en bâclant l’édifice.

Finalement, à l’université, on apprend surtout que faire notre vie dans le capitalisme veut dire vivre avec beaucoup, beaucoup d’insécurité, d’anxiété, dans une jolie course au succès qui laisse peu de gens et de corps indemnes. La fin de session est un rite de passage qui demande une discipline du corps admirable, discipline qui sera récompensée par de hauts postes de gestion.

You’re fit for business.

Après la grève (hahaa), il ne faudra pas retourner dans la même université. Cette université rend malheureux beaucoup trop de gens, y compris bien sûr des professeur.e.s et des employé.e.s de soutien. Suicides, dépressions, anxiétés, burnouts. C’est pas rien, ça. Ce sont des cris du cœur. Écoutons-les, sinon on se fait complices. Sortons cette parole des bureaux de psychologues et de médecins, partageons-la, elle sera le socle d’une institution nouvelle, bâtie sur la guérison de nos blessures collectives.

L’ « apprentissage » devrait être l’apprentissage de l’autonomie, de la vie en collectivité, du vivre ensemble (mots différents pour la même chose), de prises de décisions démocratiques, de l’anti-succès, de la coopération, de l’arrimage organique entre les connaissances et les communautés, de la fin de la hiérarchie entre le maître et l’élève, de la curiosité, de la créativité, de l’émergence des potentialités de tous et toutes.

Je suis certain que le professeur Baillargeon aurait long à dire là-dessus.

Mais aussi Borduas, Gauvreau, et les gens du Refus Global. Il faut tout refaire.

Partagez cette page

Classé dans :  Société
+ sur le même sujet :  , ,

L'opinion émise dans ce billet n'engage que son auteur et ne représente pas nécessairement celle du journal Voir.

À lire aussi

+ Ajouter le vôtre Commentaires 5

  • 4 juillet 2012 · 09h19 Guillaume Girard

    Simplement merci.

    On nous dit souvent que l’on se bat simplement pour 50 cents par jours, mais c’est plus que ça et en voilà une partie. Nos universités doivent retrouver leur mission première et montrer ce que la vie doit être. C’est vrai présentement qu’elles sont représentative de ce que la société attend de nous, mais si l’on continue la vie ne sera plus vivable elle même.

    P.S. Merci pour la féminisation c’est très apprécié !

    • 7 juillet 2012 · 12h03 Julien Simard

      Oui, il me semble qu’aucune institution ne devrait produire tant de souffrance, de façon aussi systémique. Du coup on questionne aussi tout le régime du travail (France Telecom en est le meilleur exemple présentement…).

  • 6 juillet 2012 · 11h15 Sarah Michel

    Merci!
    Ça fait depuis le dit 50 cents par jour que je tente d’expliquer au gens que le vrai coût est le temps et l’énergie qu’on met à étudier, sans compter la demande de performance des écoles! On dirait qu’on ne cesse d’oublier l’être humain derrière chaque étudiant….

  • 9 juillet 2012 · 11h00 Marie-S

    « On écrit nos travaux comme des condos, en bâclant l’édifice. »

    Comme c’est bien dit. Il me semble parfois que j’ai fais un bac. Samcon contre ma volonté.

  • 10 juillet 2012 · 15h12 alain a

    La solution ne viendra pas des gouvernements, ça je peux vous le dire. Comment espérer un monde meilleur quand tout le monde veut sa grosse cabane, quatre enfants, un voyage dans le sud l’hiver, une BMW, un écran de 46 pouces avec 972 canaux….ai-je besoin d’en rajouter ?
    Même avec un diplôme universitaire les gestionnaires et dirigeants oublient l’être humain derrière le travailleur et les autres gestionnaires. Et que dire des 40 % des travailleurs de la santé qui sont en détresse psychologique ?

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

À propos RSS

  • Julien Simard

S’abonner au blogue

Catégories