Les Enrobantes: une fable burlesque

Photo: Jasmin Robitaille

 

La pièce Les Enrobantes cabaret décolleté pour psychanalyste plongeant reprend abondamment des éléments du burlesque et de la farce. Le burlesque utilise des scènes constamment interrompues par des événements saugrenus et par des poursuites. Tout n’avance que par des malentendus : les soldats se font piéger par les fous ; dans la course au livre, chacun aboutit au cabaret malgré lui ; la femme de Freud, qui souhaite ardemment que son mari retrouve sa vigueur d’autrefois, le voit toujours dans des moments faussement compromettants, etc.

Ancêtre de la comédie, la farce vise quant à elle à faire rire le public à l’aide de jeux de scène (ici, entre autres, le jeu entre les marionnettes et le marionnettiste) et d’un comique parfois grossier qui repose sur la tromperie. Plusieurs situations de la pièce répondent à cette idée de « l’arroseur arrosé » : Freud se retrouve lui-même à la place du patient et ne peut se guérir en appliquant ses propres théories ( on se moque d’ailleurs des interprétations parfois un peu poussées de la psychanalyse ), de ses propres problèmes de libido et manipulé par une marionnette ; les fous et les soldats changent de rôle, brouillage témoignant assurément des liens qui les rassemblent (les soldats ne sont d’ailleurs pas très valeureux) ; on considère un vulgaire livre de recettes pour les dernières trouvailles de Freud, etc. Même les marionnettistes se font intercepter par les marionnettes ! Il y a également un renversement des codes quand Lola, la prostituée, apparaît comme la plus humaine et la seule qui parle avec cœur. À elle, Freud peut livrer ses sentiments et aborder ses réflexions profondes sur l’instinct de mort qui l’habite. Ce bouleversement des codes fait écho au drame qui s’annonce : Vienne n’est plus aussi flamboyante qu’au début du siècle. La légèreté et l’humour font le contrepoids des horreurs qui s’apprêtent à survenir.

À la fin, Freud, voyant ses pulsions de vie l’abandonner et ses pulsions de mort prendre le dessus, se doit de redevenir humain, seul, face à lui-même, avec l’impression que son âme ne peut être guérie. Être un homme est difficile et, malgré toutes ses recherches, il ne peut pas réaliser de miracle pour lui-même.

RÉSUMÉ DE LA PIÈCE

Photo: Jasmin Robitaille

 

Vienne, fin des années 1930, à l’aube de la Deuxième Guerre mondiale. Alors que Freud fait des séances d’autoanalyse afin de régler des problèmes de libido, Mélanie Klein et Carl Gustav Jung, psychanalystes de renom, des fous et des soldats sont tous à la recherche des écrits témoignant des difficultés érectiles du grand psychanalyste, chacun pour des raisons différentes. Pour retrouver le manuscrit confisqué, ils aboutiront tous au cabaret de Madame Guste, lieu de débauche, où se trouve l’irrésistible Lola aux longues jambes. Entrons dans un univers burlesque où est bien pris qui croyait prendre…

Partagez cette page

+ Ajouter le vôtre Commentaires 1

  • 24 avril 2013 · 16h44 Renald Lefebvre

    En cette fin d’hiver qui n’en finit pas (je sais, je sais, on serait officiellement paraît-il au printemps!), je ressens vraiment une nécessité de rire que cette pièce me permettrait assurément de satisfaire.

Ajouter un commentaire

Pour participer au concours, vous devez entrer votre nom complet et votre numéro de téléphone.

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel (ne sera pas publié)
Optionnel



Concours

À gagner, une paire de billets pour Les Enrobantes.

Pour participer, commentez un texte en expliquant pourquoi vous voudriez aller voir la pièce.

Les gagnants seront sélectionnés au hasard parmi ceux qui auront soumis un commentaire durant la semaine précédent le tirage et qui auront fourni tous les renseignements nécessaires lors de l'envoi de celui-ci. Les gagnants seront contactés par courriel et/ou par téléphone. Tirage le 1er mai 2013.

Saison 2012-2013

Crédit photo : Vincent Champoux

Téléchargez la brochure de saison

L’histoire du Trident

Calendrier

@TheatreTrident sur Twitter

Derniers commentaires

À lire également

Théâtre du Trident
269, boul. René-Lévesque Est
Québec (QC) G1R 2B3
T 418 643-5873
F 418 646-5451
info@letrident.com
www.letrident.com