Marchant déjà dans les traces de sa mère dans le premier tome des Accoucheuses alors qu’elle n’avait que 16 ans, Flavie tente maintenant de concilier sa pratique de sage-femme et son récent bonheur conjugal avec Bastien, un médecin avec qui elle songe à former une association professionnelle. Pendant ce temps, à la tête de la Société compatissante de Montréal, sa mère Léonie se bute toujours à l’étroitesse d’esprit d’une société catholique et victorienne, ainsi qu’au monopole du lobby médical, fermé aux femmes et considérant les accouchements comme un marché lucratif. Avec ce second tome de sa volumineuse trilogie, Anne-Marie Sicotte continue le portrait d’une profession vieille comme le monde (et qui peine aujourd’hui encore à se faire pleinement reconnaître). Un roman historique pertinent dont l’intrigue, située dans la société misogyne du 19e siècle, marque l’aube du long combat des femmes pour la reconnaissance de leurs droits. VLB éditeur, 2007, 844 p.

La Révolte (Les Accoucheuses, tome 2) Critique par - 2007-10-25
Cote: 3


Partagez cette page

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel