Cette réédition en format poche de nouvelles rassemblées en 1992 constitue une excellente porte d’entrée à l’oeuvre de Marie-Claire Blais. Couvrant 30 années d’écriture, le recueil démontre le chemin parcouru entre la modernité provocatrice d’Une saison dans la vie d’Emmanuel et la postmodernité triomphante de la trilogie Soifs, récent chef-d’oeuvre de l’écrivaine. Un monde semble ainsi séparer «La Nouvelle Institutrice» de 1967, qui mettait en scène l’arrivée d’une maîtresse d’école dans une petite communauté repliée sur ses préjugés et ses superstitions, de «L’Exilé» de 1987, consacré à l’émigration à Key West d’un splendide modèle noir, victime à sa façon du racisme hypocrite de la société américaine. Aux neuf nouvelles ayant toutes en commun l’expérience de l’exil s’adjoint un récit plus long, «Les Voyageurs sacrés», articulé autour d’un triangle amoureux qui entremêle ses voix à une prose poétique du meilleur cru. Bibliothèque québécoise, 2007, 174 p.

L'Exilé Critique par - 2007-11-08
Cote: 4


Partagez cette page

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

Infolettres