Le Prix Médicis 2008 nous emmène au Brésil. Au coeur de ce roman touffu comme la jungle, on retrouve Eléazard von Wogau, expat’ français qui se la coule douce dans la ville d’Alcantara. Son dada: la vie et l’oeuvre d’Athanase Kircher, brillant encyclopédiste allemand du 18e dont les théories fumeuses étaient aussi intelligentes qu’erronées. Les 32 chapitres du roman s’articulent autour d’extraits d’une biographie de Kircher dont Eléazard prépare la réédition. Roblès greffe à ces extraits cinq autres récits en périphérie du quotidien de Wogau, cinq histoires qui ont chacune leur registre – roman d’aventures, pamphlet social, histoire d’amour – et qui constituent toute la viande de ce poids lourd littéraire. C’est du Don DeLillo sous les tropiques ou, mieux encore, du Borges en français: un roman-fleuve éblouissant. Éd Zulma, 2008, 782 p.

Là où les tigres sont chez eux Critique par - 2008-12-04
Cote: 4


Partagez cette page

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

Infolettres