On connaissait déjà les capacités de caméléon du biographe, essayiste, scénariste et journaliste Georges-Hébert Germain. L’écrivain à tout faire explore maintenant le registre du roman historique, employant pour trame de fond le soulèvement des patriotes de 1837-1838. Le récit mêle adroitement le fictif et l’historique – son protagoniste, le jeune et fier François, y croise De Lorimier, Chénier et autres insurgés, lesquels vont l’entraîner dans le tourbillon de la rébellion. Si la langue est des plus convenues, La Fureur et l’Enchantement est le fruit d’une recherche solide, qui jette un éclairage à hauteur d’homme sur une période cruciale de notre histoire, en particulier sur la trop peu connue Société des Vingt-et-un, ce groupe de cultivateurs de La Malbaie qui a lutté pour acquérir de nouvelles terres cultivables dans ce qu’on appelait alors le Royaume du Saguenay. Éd. Libre Expression, 2010, 504 p.

La Fureur et l'Enchantement Critique par - 2010-03-11
Cote: 3


Partagez cette page

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

Infolettres