Cinemania 2011 : Une vie meilleure de Cédric Kahn

7 novembre 2011 18h14 · Manon Dumais

Au Festival de Toronto, j’ai eu la chance de voir Une vie meilleure de Cédric Kahn, où Guillaume Canet incarne Yann, un cuisinier qui rêve d’ouvrir un resto avec sa nouvelle compagne Nadia, interprétée par Leïla Bekhti. Malheureusement, tout n’ira pas comme prévu et tandis que Yann tente d’éponger ses dettes, Nadia accepte d’aller travailler au Canada en lui confiant la garde de son fils.

En rencontrant le réalisateur et l’actrice au lendemain de la projection, je n’ai pu m’empêcher de leur dire que j’avais ressenti beaucoup de tristesse devant ce récit de deux jeunes ambitieux voyant leurs rêves leur éclater au visage. Haut taux de chômage, surendettement, difficile immersion des immigrants, c’est ça, la France de ceux qui se lèvent tôt?

«On ne peut pas tout mettre sur le dos de Sarkozy parce qu’on n’arrive pas dans une telle situation du jour au lendemain, m’a répondu Cédric Kahn. Je ne crois pas que les politiques sont responsables de tout, mais c’est sûr que Sarkozy, ça n’a pas arrangé les choses. En fait, tout l’Occident est en crise; je crois que tout ce que je raconte dans le film n’est pas propre à la France. Je n’ai pas voulu faire un film contre la France et Sarkozy, il est le représentant d’un système qui est un peu en train de s’essouffler et qui crée beaucoup d’injustice. »

Jeune actrice comblée de pouvoir exercer un métier qu’elle a choisi et qu’elle aime, Leïla Bekhti poursuit:  «Je ne veux pas tout généraliser, je n’ai pas envie de dire que tous les gens se battent et que ça ne sert à rien, car ils n’ont rien en retour. La plupart des mes amis cherchent un travail qui leur plaît, à la hauteur de leur diplôme et c’est très difficile. En Occident, c’est difficile de vivre normalement. Effectivement, ce film n’est pas une comédie, mais pour moi, c’est un film lucide et rempli d’espoir, et ça, ça m’a vraiment touchée. C’est beau se lever tôt, mais il y a des fois, on cherche avec la meilleure volonté du monde, mais ça ne marche pas. »

Et de conclure le réalisateur: «Le film part de ce constat-là. Ce que je ressens, c’est qu’il y a un manque d’espérance. Pour les gens qui démarrent leur vie, qui ont des difficultés, on leur donne peu de possibilité d’espérer une vie meilleure. Je trouve que le film sauve les personnages, car il y a d’autres possibilités qui s’offrent à eux, notamment l’amour, celui d’un homme pour une femme, d’un homme pour un enfant qui n’est pas le sien. Cet amour est pour moi le plus grand message d’espoir du film, cette capacité de créer un lien familial, filial alors que ce n’est pas un lien de sang. Pour moi, ça me donne un espoir terrible.»

À voir à l’Impérial, le mardi 8 novembre, à 9 h. Une vie meilleure prend l’affiche le 18 novembre.

Partagez cette page

Classé dans :  Divers
+ sur le même sujet :  , , , ,

L'opinion émise dans ce billet n'engage que son auteur et ne représente pas nécessairement celle du journal Voir.

+ Ajouter le vôtre Commentaires 1

  • 8 novembre 2011 · 11h55 Marilou Nichols

    Bonjour Manon,
    C’est la première fois que j’écris un commentaire sur un blogue, mais comme je suis une fan de cinéma, je me suis dit qu’il était temps!
    J’ai hâte de voir ce film, j’adore Guillaume Canet, mais j’espère tout de même qu’il y aura une lueur d’espoir. J’ai un travail, mais ce n’est pas relié à mes études, ni à mes rêves… un jour peut-être!
    Il ne faut pas oublier que le tiers des milliardaires de ce monde sont partis de rien (et que certains d’entre eux sont des immigrants), donc il est possible de réussir!
    A la prochaine!
    Marilou

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

À propos RSS

  • Manon Dumais
    Après des études en arts, en cinéma et en littérature, j’ai tenté de me trouver un poste d’enseignante au cégep ou devenir muse d’un grand écrivain. Ayant un loyer à payer, je suis tour à tour devenue correctrice-réviseure, rédactrice de manuels scolaires et fille de pub. Puis, par un beau jour d’automne, je devins journaliste et critique de cinéma. The rest is history, comme qu’on dit…

S’abonner au blogue

@manonduvoir

+ @manonduvoir →

Catégories