Comprendre les #elections2012 américaines

5 novembre 2012 21h57 · Marie D. Martel




Comprendre les élections américaines : La course à la Maison-Blanche par Élizabeth Vallet, Édition du Septentrion, 2012.

Le solstice électoral s’apprête à désigner le prochain homme-symbole, celui qui s’envole sur Air Force One, celui qui transporte la mallette présidentielle contenant les codes nucléaires partout où il se se rend, celui que l’on photographie sous tous les angles dans la Maison-Blanche et, immanquablement, à contre-jour dans une pose réflexive, à la fenêtre du bureau ovale. Or, le fonctionnement ainsi que la réalité du processus électoral et démocratique américain sont aussi fascinants qu’inquiétants. Le livre de Élizabeth Vallet : Comprendre les élections américaines (Septentrion, 2012) nous le décortique avec un art consommé de la vulgarisation, sans compromis pour les données et les analyses, et avec un je-ne-sais-quoi qui nous tient en haleine sur plus de 150 pages comme si c’était un roman. Et, en effet, le récit de l’histoire de la démocratie américaine, et plusieurs de ses ressorts, tiennent souvent de la fiction comme l’auteure ne manque pas de l’illustrer à travers des anecdotes savoureuses.

Il ne vous reste plus que 24 h pour lire cet essai : on peut très bien le parcourir en suivant les élections entre la télé et le fil twitter avec les 300 millions d’Américains et le reste du monde qui assisteront au duel le plus médiatique de la planète qui se déroulera entre le démocrate, Barack Obama, et le républicain, Mitt Romney.

Il est devenu difficile de trouver ce titre en librairie: c’est l’occasion, quand on veut un livre ici et maintenant, de l’acquérir chez les libraires numériques ou de l’emprunter dans les collections numériques des bibliothèques – mais, à ma connaissance, pour le moment, seule l’ouvrage complémentaire : Petit guide des élections présidentielles américaines 2012 est disponible en prêt numérique.

Élizabeth Vallet est professeure à l’UQAM où elle est membre de l’observatoire sur les États-Unis et directrice de recherches en géopolitique à la Chaire Raoul-Dandurand. Il n’y a pas assez de ces écrits produits par des universitaires pour les amateurs – alors que les amateurs n’ont plus tellement de complexes à brandir leurs thèses avec aplomb et à s’approprier l’autorité des doctes –  et qui pourraient contribuer à équilibrer la conversation sur le terrain du savoir. Comprendre les élections américaines est un ouvrage qui est abondamment documenté, les sources sont exposées à travers de nombreuses notes et le complément bibliographique à la fin contient une mine de références pour ceux qui voudraient aller plus loin.

Le rôle du président

Dans la première des trois parties, intitulée Au coeur de la Maison Blanche,  les différents aspects symboliques, politiques, historiques et même cognitifs de la fonction présidentielle sont abordés. Les pères fondateurs ont voulu rompre avec les tyrannies de l’Europe, respecter l’union confédérale et ne pas mettre tout le pouvoir d’un seul côté. Depuis, les critiques de l’architecture constitutionnelle américaine déplore tantôt l’existence d’un régime congressionnel qui lie les mains du président ou, à l’opposé,  les dérives impérialistes du pouvoir exécutif.

Mais, au fil des événements, des crises, des guerres qui ont rallié le peuple derrière la figure unificatrice, «symbole de la résilience du pays», le président a été porté à étendre et consolider son emprise alors qu’il ne devait disposer, à l’origine, pour seule arme face au congrès, que de son charisme personnel.

Après le 11 septembre, les pouvoirs exécutifs ont ainsi été recentrés et repoussés par l’«empereur» Bush. Toutefois, ce jeu, ce flou entre le congrès et la présidence moderne ne favorise guère encore la seconde en ce qui concerne les décisions relatives à la politique intérieure, comme Obama en a âprement fait l’expérience avec sa réforme des soins de santé.

À cet égard, et en matière de décision, il n’est pas non plus très rassurant d’apprendre, si l’on en croit ceux qui ont tenté de comprendre la nature du processus décisionnels adoptés par les dirigeants américains en situation de crise, que la plupart de leurs choix se sont avérés subjectifs et, dans certains cas, totalement irrationnels.

La réalité du processus démocratique

Dans la deuxième partie, et la plus substantielle, on pose la question :  Le système électoral est-il vraiment démocratique ? Le débat au sujet du déficit démocratique qui affecte le système américain revient à chaque élection. Et pour cause tant les théories du complot, les suggestions de fraude et de corruption, surtout depuis le traumatisme de l’élection de l’an 2000, la disparité des méthodes de votes dans l’ensemble du pays, et partant les obstacles à la votation, tendent à jeter le doute le plus grand sur la plus grande démocratie du monde.

La route pour arriver au suffrage universel (une personne, un vote) a été fort longue et périlleuse. Et si ce ne sont plus les hommes blancs, chrétiens, fortunés ayant plus de 21 ans qui ont seuls le droit d’aller aux urnes, et même si on ne requiert plus une taxe pour voter ou un test d’alphabétisation, les barrières au vote, pour les Afro-Américains notamment, ne sont pas toutes levées.

Un fort taux d’abstention, un faible taux d’inscription sur les listes électorales, mais aussi la ségrégation raciale se perpétuent : on donne l’exemple de la Floride, en 2000, où les Afro-Américains, représentaient 11 % de la population mais 54 % des bulletins qui auraient été rejetés…C’est aussi à eux qu’on demande le plus souvent de s’identifier à l’aide d’une carte avec photo qu’ils sont les plus nombreux à ne pas détenir. Par ailleurs, tous les États ne reconnaissent pas le droit de vote aux détenus ou aux anciens détenus.

Mais, le nerf de la guerre aujourd’hui demeure l’accès au vote en raison d’un «véritable patchwork de normes électorales hétérogènes» sous la gouverne des différents États qui détiennent la compétence pour les tenir mais qui laissent la plupart du temps aux partis politiques, la charge de les organiser. Les administrations électorales disposent de leurs propres bulletins, de leurs propres appareils de votes…et des failles technologiques qui les accompagnent,  de leurs règles, de leurs méthodes de recomptage…avec des scrutateurs souvent mal formés incluant les risques potentiels de corruption et autres fantaisies mal assorties aux vertus démocratiques.

De plus, l’élection de demain ne vise pas seulement à élire les grands électeurs qui, à leur tour, choisiront officiellement le président et le vice-président le 17 décembre prochain conformément au processus. Le scrutin du 6 novembre sera aussi l’occasion de sonder la population et de tenir des référendums sur mille et un sujets et leur contraire, selon les États. Par exemple, l’État de Washington veut décriminaliser la marijuana, le Minnesota veut définir le mariage comme une institution entre un homme et une femme exclusivement, le Maine veut l’inverse : autoriser le mariage entre personnes de même sexe, la Floride voudrait supprimer le financement public des avortements, etc.

En revanche, et contrairement à ce qu’on pourrait croire, le taux de participation des électeurs aux États-Unis est un des plus élevés dans les démocraties occidentales. De plus, et là encore, une autre idée reçue qui se trouve balayée : la fracture du vote américain avec la polarisation bleu-rouge serait moins marquée qu’on le suggère. Un examen détaillé des cartes électorales indique chez nos voisins une position globalement plus centriste, plus modérée qu’on ne le croit généralement, et même sur des questions sociales réputées délicates comme le mariage gai et l’avortement.

Ceci étant dit, la fragilité du processus à l’aube de l’élection de demain est encore bien tangible si l’on considère ces données émanant du Pew Center on the States qui rapporte, en février 2012, que (p. 35) :

• environ 24 millions d’inscriptions électorales (soit une sur huit) ne sont plus valides.

• plus de 1,8 millions d’électeurs encore inscrits sont en réalité décédés.

• environ 2,75 millions d’électeurs sont inscrits sur les listes électorales de plusieurs États.

• 51 millions d’électeurs ne sont pas inscrits sur les listes électorales, ce qui représente plus de 24 % de la population en droit de voter (soit un électeur sur quatre).

Les femmes, l’argent, l’image du président

Dans la troisième partie, Devenir président aux États-Unis, les conditions objectives qui entourent l’accession à la présidence, voire le parcours du combattant, sont expliqués : la sélection des candidats, les primaires et les caucus, le sexe, l’argent, la fabrication de l’image par les médias, notamment les réseaux sociaux, sont au menu.

La première dame représente une figure politique significative depuis Eleonor Roosevelt qui a inauguré la période moderne de cette fonction par le biais de ses activités sociales et caritatives et par la défense des droits civiques dont elle s’est fait l’apôtre. (Incidemment, on célèbre  cette année, le cinquantième anniversaire de la mort d’Eleonore Roosevelt en 1962).

Mais, depuis que les Américaines ont obtenu le droit de vote en 1920, certains groupes de pression féminins militent avec ténacité pour favoriser la candidature des femmes aux législatures des États, au Congrès fédéral et, éventuellement, pour l’occupation de la présidence au-delà du statut de première dame.

À cet égard, l’élection de 2012 représente un replis par rapport au «tournant» de 2008 où l’on avait vu pour la première fois, une femme, Hillary Clinton, concourir pour l’investiture chez les démocrates, en vue de briguer la présidence et une autre, Sarah Palin, être désignée pour le ticket républicain.

Si l’avènement d’une femme à la Maison-Blanche est une option désormais concevable pour l’opinion publique américaine, il semble que les son­dages favorisent encore et toujours un homme – peu importe sa couleur – sur une femme. Et, ce n’est pas cette élection à cravates, avec les premières dames en robe rose, qui risque de faire avancer la situation minoritaire des femmes au sein de l’appareil exécutif.

Privilège des hommes, est-ce que la présidence est aussi le privilège de l’argent? Le coût des élections ne cesse de croître et l’importance de la technologie dans les campagnes a largement aggravé cet aspect. Depuis l’origine du pays, le financement des partis dans l’histoire des élections américaines ressemblent à une litanie interminable d’affaires de corruption (comme quoi, nous avons en commun avec nos voisins, bien plus que cette méfiance séculaire à l’endroit des élites…). De réformes boiteuses en niches douteuses, on a abouti en 2002  au Bipartisan Campaign Reform Act (BCRA) destiné à limiter les contributions aux partis. Cependant, des décisions légales vont annuler certaines des dispositions qui contreviendraient à la liberté d’expression. En vertu de ces arrêts, il n’y aurait aucune raison de limiter les contributions indépendantes un comité politique (PAC). Les Super PACs sont dès lors apparus. Les sommes investis en 2008 ont atteint un plafond jamais vu (4,7 milliards), et l’élection de 2012 promet de battre tous les records. Il y aurait désormais, dans l’état actuel du financement public, davantage de transparence mais pas moins de dépenses.

Par ailleurs, la fabrication de l’image du président est un sujet qui ne manque pas de souligner la part de manipulation que l’on subit ou à laquelle les citoyens consentent. C’est ici, entre la télévision, Internet et Twitter que l’on voit à quel point, ce sont nos émotions qui votent pour un vêtement, un sourire, une phrase choc, une touche charismatique.

La télévision a accéléré l’élément de personnalisation des campagnes électorales. Comme le rappelle Vallet dans une anecdote éloquente, ceux qui avait écouté le débat à la radio en 1960 avait déclaré Nixon, vainqueur, mais ils n’avaient pas vu, comme la plupart des autres, lors de ce premier débat télévisé de l’histoire, un Kennedy, chic, bien bronzé, sûr de lui contre un adversaire pâle et mal rasé. Depuis, à « l’ère de la présidence-spectacle», le candidat doit inspirer la confiance et faire rêver les foules comme le ferait un héros de cinéma.

Longtemps, on a considéré qu’il était indigne de la stature d’un futur président que de quémander personnellement les votes et de faire campagne. Aujourd’hui, la tendance est, au contraire, à l’hypersonnalisation de cette démarche. Internet et les médias sociaux sont les nouveaux outils utilisés dans la fabrication de l’image des candidats, des dispositifs qui favorisent une relation de proximité que les candidats exploitent pour solliciter les suffrages. Barack Obama, plus que tout autre, a réussi à tirer parti des médias sociaux pour désacraliser son image, qui est un autre manière de la fabriquer. Les médias sociaux lui ont aussi permis d’amasser des fonds extraordinaires : on parle de 150 millions en un mois. Mais, de cela, on en apprendra guère davantage malgré les nombreux enjeux stratégiques qui accompagnent les élections aujourd’hui dans un monde des réseaux. C’est un des aspects les moins développés de l’ouvrage.

Demain Obama ?

La première clé de l’élection de demain est économique : un taux de chômage record,  une dette publique astronomique, une économie qui tourne au ralenti, et puis Standard & Poor qui a suggéré, ô horreur, en  juin 2012, qu’elle pourrait abaisser une autre fois la cote de crédit des États-Unis.

L’Obamacare est aussi devenu une signature négative pour le président sortant, symbole d’un investissement inutile et d’une intervention indue de la part de l’État. Les deux tiers des américains ne supportent pas cette réforme qui assure pourtant une couverture médicale à 32 millions de ces derniers.

La seconde clé tient, selon Vallet, à la participation. Barack Obama aura réussi non seulement à amener aux urnes des groupes reconnus pour s’abstenir comme les Afro-Américains et les jeunes, mais aussi à mobiliser la gauche américaine. Par ailleurs, depuis 1960, les femmes votent plus que les hommes, et depuis les années 80, elles voteraient plutôt pour les démocrates. Or, les discours des conservateurs chrétiens au cours de la dernière année qui ont véhiculé une conception instrumentale et réductrice du corps des femmes n’auront certainement pas nui aux démocrates.

Mais, l’ultime clé de l’élection de 2012, explique Vallet, dépendra de sept États qui comptent un total de 85 grands électeurs : le Colorado, la Floride, l’Iowa, le Nevada, le New Hampshire, l’Ohio et la Virginie. La victoire dans ces États pivots a été remporté par une marge très faible en 2008 et on estime qu’ils pourraient basculer dans un sens ou l’autre.

Pendant ce temps, les grands vents de Sandy auront peut-être bousculé les cartes dans le paysage électoral à l’avantage d’Obama et sous l’«effet du drapeau» derrière lequel les Américains se rangent dans l’épreuve.

Enfin, et c’est peut-être le seul volet, avec la question de l’impact des médias sociaux sur les élections d’aujourd’hui, qui nous laisse un peu sur notre faim : on aurait aimé en apprendre davantage au sujet des forces et des faiblesses de chacun des candidats, tout en considérant le bilan de l’ère Obama. On sait que ce dernier a largement déçu les espoirs de ses partisans tout comme ceux des élites qui le supportaient et leurs critiques ont été à la hauteur des attentes qu’il avait suscitées. Mais, on trouvera davantage de pistes d’analyse sur ces aspects dans l’ouvrage Petit guide des élections présidentielles américaines 2012.  On peut aussi se référer à Maureen Dowd dans le NYT ou, en plus radicale, la version dévastatrice de l’analyse de Noam Chomsky dans Futurs proches (Lux). 

L’Amérique vient à nous

L’image qui provient de la couverture de The Believer vise à afficher l’appui des collaborateurs de cette revue au président sortant. L’illustrateur, Charles Burns, est l’auteur des romans graphiques Black Hole, Xed’Out, The Hive, etc. Il sera, incidemment, l’invité de Drawn and Quaterly, dimanche prochain au moment de célébrer les 5 ans de la librairie. Les auteurs Adrian Tomine et Chris Ware seront également présents. Pour assister à l’événement, il faut se procurer des billets sur place, au 211 de la rue Bernard.

Partagez cette page

Classé dans :  Livres
+ sur le même sujet :  , , , , ,

L'opinion émise dans ce billet n'engage que son auteur et ne représente pas nécessairement celle du journal Voir.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

À propos RSS

  • Marie D. Martel
    Bibliothécaire, blogueuse, curatrice culturelle.

S’abonner au blogue

@bibliomancienne

+ @bibliomancienne →

Catégories