Les opposants aux compteurs intelligents changent-ils de porteur de ballon ?

5 février 2012 14h06 · Mario Asselin

On me permettra ce titre évocateur en cette journée du 46e Super Bowl

C’est que ce même jour, des gens manifestent contre les compteurs intelligents que veut installer Hydro-Québec.

La Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique (CQLPE) a pris le relais du Syndicat des employé-e-s de techniques professionnelles et de bureau d’Hydro-Québec qui avait dépensé pas moins de deux millions de dollars via sa première initiative « Compteurs en or ». La cause semblait valoir cet investissement; maintenant, le même syndicat ne semble pas promouvoir cette manifestation d’aujourd’hui comme en fait foi l’absence de lien de son site vers des éléments d’information sur cette manifestation. Après avoir dépensé cette somme importante, les gens du syndicat ne se sentiraient plus concernés par un événement qui tape sur le même clou qu’eux? Ladite « coalition » affirme avoir été formée en octobre dernier par un groupe de citoyens…

« Nos seuls appuis financiers jusqu’ici provenaient des contributions du petit groupe de personnes activement engagées dans cette cause. » (source)

Je me pose toutefois une question légitime qui, je crois, n’a pas été posée par les journalistes qui couvrent aujourd’hui ces manifestations : « Les opposants aux compteurs intelligents auraient-ils tout simplement changé de porteur de ballon ? ».

La question se pose… non ?

Mise à jour du 10 février : Lettre ouverte à La Presse ce matin : « Compteurs: le délire électrophobique ».

Partagez cette page

Classé dans :  Société

L'opinion émise dans ce billet n'engage que son auteur et ne représente pas nécessairement celle du journal Voir.

À lire aussi

+ Ajouter le vôtre Commentaires 10

  • 5 février 2012 · 19h13 Mario

    Je vois que votre intérêt à parler de l’ opposition aux compteurs intelligents ne se résume qu’à une attaque contre un syndicat. Plutôt que d’aborder le vrai sujet il vous est plus facile de parler d’autre chose, quelle grande culture vous possédez ! moi à votre place je parlerais du football et des ailes de poulets… Voilà !

  • 5 février 2012 · 19h30 Michel Monette

    Difficile hélas d’avoir un débat «éclairé» dans ce dossier. Il y a des gens qui se posent, en toute légitimité, des questions parce qu’il en va de leur santé. Hydro-Québec prendra-t-elle des mesures pour accommoder ces personnes, hélas, plus sensibles que nous au point d’en être malades. L’intervention du BAPE me semble appropriée, même si elle signifie pour HQ un délais, de même que la possibilité, pour toute personne électrohypersensible, de demander de ne pas avoir de compteur intelligent ou de le remplacer si des problèmes de santé se produisent à la suite d’une installation.

    • 5 février 2012 · 19h34 Mario Asselin

      Voici une intervention plus posée, j’en conviens. Pas contre l’intervention du BAPE…

      Le cas des « personnes électrohypersensibles» doit être mieux pris en compte, évidemment.

      Mais la question demeure : « Qui est réellement derrière cette coalition? »

  • 6 février 2012 · 00h36 José Levesque

    Bonjour Mr Asselin !
    Je suis un simple citoyen devenu électrohypersensible en installent des équipements sans fil pour le compte de compagnies de télécommunication. Je souffre aujourd’hui de cette intolérance physique aux champs électromagnétique et c’est pourquoi je fais partie du comité fondateur de la CQLPE qui n’a aucun lien avec aucun syndicat et compagnie que ce soit. La Coalition Québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique regroupe des citoyens devenu sensible aux radios fréquences ou ne désirent pas le devenir. Ces gens œuvrent bénévolement et à leur frais dans le but que l’on n’exagère pas avec le déploiement des technologies sans fil afin de protégé notre santé et celle de nos enfants. Avons-nous vraiment besoin de compteur sans-fil pour sauver +/- 700 emplois?? Les statistiques émises par différentes études sur les effets secondaires du sans-fil nous montrent qu’entre 1 et 10 % des gens pourraient vivre avec des problèmes de santé liée aux micro-ondes, Céphalées, douleur/chaleur dans une oreille, acouphènes, troubles de la sensibilité superficielle et/ou profonde, déficit d’attention et de concentration, phase d’état (Atteinte fonctionnelle du système nerveux central), triade : insomnie, fatigue, dépression, manifestations neuro-végétatives : oppression thoracique, tachycardie, nausée, perte de mémoire immédiate, troubles du comportement etc. http://www.teslabel.be/PDF/Le_Syndrome_d_Intolerance_aux_Champs_Electromagnetiques_Pr_Belpomme_2011.pdf
    Imaginez que ce soit seulement 1% des Québécois qui soit atteint du SICEM, alors sur 8 millions que nous sommes, ça pourrais donner 80 000 nouveaux malades qui couterais beaucoup plus chère que les 700 emplois économisé. Et maintenant que nous savons que plus de 80 000 Québécois risquent leurs santés, que peut-on dire de ceux qui vont volontairement et en toute connaissance de cause prendre la décision de mettre quand-même ce projet de l’avant??
    Merci

  • 6 février 2012 · 08h55 Réjean Asselin

    Woach ! Shoking !

    Imaginez des manifestants qui osent manifester pour des niaiseries ( ? ) la journée même du sacro-saint Super Bowl ! La fête de la pub, de l’enflure médiatique, du clinquant et de la grandiose culture du fast food télévisuel tout ça entre-coupé d’une petite partie de Football !

    Etant un Asselin moi-même je me sens beaucoup plus proche d’un certain Olivar Asselin que de votre vous-même… M.Asselin !

  • 6 février 2012 · 09h19 Marie-Michelle Poisson

    Ne cherchez pas de complots absurdes! Les groupes spontanés de citoyens inquiets des possibles effets sur la santé des compteurs émetteurs de radiofréquences existent partout dans le monde notamment en Californie ( http://stopsmartmeters.org/ ) et en Colombie-Britanique ( http://www.stopsmartmetersbc.ca/html/ ). À ce que je sache, les Syndiqués d’Hydro n’ont pas une influence mondiale!!
    Pour connaître la vraie histoire du groupe de citoyens le plus exposé en raison d’un projet pilote déployé dans leur quartier, consultez la page « qui sommes-nous? » du blog Villeray Refuse. http://villerayrefuse.wordpress.com/about/
    Ce que nous subissons déjà, tous le subiront bientôt. Par notre résistance nous rendons un fier service à l’ensemble de la société québécoise. Encore trop peu de citoyens se donnent la peine de comprendre les réels enjeux liés à la présence de ces compteurs émetteurs de radiofréquences dans leurs vies quotidiennes ( nos cuisines et nos chambres à coucher en fait…). Le principe de précaution s’impose, le temps de bien réfléchir à tous les impacts et surtout aux risques que nous faisons courir aux plus vulnérables d’entre nous; les jeunes enfants, les femmes enceintes et les bébés, et les personnes déjà malades

    Voici le discours que j’ai prononcé à la manifestation du 5 février à Montréal devant les bureaux d’Hydro-Québec

    Villeray a été choisi pour le projet pilote parce que 89% des compteurs sont à l’intérieur des habitations. 70% des compteurs sont dans les cuisines à moins de 3 pi des activités quotidiennes.
    À Villeray on retrouve souvent 3 – 4 – 6 – 10 – 12 compteurs sur un même mur avec pour résultat q’un seul appartement subit les radio-fréquences pour tout l’immeuble!
    À Villeray on vit tellement tassés les uns sur les autres que des compteurs y’en a en haut, en bas à gauche et à droite, en avant et en arrière!
    C’est trop!
    Aucune étude d’impact sanitaire n’a été prévue dans le cadre de ce projet pilote?!
    C’est incroyable!
    Villeray s’est mobilisé et en moins de 2 mois le projet pilote a été paralysé.
    Hydro-Québec avait prévu installer 18 467 compteurs et seulement 12 000 ont été installé
    Hydro-Québec a mis un terme prématuré à son projet et reste avec 6500 compteurs sur les bras.
    Nous avons prouvé qu’on peut refuser les compteurs émetteurs de radiofréquences.
    C’est notre droit le plus légitime de décider ce qui peut entrer dans nos maisons
    Le déploiement massif des compteurs émetteurs de radiofréquences est inacceptable pour la population. Partout dans le monde on refuse l’installation de ces compteurs ; en Californie, au Vermont, au Michigan en Colombie Britanique en Grandre-Bretagne et en France.
    Partout le gros bon sens s’oppose, le principe de précaution s’impose.
    Mardi prochain le 7 février nous allons suivre l’exemple de St-Colomban des Laurentides et de Santa Cruz en Californie et nous allons demander à notre conseil municipal d’appuyer notre demande de moratoire.
    J’invite les citoyens de toutes les municipalités du Québec à en faire autant. Une trousse d’intervention est disponible sur le site de la CQLPE (http://www.cqlpe.ca/Trousse.htm ).
    La Régie de l’Énergie examine présentement la demande d’Hydro-Québec qui veut obtenir la permission de déployer 3.8 millions de compteurs dans toute la province de Québec.
    Chacun peut écrire pour expliquer à la Régie pourquoi il ne faut pas autoriser le déploiement de 3.8 millions de compteurs. Vous trouverez des indications sur le blog Villeray Refuse (http://villerayrefuse.wordpress.com/ ).
    Toutes ces actions pourraient être déterminantes afin de tuer dans l’oeuf ce projet insensé.
    Il n’est pas trop tard, mais il faut réagir vite.
    Merci.

  • 6 février 2012 · 10h23 Michel Monette

    Le BAPE serait une avenue pertinente et pas si longue que cela (au pire, une enquête de leur part pourrait prendre 4 mois). Ils ont déjà eu des mandats en lien avec la pollution par le bruit (autoroutes), donc la question de la pollution par les radio-fréquences entrerait tout à fait dans leur mission. Je ne vois pas quel autre organisme pourrait faire une telle enquête, sinon.

  • 6 février 2012 · 13h19 Marie-Eve Doré

    Cher Monsieur,
    Il ne faut pas confondre « Porteur de Ballon » et « Péteux de ballounne ». Même si, individuellement, les membres de la cqlpe, appuient sans doute le syndicat des employés d’Hydro, notre Coalition en est tout à fait indépendante. D’ailleurs, nos préoccupations concernent surtout les problèmes de santé associés, officiellement ou non, à l’électrosmog, ainsi que l’invasion de la vie privée qui découle d’une surveillance constante. De plus, la facturation modulée est un réel sujet d’inquiétude, surtout pour les personnes démunies.
    Plusieurs personnes, moi la première, ont suggéré l’emploi de la fibre optique comme moyen de transfert de données, étant donné que le réseau optique est installé presque partout ou en voie de l’être. Cette technologie a l’avantage de n’émettre AUCUNE ondes électromagnétique. Un petit lecteur optique, placé devant le compteur électromécanique et le tour est joué. Efficace et peu coûteux! Plus besoin de se déplacer pour faire les lectures. Ce n’est pas le syndicat qui ferait une telle suggestion, ne trouvez-vous pas? De plus, le réseau de fil téléphonique est déjà employé à plusieurs endroits depuis plus de dix ans pour faire le même travail.
    En terminant, je voudrais souligner qu’Hydro-Québec, en tant que Société d’État, est la propriété de tous les Québécois, il est plus que normal que nous ayons voix au chapitre…
    Étant moi-même une hypersensible (j’ai dû débrancher mon routeur parce qu’il me rendait malade, je n’ai pas besoin d’énumérer mes symptômes puisque M. José Lévesque l’a déjà fait plus haut), je souffre réellement de la multiplication des sources d’émission de micro ondes, je ne peux pas le « prouver », mais comme j’ai réalisé que je ne suis pas la seule, je me sens maintenant en mesure de le dire à haute voix, au lieu de continuer à souffrir en silence.

  • 6 février 2012 · 13h48 Emmanuel Dumont

    C’est tellement plus facile et démagogique d’accuser les vilains syndicats, plutôt que de faire ses devoirs et s’informer un peu.

    Sachez cependant que déjà au mois d’octobre, donc avant que le sujet fasse la une des médias, il y avait déjà les deux tiers des québecois qui n’appuyaient pas le projet d’Hydro-Québec.
    http://www.lanouvelle.net/Economie/Emploi/2011-10-25/article-2785704/Deux-Quebecois-sur-trois-n%26rsquo%3Bappuient-pas-le-projet-d%26rsquo%3BHydro-Quebec/1

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

À propos RSS

  • Mario Asselin
    Je me suis intéressé aux blogues en octobre 2002 du temps où j'étais directeur d'école. Depuis plus de neuf ans, j'anime vigoureusement « Mario tout de go » qui a toujours été une sorte de carnet de bord. En 2005, je suis passé au monde des affaires, via Opossum (une division de iXmédia); j'interviens auprès des institutions, des entreprises et des ministères au Canada et en France dans plusieurs projets où l'utilisation des nouvelles technologies est au service des apprentissages. Je m'intéresse à la formation, au domaine des communautés de pratiques et je conseille des organisations. Je suis chargé de cours à l'Université de Montréal où j'enseigne la communication organisationnelle. Je collabore depuis quelques mois aux projets de Coalition Avenir Québec. Au Voir, j'offre mon regard de blogueur politique axé sur des sujets que je connais de mieux en mieux : l'éducation, la culture, la vie en société et la gouvernance des affaires publiques!

@MarioAsselin

+ @MarioAsselin →

Catégories

Archives