Élections: avec qui je prendrais une bière?

10 août 2012 13h03 · Mathieu Poirier

Ce matin, La Presse publiait un article à propos d’un sondage réalisé par CROP. Je ne parle pas de celui qui dit que la majorité est envisageable pour le PQ, c’est l’autre qui m’intéresse; celui qui cherche à savoir avec lequel des chefs les Québécois aimeraient prendre une bière.

L’amateur de bière que je suis a été fortement interpelé par cette question.

Avec quel politicien j’aimerais prendre une bière, donc?

D’abord, la question m’apparaît incomplète. C’est comme si je vous demandais avec quelle voiture vous aimeriez vous rendre du point A au point B. Ça dépend de la nature du point A et du point B, me direz-vous! Si le point A est à Chibougameau et que le point B est à Toronto, j’ose espérer que vous n’allez pas choisir une petite hatchback. À l’inverse, si le point A est au coin des rues St-Denis et Mont-Royal et que le point B est situé sur Rachel, à l’angle de St-Laurent, vous ne prendrez certainement pas un 45 pieds.

Le choix du véhicule dépend de la nature des points A et B de la même manière que le politicien avec lequel j’irais prendre une bière dépend de la bière en question.

S’il s’agit d’une pilsner légère et sans amertume, ce serait avec Jean Charest car je sais très bien qu’après quelques minutes, la conversation que nous aurons eue me laissera très amère. D’autant plus qu’on sait très bien que l’alcool nous fait parfois dire des sottises et je n’ose pas imaginer le genre de blagues qu’il est susceptible de faire après s’être envoyé quelques bières derrière la cravate. Vaut mieux une bière légère…

Si la bière est sans alcool, j’irais avec François Legault car, lui aussi, après quelques minutes de conversation, je sais très bien qu’il me saoulerait avec ses histoires d’écoles secondaires ouvertes de 9 à 5 et toutes les autres solutions à des problèmes qui n’existent pas. Et je n’aime pas être saoul. Je préfère garder toutes mes facultés.

En supposant que la bière soit blonde, j’inviterais Pauline Marois. Je lui proposerais L’Indépendante de l’excellente brasserie madelinoise À l’Abri de la Tempête. Ne vous méprenez pas, mon choix ne s’est pas arrêté sur elle à cause de sa couleur de cheveux  – enfin, si, mais pas uniquement – mais plutôt parce que je considère les bières blondes comme des bière de soif. Or, nous savons tous que madame Marois a une énorme soif depuis quelques années – une soif de pouvoir.

Si on me propose une stout, c’est avec Amir Khadir et Françoise David que j’irais car il s’agit là d’une bière que choisissent souvent les néophytes qui n’en peuvent plus de se faire servir la même bière tablette depuis des années. Certains l’apprécient et l’adoptent, alors que d’autres demeurent perplexes mais réalisent tout de même qu’il existe autre chose qui s’avère meilleur que ce qu’on leur propose depuis des années.

S’il y a des fruits dans la bière, mon choix s’arrêterait sur Jean-Martin Aussant parce que, bien que j’aime parfois en goûter une, c’est souvent mon deuxième, voire mon troisième choix. En effet, je ne sais trop pour quelle raison, le moment est rarement opportun pour une bière aux fruits.

Malheureusement, je n’ai encore trouvé aucun politicien avec qui j’aimerais partager une IPA, le type de bière que je préfère. Je garde toutefois espoir, mais je doute que ce soit d’ici le 4 septembre.

Partagez cette page

Classé dans :  Gastronomie, Société

L'opinion émise dans ce billet n'engage que son auteur et ne représente pas nécessairement celle du journal Voir.

+ Ajouter le vôtre Commentaires 17

  • 10 août 2012 · 13h35 André Péloquin

    Avec qui on boit de la Corona alors? :-)

  • 10 août 2012 · 15h26 Claude Perrier

    Une IPA, Monsieur Poirier?

    Ça goûte quoi, ça?

    Jamais entendu parler de cette broue…

    • 10 août 2012 · 15h36 Mathieu Poirier

      Ce que ça goûte?
      Ça dépend de ce qu’il y a dedans (notamment du houblon qui est utilisé) et de plein d’autres facteurs qu’un brasseur pourrait mieux vous expliquer que je ne le ferais.
      Mais ce que je peux vous dire, c’est que lorsqu’une IPA est vraiment réussie, c’est tout une expérience sensorielle.

    • 10 août 2012 · 15h45 Claude Perrier

      Merci bien, Monsieur Poirier.

      Mais cette IPA, ce n’est pas une marque précise? Ça ne se trouve pas quelque part? Si on demande au dépanneur du coin une IPA, il ne sait trop quoi nous répondre?

      Où trouve-t-on cette broue?

      (Je suis un goûteur intrigué…)

    • 10 août 2012 · 15h56 Mathieu Poirier

      C’est un type de bière, pas une marque.

      Certains dépanneurs en ont effectivement en stock -principalement ceux qui se spécialisent en microbrasserie. Vous avez d’ailleurs plus de chance de trouver de très bonnes IPA au dépanneur qu’à la SAQ qui n’importe malheureusement que très peu de produits américains (les IPA américaines sont souvent sublimes).

      Les produits des brasseries Dieu du Ciel et Bouhaha sont particulièrement réussis. Il y a aussi une très bonne IPA présentement sur le marché qui nous vient de Rouyn-Noranda: la Foublonne.

    • 10 août 2012 · 16h05 Claude Perrier

      Merci beaucoup pour ces précisions, Monsieur Poirier.

      Et… hummm… santé!

  • 10 août 2012 · 15h34 Claude Perrier

    Et puis, Monsieur Poirier, tandis que nous y sommes… les meilleures bières m’ont toujours semblé être celles en fut.

    Pourquoi? Aucune idée.

    Du brasseur que vous voudrez, en fut c’est toujours meilleur…

    • 10 août 2012 · 22h06 Mathieu Fréchette

      La bière en fût est plus fraîche. Elle n’est pas pasteurisée contrairement à la bière en bouteille qui se conserve des mois sur les tablettes et le fût est souvent conservé au frais et à l’abri de la lumière. 2 facteurs cruciaux pour ne pas altérer le goût d’une bière.

    • 12 août 2012 · 13h57 Claude Perrier

      Merci pour cette bonne explication, Monsieur Fréchette!

      Et vive la bonne bière en fût!

  • 11 août 2012 · 13h35 Véronique

    Pendant un court instant, j’ai imaginé tous les « chefs » réunis autour d’une bière, un peu éméchés… Si je continue dans cette lancée, ça peut laisser place à bien des trucs hilarants : )

  • 12 août 2012 · 13h26 Normand Murray

    Qu’est ce que CROP ne ferais pas pour agrémenter leur maître au détriment de la vérité c’est comme dirait l’expression bien connu « Peter de la broue »,votre question est comme une bière chaude sois imbuvable!!!

    • 12 août 2012 · 15h37 Claude Perrier

      Un parti-pris contre CROP, Monsieur Murray?

      Et pourquoi donc?

      Un sondage vaut bien un autre sondage, non?

      Tous ne font finalement que supposer que si cela est tel ou cela autre n’est pas tel, alors ce pourrait être… allez savoir quoi… ni tel ou tel.

      Les sondages, de CROP ou d’ailleurs, ne sont que des portraits incertains s’appuyant sur un moment précis. Et puis les sondages, c’est surtout une grosse industrie, surtout lorsque les enjeux électoraux sont de la partie.

    • 12 août 2012 · 17h35 le calinours bienveillant

      @claude

      « Et pourquoi donc? »

      voici ta réponse, claude.

      http://tinyurl.com/cz9xa8g

  • 16 août 2012 · 10h09 Pierre-Luc Gagnon

    Voilà un billet que j’aurais aimé écrire ;) Cheers!

  • 28 février 2013 · 13h16 Mathieu Poirier

    Tu devrais prendre une bière avec quelqu’un qui a le même nom que toi!
    http://www.youtube.com/watch?v=esLkutGoBeE

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

À propos RSS

  • Mathieu Poirier
    Quand j'étais petit, j'aurais aimé jouer du piano comme Glenn Gould, pratiquer des arts martiaux comme Donnie Yen, être créatif comme Jules Verne et être aussi bon cuisinier que ta mère. Hélas, il y a eu le Nintendo, "L'Enfant génial" avec Fred Savage, les Gifs animés, "Lain", "Scott Pilgrim" et la blogosphère. Résultat: je ne suis bon qu'avec les pitons.

S’abonner au blogue

Catégories