Blogue de Mathyas Lefebure Diaspora RSS

Interlude entre deux lettres

19 octobre 2012 · Divers · Mathyas Lefebure
1

Mon cher Pascal, Tu excuseras mon petit retard, plus long que prévu, à entamer ces lettres sur ton « déniaisage », comme tu me l’as toi-même écrit. Bien que je t’avais suggéré dans ma première lettre d’user de précaution et de mesure dans l’adoption du joual pour ne pas passer pour un vulgaire colonisateur qui le mime en le créolisant avec une ironie maladroite, tu as osé, et tu as dans ce cas usé bien justement du québécisme « déniaiser ». Je te prie cependant de ne pas t’en enorgueillir au point de vouloir sur-le-champ te lancer dans une déclinaison improvisée qui serait trop hâtive de la délectable mutinerie sémantique des mots du rite chrétien qui nourrit une des belles racines de la langue orale et même écrite des québécois. Surtout à la façon dont tu risquerais de rouler des R ridicules comme plus personne ne les roule ici – que dis-je, comme personne ne les a jamais roulés. Déniaiser. J’étais devant la liste des thèmes, griffonnés, j’en ai bien une trentaine, que je dois aborder, pour ton déniaisage, assis au PMU sous les derniers rayons du soleil de la Provence dont je me gave avant de retourner au Québec en luminothérapie, ils sont [...]

Lire le billet →

Lettre I

5 octobre 2012 · Divers · Mathyas Lefebure
4

Cher Pascal,   Je remontais la Canebière après ce déjeuner où tu m’as annoncé ton grand projet et torpillé de questions, et les idées se bousculaient, furieuses. Je me suis assis à la terrasse d’un PMU – notre repas s’étant étiré si longuement au gré de tes questions, de tes emballements et de ta ferveur qu’il était déjà l’heure de me permettre une mauresque en griffonnant tout ce qui déboulait de ma tête et en tentant d’y mettre un peu d’ordre.   Ainsi, tu veux quitter la France pour aller vivre à Montréal, emballé par la certitude que là-bas la vie est meilleure qu’en ta République en décadence, emballé par un court voyage dont les souvenirs exotiques d’accent, de ferveur d’un festival d’été, de grands horizons sauvages, et d’hybridation entre la Gaule perdue et l’Amérique t’ont laissés rêveur.   J’ai répondu dans la spontanéité de la discussion devant l’aïoli – si fort que je pleure et rote encore – assez mécaniquement, pragmatiquement, sur les détails et les aléas de la vie quotidienne sur le Plateau, où tu vas emménager en colocation grâce à une annonce trouvée sur Internet, avec des gens géniaux, un grand 7 et demi (T8) peuplé d’un [...]

Lire le billet →

S’abonner au blogue

Catégories

Archives