Après avoir lancé Cerf-volant, les 3 Gars Su’l Sofa ont entamé leur "Tournée de la crise économique", qui propose un bouquet de chansons joliment bricolées en échange de 5 $. Pas cheap, les gars.

Avec le nombre trois à l’avant-plan et des textes qui font poindre un rictus au visage, on les avait associés à tort aux Trois Accords et aux autres groupes du genre. "Le gros de l’association part du nom du band", confirme Nicola Morel, l’un des 3 Gars Su’l Sofa. "Avec le trois, les gens ont fait un et un font deux. C’est aussi bête que ça. On les aime, Les Trois Accords, mais on ne fait pas le même genre de musique qu’eux."

Quant à la connotation absurde qu’on leur a accolée, encore une fois, il y a maldonne. "On a toujours trouvé ça étrange, avoue Nicola. Pour nous, le texte d’une chanson comme À la plage, qui a beaucoup tourné à la radio, demeure très terre à terre." C’est une poésie du quotidien que les 3 Gars Su’l Sofa fignolent, mais l’humour dont ils font preuve en spectacle se pointe inévitablement le bout du nez dans le processus d’écriture. "On écrit nos textes à trois. C’est comme une bibitte à trois têtes avec un crayon. Sans vouloir faire de l’humour, on a toujours eu la blague facile."

Avec Cerf-volant, son deuxième album, la formation qui a vu le jour en 2002 pour participer à Cégeps en spectacle remet les pendules à l’heure. Ce qui caractérise le trio complété par Guillaume Monette et Guillaume Meloche-Charlebois, c’est le bricolage de chansons aux ritournelles acoustiques agrémentées d’harmonies vocales. "Les trois, on aime chanter, affirme candidement Nicola. On s’est donc dit qu’on allait chanter à trois, quitte à ce que les gens confondent nos voix." Alors que celles-ci s’entremêlaient sur la presque totalité du premier album sorti en 2007 (Des cobras, des tarentules), le nouvel opus fut l’occasion d’expérimenter une certaine retenue. "Il y a moins d’harmonies vocales sur le deuxième pour que l’impact soit plus grand lorsqu’on en fait. C’était une suggestion de David [Brunet, guitariste sur l'album] et on était bien d’accord avec ça."

Ces jours-ci, les 3 Gars Su’l Sofa sillonnent le Québec pour la "Tournée de la crise économique", accompagnés de leur nouveau batteur, Maxime Drouin. Le concept est simple: il en coûte un gros cinq piastres pour assister au spectacle. "Pour le premier album, on avait trouvé ça emmerdant de faire une tournée promo qui se limitait à donner des entrevues. On fait donc une tournée de bars, de petites places, pour faire connaître le disque. Ce n’est pas lucratif pour nous, mais c’est intéressant pour les gens."

À écouter si vous aimez / Les harmonies vocales, Mathieu Boogaerts, Tricot Machine


Partagez cette page

+ SUR LE MÊME SUJET : , , , ,

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel