M pour Montréal, sorte de salon de l’auto de l’industrie de la musique, revient montrer le meilleur de la musique canadienne à l’élite étrangère.

Tel le calife faisant parader ses filles devant la noblesse venue de partout pour les donner en mariage, M pour Montréal s’apprête à dresser une sixième vitrine avec vue sur le meilleur de la musique canadienne pour les promoteurs, producteurs, journalistes et autres bestioles de l’industrie issus des quatre coins du monde.

Histoire que chaque torchon trouve sa guenille, Voir tient à nouveau à adresser ces recommandations à certains convives.

Délégué: Paul Jones, Rough Trade Records (Angleterre)
Recommandation: Hollerado, 18 novembre, Sala Rossa
Explication: Quand un continent prend trop de temps à vous accepter, essayez l’autre. Ça a marché pour les Kings of Leon. S’il y a un groupe qui est prêt pour les grandes ligues, c’est bien le quatuor de Manotick, Ontario. Il a par ailleurs un petit côté "aréna" dont les Anglais sont friands. Fais ton truc, Angleterre, et montre à nouveau à ta cousine américaine ce qui se trouve dans sa propre poche.

Délégué: Bill Pearis, Brooklyn Vegan (États-Unis)
Recommandation: Adam & the Amethysts, vendredi 18 novembre, Jello Lounge
Explication: Voilà un moment que Montréal a quitté les faveurs de la blogosphère américaine. Normal, puisque les dernières années ont vu la ville exporter surtout du folk-pop adulte, du pop-rock bien propret et peu touffu. Flickering Flashlight, le nouvel opus solo de l’ex-Telefauna Adam Waito, a cependant tout pour raviver la flamme de l’intelligentsia internationale: des mélodies accrocheuses, mi-Beach Boys, mi-Pavement, des arrangements astucieux et des propos bien sentis.

Délégué: Juan Tamayo, Disques Wagram (France)
Recommandation: Alaclair Ensemble, samedi 19 novembre, Café Campus
Explication: Depuis 20 ans, c’était la France qui montrait au Québec la voie à suivre en fait de hip-hop avec IAM, puis TTC. Maintenant, toutefois, le vent a tourné et c’est le collectif Québec-Montréal qui a des leçons à donner. Au pire aura-t-il besoin de sous-titres pour faire passer son charabia, mais si ça a marché pour Radio Radio…

Délégué: Hervé Mermillod, Phénix Records (Suisse)
Recommandation: Tonstartssbandht, 18 novembre, Sala Rossa
Explication: De quoi mettre au défi les penchants traditionnels de la Suisse pour la neutralité, l’exactitude et le raffinement. Live, les frères White font un boucan d’enfer, improvisent de A à Z et se détachent complètement des savantes mixtures expérimentales qu’ils proposent sur disque. Aucune neutralité possible.

Partagez cette page

+ SUR LE MÊME SUJET : , , , , ,

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel