Le chanteur des Weakerthans, John K. Samson, lance son premier album solo et s’amènera à Montréal au mois de mars.

Voilà plus de quatre ans que les fans de la formation rock canadienne The Weakerthans attendent le successeur de Reunion Tour, paru en septembre 2007. Le groupe a bien lancé The Falcon Lake Incident en 2011, un disque produit avec l’auteur-compositeur-interprète Jim Bryson (en concert le 21 janvier au Petit Campus), mais justement, le leader et âme du combo John K. Samson s’était effacé au profit de Bryson. Or, comme si Samson incarnait à lui seul tout le charisme des Weakerthans, c’est à l’écoute de son premier album solo, Provincial, que l’auditeur aura enfin l’impression de retrouver toute la force d’impact du groupe.

Joint chez lui à Winnipeg, John K. Samson confirme: plusieurs pièces du compact s’apparentent à celles des Weakerthans, dont les énergiques When I Write My Master’s Thesis et Longitudinal Centre. « Contrairement à plusieurs artistes qui profitent de leurs projets solo pour enregistrer des chansons qu’ils n’auraient pas jouées autrement, j’ai conçu Provincial avec une seule contrainte: les thèmes. Les Weakerthans étaient alors en pause, et je voulais construire un album en me basant sur quatre routes importantes du Manitoba. Une sorte de road trip qui ne cadrait pas avec les plans du groupe, de retour bientôt en studio. »

Influencé par l’avenue Portage qui sépare le centre de Winnipeg, par l’autoroute 23, par la route provinciale 222 et par l’autoroute 1 qui traverse tout le Canada, John K. Samson a accouché d’un album plus personnel. « J’ai choisi des routes qui ont pour moi une grande signification, comme la Transcanadienne sur laquelle un groupe en tournée passe une bonne partie de sa vie. Chaque artère se décline en deux ou trois chansons qui réfèrent à des lieux connus. Par exemple, si tu roules sur la 23 jusqu’à Ninette, une petit ville d’où vient ma mère, tu tomberas sur le Ninette Sanatorium Memorial, en mémoire de l’établissement où l’on envoyait les victimes de la tuberculose entre 1950 et 1973. L’endroit m’a inspiré la pièce Letter in Icelandic from the Ninette San, une lettre qu’un immigrant islandais atteint de la tuberculose adresse à sa famille. »

En étant assez précis dans ses descriptions pour que le Manitobain moyen comprenne les références, le chanteur avoue avoir produit le disque pour permettre au fan de recréer le pèlerinage. « Arrivé à Riverton par la route provinciale 222, on peut s’arrêter dîner dans un parc consacré au joueur de hockey Reggie Leach. J’y suis souvent allé, mon père vient de là. J’ai d’ailleurs décidé de lancer une pétition en ligne pour que l’attaquant soit intronisé au Temple de la renommée du hockey. L’URL de la pétition, www.ipetitions.com/petition/rivertonrifle, sert donc de titre à une composition dédiée à Leach. Une fois ma prochaine tournée terminée, j’irai porter la pétition à Toronto. »

En attendant, le chanteur confirme que même avec le retour des Jets à Winnipeg, il demeure un fan du CH. « Malgré la présente saison de misère, je ne peux plus abandonner le Canadien. Je suis bien sûr excité par le retour des Jets, mais pour moi, il s’agit plutôt des Thrashers de Winnipeg. Les vrais Jets sont toujours à Phoenix, là où sont accrochés tous les numéros retirés par la franchise du temps qu’elle était à Winnipeg. Mon coeur reste avec le Canadien. »

John K. Samson
Provincial
(Anti-)
En vente le 24 janvier


Partagez cette page

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel