Le Quatuor Vogler a donné le ton à ce programme qui revisitait Piaf, Piazzolla et Kurt Weill avec une introduction musicale signée Schulhoff. Une mise en situation instrumentale savamment interprétée qui a lancé ce voyage pensé par la chanteuse Ute Lemper. L’interprète a voulu rehausser le style cabaret d’un cran avec cette rencontre à teneur classique à laquelle s’ajoutait le polyvalent Stefan Malzew (piano, clarinette et accordéon). Mais surtout, Lemper se faisait le devoir de mettre en contexte ces chapitres musicaux marqués par l’exil avec une narration éclairante. La présence scénique de l’Allemande est fascinante et cette expérience musicale est devenue le théâtre d’âmes solitaires en quête d’absolu. La noirceur d’un siècle a été transfigurée.

Le chant du souvenir Critique par - 2012-04-12
Cote: 4

Partagez cette page

+ SUR LE MÊME SUJET : ,

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

Blogues des partenaires

+ Blogues →

Concours

  • Thus : Owls

    À gagner, 1 des 2 paires de billets pour le spectacle "Thus : Owls" le vendredi 10 octobre prochain à la Maison de la culture Maisonneuve à 20h.

+ Concours →