Pour une deuxième année consécutive, Samian mène un concert-bénéfice au profit de Wapikoni mobile.

Il y a une hache. Celle qui, maniée par le gouvernement Harper, sabrait l’été dernier le budget de Wapikoni mobile, le studio ambulant de création privilégiant les communautés autochtones. Puis il y a l’autre, la hache de guerre qu’on déterre avant de se lancer dans une bataille.

Pour le rappeur algonquin, la seconde tente de parer la première puisqu’il a accepté, à nouveau, le rôle de porte-parole pour un spectacle où plusieurs artistes de renom – Samian, bien sûr, mais aussi Manu Militari et Zachary Richard – combattront les coupures par la musique pour une cause particulièrement unique. « Surtout au Québec où nous sommes non seulement peu nombreux, mais aussi sans grands médias abordant les artistes autochtones, contrairement au reste du Canada », renchérit Samian qui, en 2004, participait à l’expérience Wapikoni mobile, plantant la première balise qui allait le mener à sa carrière actuelle.

Bien que les artistes autochtones soient davantage dans les médias grand public – grâce à Samian, mais aussi à des projets comme Nomadic Massive et A Tribe Called Red qui, selon le brave de Pikogan, contribuent du même coup à la prophétie de Louis Riel voulant que les siens « dormiront pendant cent ans et, quand ils se réveilleront, ce seront les artistes qui leur rendront leur esprit » -, les cultures de ces nations, elles, demeurent en danger. « La situation ne s’améliore pas… surtout pas à Ottawa », tranche Samian, prenant pour exemple le fait que le gouvernement Harper a tergiversé pendant des années avant de signer la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones. Heureusement, la situation est un peu moins sclérosée du côté provincial. « Pauline Marois et notre chef, Ghislain Picard, discutent ensemble et je suis très curieux de voir ce que ça va donner, les deux rêvant de souveraineté. »

Outre le combat mené pour Wapikoni mobile, Samian poursuit aussi la tournée accompagnant son disque Face à la musique, en plus de plancher sur un troisième album, plus personnel, qui pourrait paraître à l’automne 2013. « Je ne me détache pas de mon côté engagé, mais j’ai aussi envie de parler de « moi » en plus du « nous », de faire découvrir l’homme derrière le guerrier. »

Concert-bénéfice le 29 octobre
Au Club Soda

Détails sur l’événement et Wapikoni mobile: www.wapikoni.tv

/

Nouvelle mouture pour le second concert-bénéfice au profit de Wapikoni mobile

Après une première édition bardée de surprises – participation de Loco Locass, retour impromptu de Kashtin, etc. -, l’équipe derrière l’événement-bénéfice se réinvente en proposant un spectacle plus acoustique, voire intimiste, mais toujours empreint d’émotions. Axé davantage sur le mot, le show aura des airs de happening slam, selon Samian. En plus de compter sur la présence de valeurs sûres, le concert bénéficiera de la participation de l’artiste « atika-bécoise » pop Sonia Basile-Martel. « Je profite peut-être de mon chapeau de porte-parole pour faire découvrir des artistes que j’apprécie, concède Samian, dont Sonia, justement! »

Partagez cette page

+ SUR LE MÊME SUJET : , ,

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

Blogues des partenaires

+ Blogues →