Sur son nouvel album Read Between the Rhymes, l’artiste électro Millimetrik y va d’une première oeuvre rap assumée.

De l’ambiant à l’électro, en passant par le rap, Pascal Asselin s’éclate dans tous les genres sous l’égide de son projet Millimetrik. « C’est une grosse comparaison – jamais je n’oserais me comparer à cet homme -, mais Gainsbourg ne s’est pas dit: « Je vais faire mon album reggae sous un autre nom! »" tranche le compositeur de Québec qui revient à la charge cette année avec Read Between the Rhymes, un « album de duos » où le beatmakeret batteur s’est associé à plusieurs grands noms du rap francophone local.

S’abandonner sur disque

Révolution annoncée sur Mystique Drums, son album précédent, sur lequel on retrouvait des duos avec des collaborateurs de la trempe de Jacques A. Doucet de Radio Radio (de retour sur la nouvelle offrande en compagnie de Maybe Watson, Frannie Holder et Jam, notamment), Read Between the Rhymes est un exercice de style qui tient presque de l’expérience cathartique pour Asselin. « C’est l’album de l’abandon! » clame-t-il en riant. « Le plan de match, c’était de faire un disque complètement rap et collaboratif. J’imposais le beat, mais les rappeurs pouvaient modifier le nombre de mesures et ils avaient carte blanche pour leurs textes. J’ai été jusqu’à confier le mix final – que je fais d’habitude – à Claude Bégin (d’Accrophone, Movèzerbe, Alaclair Ensemble, etc.), car ses productions sont toujours efficaces, si j’en crois ce que j’ai entendu de lui. L’idée, c’était d’avoir d’autres points de vue. Je voulais voir comment d’autres artistes s’approprieraient ma musique, et le résultat me plaît! »

Bien qu’au final, l’oeuvre plaise au créateur, sa logistique n’a pas été de tout repos, selon Asselin. « Ça s’est super bien passé avec Claude. Il a cerné dès le début ce que je voulais, mais gérer une bande de rappeurs, c’est plus tough! » s’exclame-t-il en revenant sur le processus de production qui se sera étalé sur une année et demie. « Chaque lundi matin, j’envoyais une série de courriels: « Salut les gars! Qu’est-ce qui se passe? Vous en êtes où? » et la plupart d’entre eux n’avaient toujours rien de fait. On a repoussé le deadline cinq fois! » soupire-t-il avant de se lancer sur le travail derrière ses rythmiques.

Retour aux sources… ou pas!

La recherche derrière les beats de Read Between the Rhymes aura aussi permis à Millimetrik de se faire nostalgique le temps d’un album… ou si peu. « Quand j’étais au secondaire, j’étais « yo ». Je ne rappais pas, mais j’aimais ce qu’on appelle aujourd’hui le old school hip-hop », raconte-t-il, évoquant ses souvenirs de Public Enemy. « La première idée était de me replonger là-dedans, de revenir à mes racines, mais je me suis finalement dit que ce serait trop cliché. De plus, j’aime beaucoup les autres mouvances comme le dirty south ou le gangsta. Je me suis donc dit que la ligne directrice pourrait résider dans les claviers alors que les beats, eux, seraient variés », relate celui qui dit s’être inspiré au passage de « vieux trance cucul » pour certaines mélodies. « Ce n’est rien ça, je fais présentement de la recherche pour le prochain disque en écoutant du new age! » conclut-il souriant, mais sérieux.

Millimetrik

Read Between the Rhymes
(Abuzive Muzik)
Présentement dans les bacs

Lancement en formule 5 à 7
Le 9 novembre
Au Divan orange
Dans le cadre de Coup de coeur francophone


Partagez cette page

+ SUR LE MÊME SUJET : , , , , , ,

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

Infolettres

Blogues des partenaires

+ Blogues →