Vous appréhendez les réunions familiales de Noël, sur lesquelles régneront sans partage les lénifiants refrains jazzy-poches de Michael Bublé, avec la mine patibulaire de celui qui doit se rendre chez le dentiste? Rassurez-vous, vous êtes loin d’être l’unique membre de ce club de justes grincheux. Pour se prémunir contre la pléthore de bons sentiments et de musique idoine qui déferlera le 25 décembre, rien de mieux que d’assister à la deuxième édition du party de bureau de la communauté métal estrienne qu’est le Christmas Metal Fest, deux soirées de gros bruit et de salvatrice sudation qu’accueille le Bar Le Magog.

Dans le rôle du père Noël louche, Mononc’ Serge occupe le haut du copieux programme (six artistes en tout!) du 7 décembre. Ami des pouelles québécois depuis son incartade avec Anonymus, le barde à la langue acide, en solo ce soir-là, devra redoubler d’ardeur pour rivaliser en décibels avec la musique barbare de ses camarades, dont celle des locaux Korpius (l’autre tête d’affiche), qui se sont faits rares au cours des derniers mois.

La tout aussi généreuse soirée du 8 décembre marque pour sa part le lancement sherbrookois du septième album de Cryptopsy, paru en septembre dernier. Bonne nouvelle pour les puristes révulsés par le flirt deathcore du précédent disque: la nouvelle offrande, tout simplement intitulée Cryptopsy, renoue avec les détonations death métal technique grâce auxquelles la milice menée par le batteur-pieuvre Flo Mounier s’est inscrite au panthéon du métal mondial et signe le retour au bercail du guitariste Jon Levasseur.

Partagez cette page

+ SUR LE MÊME SUJET : , , , ,

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel