À quelques jours d’un concert fort attendu à Montréal, Lisa LeBlanc revient sur une année qui s’est avérée explosive.

Le lendemain de la fameuse «journée de marde» de la cowgirl aura été particulièrement fructueux, alors que l’auteure-compositrice-interprète folk a reçu des accolades autant de son milieu (dont le titre de Révélation de l’année lors du Gala de l’ADISQ) que du public. Des semaines après l’emploi de son tube dans d’innombrables revues de l’année – dont le Bye Bye et 2012 revue et corrigée au Rideau Vert –, LeBlanc se dit prête à passer à une nouvelle étape. «Le Bye Bye a bien bouclé l’année pour moi, lance l’artiste. O.K., Ma vie c’est d’la marde, c’est fait. C’est du passé. 2013 peut commencer!»

«What the hell?» et autres surprises

L’accoutumance aura toutefois été de taille avant que la chanteuse ne tourne la page. «Ça a été tough quand même comme changement, note-t-elle. Tout d’un coup, j’ai un public. Tout d’un coup, ce que je dis a plus d’importance qu’avant. Ça a décollé tellement vite. Tout d’un coup, y avait du monde qui chantait mes tounes pis qui me reconnaissait sur la rue. Je me disais: “What the hell?”», ajoute-t-elle en pouffant de rire.

«Au début, c’était weird de me considérer comme un personnage public, poursuit-elle. Faut que tout soit parfait: toujours être gentille, toujours être drôle et souriante, même si ça peut t’arriver de passer une mauvaise journée.» Bien que LeBlanc spécifie qu’elle n’est pas d’un naturel rembruni, elle avoue qu’elle a dû se prêter à quelques «accommodements raisonnables» au cours de l’année. «À un moment donné, faut se dire: “O.K., moi je passe une bad day, mais faut être cool avec les autres!”»

Des bottes qui résonneront à nouveau

Même si 2013 se déroulera essentiellement sur la route – au Québec, bien sûr, mais aussi en Europe, aux États-Unis «et à Winnipeg, au Festival du voyageur», glissera la chanteuse au passage –, Lisa LeBlanc consacrera un moment de l’année à l’écriture d’un nouvel album qui devrait paraître en 2014. «Je me suis vraiment prévu des moments dans l’année où je devrai me dire: “O.K., là, je m’isole pour un ‘tit boutte pour écrire du stuff.”» Processus qui nourrira la scène du même coup, pour le plus grand bonheur de la principale intéressée. «Ça me fera aussi quelque chose de nouveau à faire en show, histoire de ne pas jouer que les tounes de l’album!»


Partagez cette page

+ SUR LE MÊME SUJET : 

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel