Émile Proulx-Cloutier et Anaïs Barbeau-Lavalette présentent Vous êtes libres, un cabaret à leur image: vibrant, chaleureux et ratissant large.

Un peu plus d’un mois après y avoir dévoilé ses Chansons cachées, le chanteur, comédien, scénariste et véritable touche-à-tout Émile Proulx-Cloutier investira à nouveau la Place des Arts, en compagnie de la romancière et réalisatrice Anaïs Barbeau-Lavalette et d’une panoplie de collaborateurs évoluant autant dans le lyrique que dans le slam, le monologue ou la danse gumboots. «À la base, on a mis des coups de cœur éclectiques sur la table», explique l’artiste volubile, faisant valoir que la carte blanche offerte par l’équipe de programmation comportait tout de même quelques suggestions (à défaut d’être des indications): miser sur la multidisciplinarité et favoriser la prise de parole (que ce soit le discours engagé ou la voix humaine). Mieux encore, ces balises n’ont pas eu à être imposées. «On n’a pas décliné une série de numéros selon un thème donné, précise Proulx-Cloutier, mais on s’est rendu compte que des résonances apparaissaient d’elles-mêmes entre les numéros.»

Plus qu’une marque de yogourt

Parmi ces échos, on retrouve un certain désir de liberté. Celle qui pousse le duo Proulx-Cloutier–Barbeau-Lavalette à non seulement évoluer dans plus d’une sphère artistique, mais à s’y distinguer. Celle qui anime aussi des créateurs comme le chanteur Thomas Hellman, la slameuse Marjolaine Beauchamp ou encore le comédien et monologuiste Fabien Cloutier, qui, comme les autres collaborateurs (et invités-surprises à la Yann Perreau qui participeront, au hasard, à l’une des trois soirées), s’impliqueront dans ce happening, en plus de se glisser dans les numéros de leurs collègues. «On y retrouve un certain appel – ou un rappel – à la liberté que nous avons comme humains et comme créateurs, commente Émile. Parfois, c’est fait de façon très tendre ou encore de façon très crue», lance-t-il avant d’éclater de rire puis de faire valoir que l’événement se veut festif, mais ne fera pas dans la dentelle pour autant. «Il y a un appel à la chaleur et au printemps, tout en proposant un regard assez net sur les dérives humaines.»

La fameuse question

Bien que Vous êtes libres soit en branle depuis des mois, la graine pourrait avoir été plantée il y a deux ans alors que Sophie Labelle, programmatrice de la PdA, assistait à la fameuse prestation de Proulx-Cloutier au Festival en chanson de Petite-Vallée. Surtout connu comme comédien auprès du grand public, l’artiste – cultivant un intérêt pour le piano et le chant depuis une vingtaine d’années – allait littéralement épater la galerie avec ce spectacle qui lui aura valu sept prix lors de l’événement… en plus de beaucoup d’attention. «Et là, tout d’un coup, et à chaque semaine depuis, on me demande quand sort mon album. Wô! Attendez une minute! C’est un métier, c’t’affaire-là!», s’esclaffe-t-il, revenant sur le fait qu’à l’image des Adamus, LeBlanc, voire Vigneault, le chanteur voulait apprivoiser les planches avant d’endisquer.

Puis, devinant la question suivante, l’interprète se met à table: «Le studio est prévu pour cet été. Je disais avant que ça irait après 35 shows, et on arrivera au bout cet été. Pour la parution, par contre, c’est loin d’être décidé!»

Vous êtes libres 

Du 4 au 6 avril

À la Cinquième Salle de la Place des Arts

Détails sur pda.qc.ca.

Émile Proulx-Cloutier sera en concert le 11 avril à la maison de la culture Marie-Uguay.

Partagez cette page

+ SUR LE MÊME SUJET : , , , , ,

À lire aussi

+ Ajouter le vôtre Commentaires 1

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

Blogues des partenaires

+ Blogues →

Concours

+ Concours →