Martin Beck commissarié par Michèle Thériault

20 janvier 2013 15h12 · Nicolas Mavrikakis

Dernière semaine pour l’exposition the particular way in which a thing exists de Martin Beck, artiste d’origine autrichienne et vivant à New York. Elle s’achève le 26 janvier à la Galerie Leonard et Bina Ellen. Et pour mieux comprendre le propos de cet artiste, je vous conseille vivement de suivre une des visites guidées menées par Tina Carlisi, et qui ont lieu mardi et jeudi de 12h30 à 14h30. Le section « Pistes de réflexion » du site de la galerie regorge aussi d’informations très pertinentes.

L’art de Beck interroge les liens entre plusieurs domaines. Il questionne la limite entre le design et l’art, comme dans cette installation sculpturale de 2008 (intitulée « simplement » Sculpture) qui réinterprète en un acier inoxydable et miroitant, d’une manière encore plus proprette et très mode, les cubes de Donald Judd. Beck montre aussi les liens entre le dispositif matériel moderne d’exposition et une certaine idée très contraignante de l’exposition. Mais nous pourrions voir cette expo d’un autre angle. Elle pourrait aussi être expliquée comme une manière d’interpeller la question de l’écart enter le document et l’histoire, entre l’image ou le texte avec sa signification et son interprétation.

Partagez cette page

Classé dans :  Arts visuels, Création, Société
+ sur le même sujet :  ,

L'opinion émise dans ce billet n'engage que son auteur et ne représente pas nécessairement celle du journal Voir.

À lire aussi

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

À propos RSS

  • Nicolas Mavrikakis

S’abonner au blogue

Catégories