La constable Stéfanie Trudeau a perdu la tête. La T-728 frappe à nouveau.

10 octobre 2012 21h19 · Olivier Lamoureux-Lafleur

 

Triste nouvelle dans le domaine de la justice sociale, l’agente de la paix Stéfanie Trudeau vient de faire de nouvelles victimes. Le 2 octobre dernier, Rudy Orchietti, qui s’apprêtait à passer une soirée en compagnie de ses amis musiciens, a vécu une situation quelque peu inattendue. Le pauvre Rudy retenait la porte d’entrée de son appartement pour laisser entrer un de ses collègues musiciens chez lui, alors que la constable 728 a surgi de l’obscurité. Les astres étaient alignés. Il n’en fallait pas plus à cette agente du SPVM. Un musicien, un artiste, une chose sortie tout droit de l’enfer, se tenait devant elle, bière à la main. Elle lui demande sur le champ ses papiers d’identification. Monsieur Orchietti, ne sachant pas qu’il avait affaire à la dernière génération de Terminators du SPVM, lui demande alors la raison de cette intervention. Malheur, en une fraction de seconde, la constable le jette au sol et lui met les menottes. Heureusement, la victime ne portait pas le carré rouge. Si tel avait été le cas, je serais peut-être en train d’écrire un billet sur la mort d’un musicien.

 

À ce moment, l’ami de Rudy est entré en scène en invectivant le Terminator. Il allait bientôt payer très cher pour ce geste. L’on voit très bien sur les images vidéo, l’agente, qui, visiblement, tente d’étrangler sa nouvelle victime. Une simple arrestation musclée ? Chose certaine, les images glacent le sang. Or, même Arnold Schwarzenegger serait déçu du reste de l’histoire. Visiblement, le Terminator envoyé sur les lieux n’était pas un T-1000 (génération la plus avancée, du moins en 1991). Pourquoi cela ? Pour la simple et bonne raison qu’après avoir étranglé tout ce qui s’étranglait, l’agente de la paix, le Terminator, a saisi les téléphones des musiciens et a malheureusement déclenché l’un d’entre eux. Un T-1000 n’aurait pas fait cela.

 

Voici un extrait de ce que l’on peut entendre sur l’enregistrement :

« Là on a réussi à le menotter, mais là pendant ce temps-là, toute les rats qui étaient en haut dans […] les gratteux de guitares, c’toute des ostie de carrés rouges là, toute des artistes astie de, en tous cas des mangeux de marde, fait que là y sont comme toute commencé à sortir de l’appartement tsé ».

« Là, on […] je saute sur l’ostie de trou de cul. Là évidemment, y s’laisse pas faire, là l’encolure ostie, chu en train de l’étougger, là je me bas avec dins escaliers, on se bat avec […] »

« Même si j’aurais pas été 728 c’est des caves pareils, tsé, c’est ben parce qu’il m’a reconnu […] une fille qui brasse y en pas 12 000 […] Non je l’ai pas poivré ben j’étais sur le bord en tabarnak […] ca me tentait en crisse, ben je me suis dit si je le fait ca va se retrouver dans les manchettes ».

Craignant pour la paix de la métropole, une vingtaine de véhicules du SPVM ont été envoyés en renfort. Et pourtant, à elle seule, la T-728 serait capable d’exterminer la ville entière. En tout, quatre personnes devront comparaître en justice pour entraves à un agent de la paix, voies de fait et intimidation.

Entre vous et moi, il est grand temps de revoir les pratiques policières, le code de déontologie de la police et d’exiger une commission d’enquête sur la violence policière de 2012. Il serait surtout important de voir naître une police de la police qui n’est pas dirigé par des policiers.

 

Licenciez-moi cette constable 728

Hasta la vista, baby !

 

Source: http://www.radio-canada.ca/regions/Montreal/2012/10/10/004-matricule-728-spvm-arrestation.shtml

Partagez cette page

Classé dans :  Société

L'opinion émise dans ce billet n'engage que son auteur et ne représente pas nécessairement celle du journal Voir.

+ Ajouter le vôtre Commentaires 43

  • 10 octobre 2012 · 22h21 Myriam Sky

    Ça vaut la peine de vous re-citer monsieur Lamoureux:

    « Pour la simple et bonne raison qu’après avoir étranglé tout ce qui s’étranglait, l’agente de la paix, le Terminator, a saisi les téléphones des musiciens et a malheureusement déclenché l’un d’entre eux. Un T-1000 n’aurait pas fait cela. »

    Arnorld avait plus d’humour qu’elle… Ce que je souhaite c’est que le SPVM ne l’envoi dans une garderie… comme pour en faire un remake

    http://www.youtube.com/watch?v=EAsHHPvuD_0

  • 10 octobre 2012 · 23h11 Correcteur 101

    Petite correction: Rudy Occhietti et non Orchietti.

    • 11 octobre 2012 · 00h13 Olivier Lamoureux-Lafleur

      En fait, sur le site de Radio-Canada ainsi que La Presse, il est question de Orchietti et non Occhietti.
      Il n’y avait donc pas de faute, selon ces sources.

  • 10 octobre 2012 · 23h19 Gilles Marceau

    Pas fort… pas fort la 728..grosse police mais pas de cerveau, aucune classe, sortez-moi de ça su SPVM ça presse !

  • 11 octobre 2012 · 01h00 Sun Tzu

    Il est grandement temps que nous, les contribuables pas d’colonne, mettons nos culottes… Des truies sous éduquées et illettrées comme ca ne devraient pas avoir le droit à un insigne tout d’abord. Ensuite le fait qu’ils envoient 20 patrouille pour 3 hippies pacifique… Les quebecois ont l’air d’oublier que c’Est nous qui payons pour cette mobilisation absurde là… Et la SPVM soutient qu’elle a été démit de ses fonctions mais ne précise pas que ces « vacances » sont sans solde. Si ca se trouve nous allons payer le salaire de cette grosse truie pendant des mois encore.

    • 11 octobre 2012 · 09h26 Jacques Pruneau

      Impossible pour moi d’être plus d’accord avec vous.

    • 12 octobre 2012 · 00h41 Pascal-Marc Savard

      Vous savez Monsieur que dans certains pays où le peuple à un minimum de colonne un tel policier aurait probablement été lynché sur la place publique et que le soir même ou le lendemain une foule survoltée (armée du peuple) aurait envahie les rues de Mtl pour faire la fête à la milice politique qu’est devenu le SPVM. Mais, nous, au Québec, on ne fait pas ça. Pourquoi ? Parce que nous sommes plus civilisé ? Bah, je pense pas. Non, ici on le fait parce que ça ternirait l’image de notre belle province. Comme si nos élus et autres racailles du genre ne ternissait la réputation de nos institutions politiques à tous les jours que le bon nous donnent par leurs agissements. Non, ici on ne lynche pas un agent de la paix transformé en brute épaisse. no-non, ici on écrit des articles, des commentaires des pancartes et on s’indigne!!! Bref, j’ai toujours eu honte du peuple québécois!!

  • 11 octobre 2012 · 01h33 black-sly

    hé bien dans le temps il y avait de gros boeuf maintenant il y de grosse vache

  • 11 octobre 2012 · 01h44 black-sly

    wow dans le temps il y avait des gros boeufs maintenant il y a de grosse vache, j’espère qu’ils vont la retirer de la circulation comme ont fait avec des vielles bagnoles, aux ordures. Juste à l’entendre parler elle vient surrement du fin fond des bois.

  • 11 octobre 2012 · 02h02 Sylvain Viger

    Si la sociopathe 728 est à ce point à l’aise de tenir un langage aussi ordurier sur les citoyens lorsqu’elle s’adresse à ses supérieurs, cela en dit long sur l’opinion qu’ont les policiers envers la population…

  • 11 octobre 2012 · 09h18 alain a

    C’est rare qu’une pomme pourrit seule dans un panier. On a peut-être un problème de lavage de cerveau dans notre société. Quoique, pour avoir un lavage de cerveau, il faut avoir un…

    Tiens, un autre bel exemple des forces de « l’ordre »

    http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/justice-et-faits-divers/201205/10/01-4524008-conflit-etudiant-propos-haineux-de-militaires-sur-les-reseaux-sociaux.php

    • 11 octobre 2012 · 10h25 Olivier Lamoureux-Lafleur

      Vous avez bien raison! Merci pour votre lien concernant un autre cas, très frustrant, de nivellement vers le bas de la part d’un service « d’ordre »!

  • 11 octobre 2012 · 09h25 Robert St-Amour

    Bon, notre chère policière se commet à faire « quelques excès ». Mais qu’en est-il de son coéquipier tellement passif! Sans oublier, tous les autres policiers et policières (une vingtaine de véhicules venus à la rescousse) et ses supérieurs qui auraient du se poser quelques questions.

    Je rappelle, si cela est nécessaire, qu’avant les évènements « poivrés » du printemps dernier, la policière avait laissé « ses traces » dans un hôpital, dixit un quotidien montréalais (La Presse 26 mai 2012) au point d’être condamnée en déontologie policière.

    Jamais deux sans trois !

    • 11 octobre 2012 · 10h27 Olivier Lamoureux-Lafleur

      C’est juste monsieur St-Amour! Merci pour votre commentaire.

  • 11 octobre 2012 · 09h25 Jacques Pruneau

    Et si on mettait une pétition en ligne pour demander une commission d’enquête sur la brutalité policière? Mieux: un organisme indépendant (enfin!) pour contrôler les fous dangereux et les folles encore plus. Je ne sais pas si Marois pourra faire ça, j’en doute. Les gouvernements passent et les flics restent, disait Costa Gavras. (Film Z)
    Chose certaine, elle a besoin d’un psychiatre même si je ne crois pas à sa guérison.

    • 11 octobre 2012 · 10h28 Olivier Lamoureux-Lafleur

      Très bonne idée! J’aime bien votre citation de Costa Gavras, merci.

  • 11 octobre 2012 · 10h33 Marc

    XXXXXXXXXX STÉPHANIE TRUDEAU XXXXXXXX

    Il faut agir contre la violence policière. Ils ont des armes et des méthodes trop violentes voir excessives. Devrions-nous aussi, prendre les armes, juste au cas qu’il y ait pas d’autres matricules 728. Si, elle a reçu une formation de ce type et que même après les multiples événements récents ou elle a été impliqué, elle est toujours en fonction?????? C’est que le système (ses patrons) supporte ce type d’interventions. SI ce n’est pas de la violence policière inutile, de quoi avons-nous besoin? Encore des décès? Sommes-nous en guerre contre les policiers? La policière TRUDEAU doit être traduit en justice, devant un conseil de discipline et perdre son droit de toutes interventions auprès de clients. Ses propos sont sous toutes formes socialement inacceptables. Il faut trouver une solution, une loi contre les policiers de ce type?

  • 11 octobre 2012 · 10h59 Paul Proulx

    La conduite et le langage de la policière sont inadmissibles. On a raison d’en être offusqués. Mais quelle analyse peut nous inspirer cette intervention policière ? On peut crier au lynchage, jouer à la vierge offensée ou à Tartuffe. Quant à moi, j’y vois une image de la société. Il est difficile d’admettre que nous sommes devenus un peuple violent et incapable de canalyser nos pulsions. Heureusement que le club des Canadiens ne gagne plus. En 1993, nous avons montré la barbarie dont nous sommes capables lors de l’obtention de la coupe Stanley. Nos réactions sont des plus primaires. Même la psychologie populaire le recommande. Il faut lâcher prise, réveiller l’enfant en soi, donc afficher son manque de maturité. Tout pousse à se défoncer pour atteindre son objectif afin de connaître son 15 minutes de gloire. Et la gloire peut prendre des voies criminelles. Tuer des membres de sa famille par vengeance. Les cas sont nombreux : Piedmont, St-Edmond, Warwick, St-Romain. C’est la liste réduite des villages où des hommes ont tué les leurs. On évoque la folie passagère pour s’expliquer ces drames tragiques. Nous posons-nous les vraies questions ? L’incident du matricule 728 est-il une preuve de brutalité ? Certes. Ses écarts de langage sont-ils inadmissibles ? Certes. Mais il reflète ce que je vois au quotidien. Vitesse au volant qui est une conduite violente, langage ordurier, réactions armées, agressions sexuelles sont monnaie courante. Nous sommes devenus violents. Le matricule 728 le prouve hors de tout doute. Lyncher quelqu’une permet de se donner bonne conscience. La loi du talion ne règle rien. Il faut un questionnement social qui dépasse largement la conduite intolérable de la policière pour ne pas régresser en comportements sociaux. L’éthique n’est pas réservé aux seuls personnages publics. Mais eux avant tous doivent donner l’exemple.

    • 11 octobre 2012 · 11h20 alain a

      Vous avez bien raison M. Proulx, la violence verbale témoigne de la violence que nous portons en nous. Allez sur les blogues du Journal de Montréal ou sur les tribunes RadioX et vous constaterez l’ampleur de cette violence, et la fourberie de ces entreprises qui l’exploitent sans vergogne.
      Par contre, une sanction envers cette policière n’est pas la loi du talion. Une sanction envoie un message clair qu’une telle violence, qu’une telle attitude démontre un trouble mental grave qu’il faut prendre en charge avant qu’elle en arriver aux actes.
      Vous savez, des propos haineux envers les étudiants, j’en ai entendu dans des lieux où l’on s’attend à une certaine bienséance.

  • 11 octobre 2012 · 11h59 Jean-Pierre Gascon

    T(erminator)-728: Tête fêlée du SPVM portant un « gun » en permanence chargé de préjugés braqués sur des citoyens innocents. Le SPVM attend qu’elle commette l’irréparable avant de sévir; et le temps d’une enquête menée par ses compagnons collègues lui trafiquera un beau rapport concluant à la « légitime » défense pour cause d’insurrection appréhendée d’un groupe potentiellement carré rouge donc terrorisant – redonc – menaçant la paix et la sécurité nationale…

  • 11 octobre 2012 · 12h27 Marie-C.

    Le comportement de la matricule 728 me donne la nausée. Imaginez toutes les interventions qui ne sont pas filmées. Elle doit se faire plaisir ! Fuck l’éthique.
    C’est à croire qu’elle a mangé du « Beu enragé ».
    Il faut souhaiter qu’une enquête sérieuse soit faite sur les agissements de cette policière et qu’elle soit c-o-n-g-é-d-i-é-e. Rien de moins.

    • 11 octobre 2012 · 13h32 alain a

      Marie-C.

      Je pense qu’un retour aux études ferait du bien au matricule 728….. À l’école de musique, tiens ! En guitare classique ça lui conviendrait tout à fait. Sinon, je ne vois pas comment réintégrer un tel numéro dans la société. À moins de lui trouver un job à la radio poubelle.

  • 11 octobre 2012 · 13h35 le calinours bienveillant

    comment peut-on, par inadvertance, déclancher l’enregistreur audio d’un téléphone?d’habitude faut aller loin dans les menus pour partir ça…

    c’est louche.

    • 11 octobre 2012 · 14h19 alain a

      T’as raison Calinours. Surtout que les menus de Dunkin Donuts étaient adaptés pour les policiers. Ils n’ont certainement pas développé de compétences dans ce sens.

  • 11 octobre 2012 · 13h56 Les vrai polices

    La grosse imbécile inculte de bas niveau, ce serait bien de faire un reportage sur elle, la remettre dans son habitat naturel, à la lutte dans la bouette! Elle fait honte à toute la SPVM, il faudrait qu’ils en fasse un cas exemplaire s’il espèrent un jour rétablir de bonne relations avec le public, après le fiasco des manifestations étudiantes, il y a beaucoup de travail à faire!

    • 19 mars 2013 · 18h10 mali ferrer

      Faut pas s’en faire avec la réhabilitation de la réputation policière, Podz s’en charge! Il m’est arrivé d’entendre: «ils ne sont pas si mauvais que ça, ils font un travail difficile, on le sens dans 19-2.» Et ce, plusieurs fois.

      Comme dans tout, il ne faut pas tomber dans cette analyse dichotomique de la situation. Par contre, je serais curieuse de vérifier les méthodes de la sélection académique? Ou si ce sont des programmes ouverts aux brutes? J’imagine, tout comme dans les «forces»,, la santé mentale oscillante, les tendances barbares et les pulsions violentes peuvent servir la cause sans trop réfléchir. S’arrêter sur la pertinence et la la légitimité des actes de domination gratuits en une société dite libre. La liberté de quoi? Avoir mal ou de le faire? Des deux côtés, on l’encourage. Du premier en se taisant, du second en le banalisant. Ça rappelle un procès, à Jérusalem…

  • 11 octobre 2012 · 15h05 Yoann Desrosiers

    Depuis quand on peut s’en prendre à la police?

    Techniquement si la personne avait obtempérer et que les autres idiots c’était mêler de leur affaire, rien de tout ça ce serait produit.

    Mmm… Ok. La policière a un langage plutôt coloré, mais à la basse, il ne faut pas oublier qu’il y a eu infraction. On n’a pas le droit de consommer sur la rue, et si la police demande une identification on la donne c’est tout. C’est drôle comment on ne respecte plus rien au Québec et surtout de voir le comportement des mêmes colons quand y sortent du pays/province (j’avoue ça n’arrive pas souvent)… ça fil pas mal plus doux et respectueux ;p

    • 11 octobre 2012 · 18h56 Marie-C.

      C’est de l’abus de pouvoir de la part de cette policière. Vous n’avez rien compris monsieur Desrosiers. Dommage !

    • 11 octobre 2012 · 22h29 Chriz

      Faut vraiment être ignorant pour dire un tel commentaire. S’il demande à vous fouiller, vous vous pencherez en avant gracieusement je présume…

      Lisez les articles 72 à 74 du code pénal:

      On a le droit de demander en quoi consiste l’infraction avant de décliner notre identité.

      72. L’agent de la paix qui a des motifs raisonnables de croire qu’une personne a commis une infraction peut exiger qu’elle lui déclare ses nom et adresse, s’il ne les connaît pas, afin que soit dressé un constat d’infraction.

      L’agent qui a des motifs raisonnables de croire que cette personne ne lui a pas déclaré ses véritables nom et adresse peut, en outre, exiger qu’elle lui fournisse des renseignements permettant d’en confirmer l’exactitude.

      1987, c. 96, a. 72.

      73. Une personne peut refuser de déclarer ses nom et adresse ou de fournir des renseignements permettant d’en confirmer l’exactitude tant qu’elle n’est pas informée de l’infraction alléguée contre elle.

      1987, c. 96, a. 73.

      74. L’agent de la paix peut arrêter sans mandat la personne informée de l’infraction alléguée contre elle qui, lorsqu’il l’exige, ne lui déclare pas ou refuse de lui déclarer ses nom et adresse ou qui ne lui fournit pas les renseignements permettant d’en confirmer l’exactitude.

      La personne ainsi arrêtée doit être mise en liberté par celui qui la détient dès qu’elle a déclaré ses nom et adresse ou dès qu’il y a confirmation de leur exactitude.

      1987, c. 96, a. 74.

    • 11 octobre 2012 · 22h59 Alice McLaren

      Au Québec, nous ne sommes pas tenus d’avoir une identification sur nous. Qui plus est, la plupart des policiers s’en tiennent à un avertissement courtois et respectueux s’il y a interpellation. Allez regarder la vidéo qui circule partout à propos de cette altercation et vous verrez qu’elle et son coéquipier ont enfreint toutes les règles de base afin d’éviter une escalade de la violence. Ce n’est ici pas la faute des personnes interpellées. Cette policière est dangereuse et j’espère que le corps policier de la ville de Montréal l’aidera à se trouver quelqu’un pour l’aider. Cette dame n’a clairement pas toute sa raison. Et ne me dites pas qu’une tape sur les doigts et un poste de bureau suffirait. Elle aurait les mêmes préjugés et serait tout aussi biaisée que maintenant, surtout qu’elle n’en est pas à ses premières réprimandes. Il lui faut de l’aide immédiate et c’est ce que je lui souhaite.

    • 12 octobre 2012 · 19h06 Yoann Desrosiers

      Écoute le thon, tu site toi même l’article (vraiment débile) -> 72. L’agent de la paix qui a des motifs raisonnables de croire qu’une personne a commis une infraction peut exiger qu’elle lui déclare ses nom et adresse, s’il ne les connaît pas, afin que soit dressé un constat d’infraction.

      Tu n’a pas le droit de boire une bière sur le trottoir! infraction = ticket

    • 14 octobre 2012 · 17h04 Chriz

      Hey merde… Plus imbécile que ça, tu meurs… Rends-toi jusqu’à l’article 73 mon grand… au moins… stp… Je t’en prie, montre qu’il existe une faible flamme d’intelligence dans ta canisse qui te sert de cerveau.

      Elle a le droit de te demander de décliner ton identité: article 72
      Tu as le droit de lui demander en quoi consiste ton infraction avant: article 73

      On sait tous que consommer de l’alcool sur la place publique est interdit, à moins d’avis contraire. Mais même si tu connais ton infraction, elle doit s’en tenir à ce code. « Comprende »?

  • 11 octobre 2012 · 18h17 Rebecca

    Des examens psychologiques approfondis pour les futurs policiers seraient peut-être nécessaires!!!?
    Je ne sais pas pour qui elle se prend? Cette xénophobe frustrée (elle ne sait sûrement pas ce que ça veut dire!) n’a aucun respect et mérite un renvoi IMMÉDIAT…il me semble que les preuves de son manque de compétence sont déjà suffisantes! Elle n’a AUCUN contrôle d’elle-même, on dirait une grosse chienne enragée….Vas te faire soigner pauvre imbécile!!!Tu me fais pitié!

  • 11 octobre 2012 · 18h37 Michel

    Stéphanie Trudeau devrait être suspendue sans solde le temps de l’enquête et bien sur désarmée. Pourquoi ne pas l’appeler par son nom plutôt que sont matricule 728. Il y a tout de même un humain (ou même une ordure!) derrière le matricule.

    Les reportages des médias ont été très choquants et même dégueulasses. À Montréal, je crois que les policiers sont généralement grandement respectés par la population et un événement de la sorte qui nous montre une fonctionnaire de police hors d’elle-même avec une pareille attitude ne fait que ternir l’image d’une grande Organisation. Les « rats », les « ostis de carrés rouges », les drogués d’artistes, fucking indian ou je ne sais quoi d’autre nous démontre seulement qu’elle n’a aucune place dans la fonction publique et encore moins dans la représentation de force de l’ordre.

    Le métier de policier demande certaines aptitudes et capacités à gérer les rapports humains et le stress qui en découlent dans le feu de l’action lors d’interventions. Il faut que le SPVM prenne tous les moyens nécessaires pour amputer certains membres gangréneux de leur Corps comme cette Stéphanie Trudeau, matricule 728.

    Les Montréalais apprécient le travail des agents / patrouilleurs du SPVM mais nous avons aussi des attentes et nous ne laisserons ni ne tolérerons aucun débordement ou agissement qui se rapproche plus d’un comportement de psychopathe plutôt que de celui d’un agent de la paix respectable et respecté. Je m’attends que la haute direction du SPVM fasse preuve d’exemplarité afin de maintenir le statut et la bonne réputation du corps policier et qu’il prenne toutes les mesures nécessaires pour préserver la qualité des rapports entre force de l’ordre et citoyens montréalais.

  • 12 octobre 2012 · 01h33 Mario

    Et si M. Rudy Occhietti avait été un ceinture noire en karaté ou en judo et qu’il s’était défendu contre la policière et l’aurait immobilisée…. que serait-il arrivé ?

  • 12 octobre 2012 · 05h58 denyse henri

    J’ecoutais Claude Poirier ce matin a 98.5 fm,il disait avoir tres bien connu le pere de Stephanie Trudeau,il etait policier a la stcum et qu’il etait un vrai gentleman lol !!! Faut croire que les enfants ne suivent pas toujours la trace des parents Ohhhhhh !!!!

  • 12 octobre 2012 · 11h55 simon poirier

    bahhhh sorter la de la spvm…nous a la ville de quebec on aime ca des police comme ca…. y vont y faire signer un contrat pis a va etre libre de venir foutre la merde icitte!!

  • 12 octobre 2012 · 12h01 Alain Fortaich

    Ces sirènes encore qui timbrent;

    dans les rues quelque part

    l’Immatriculée 728,

    au service de la paix,

    patrouille

    pour mieux asservir l’art

    et menotter les guitares.

  • 12 octobre 2012 · 22h16 Yves

    Cette matricule 728 ne donnera jamais de chances comme disait Claude Poirier que son père avait été un bon policier,mais cette grassettes matricule 728 n’est vraiment pas du même genre que son père et surtout que son conjoint est aussi Policier.
    Expulsion automatique de cette policière 728 sans passer devant la Déntologie car elle a nuit à la Confrèrerie Policière de Montréal et surtout filmée et avec un language vulgaire et des gestes dangereux (4 jours qu’on en parle ASSEZ).
    Dehors et sans lettre de recommandation et sans la payer,elle doit s’excuser aussi.

  • 13 octobre 2012 · 18h15 black-sly

    Je ne crois pas que se soit T-728 qui est accionner le téléphone je pense plutôt que se soit son collègue de travail qui l’est accionner pour la dénoncer indirectement si ses le cas alors bravo à cette personne.
    Ont ses tous que dans la police c’est l’omerta qui reigne quand il s’agit de dénoncer un collègue qui n’agit pas correctement.

  • 15 février 2013 · 22h33 Jenny

    Et que die des mensonges des policiers ?
    Je viens de recevoir une sois disant « preuve » – un rapport de policier – qui voulait absolument que je sois accusée du délit de fuite. Il n’a pas inclus dans son rapport aucune de mes réponses à ses questions, mais a essayé de prouver par tous les moyens que je suis entrée dans une épicerie pour me cacher. Alors que je l’avisé dès le départ que j’allais en épicerie pour acheter du lait et de l’eau de source..Aucune mention de ma collaboration dans son rapport. Une mensonge que j’avais dit que je n’ai pas eu d’accident. Et dire que j’ai les avais dit que j’ai du respect enorme pour des policiers, parce qu’ils font face à des choses horribles pendant leur travail ! Eh bien, mon opinion extraordinaire des policiers et changé maintenant.

  • 20 février 2013 · 11h23 Jung Gehr

    La conjointe de l’agent 728 craint pour la sécurité de sa blonde

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

À propos RSS

  • Olivier Lamoureux-Lafleur
    Parce que certains médias proposent une analyse parfois désuète de l’actualité sociale, quoi de mieux que de remettre les pendules à l’heure. Comment ? En proposant une critique des faits socioculturels qui sculptent notre Zeitgeist de jour en jour. Façonnons à notre tour l’esprit du temps en saisissant au passage les outils nécessaires.

S’abonner au blogue

Catégories