Le SPVM et l’art.

6 avril 2013 17h17 · Olivier Lamoureux-Lafleur

Cette semaine, Jennifer Pawluck fut arrêtée à son domicile pour avoir diffusé sur les médias sociaux une image représentant le commandant Ian Lafrenière avec un petit trou dans le front. À son domicile, les policiers auraient trouvé une douzaine de AK-47, une poche de grenades et trois ou quatre lance-roquettes. De plus, semblerait-il que la jeune guérillero avait des plans secrets très bien élaborés visant à faire sauter quelque chose quelque part. Trêve de plaisanteries. La jeune dame est formellement accusée pour harcèlement criminel. Monsieur Lafrenière aurait craint pour sa vie. L’original de cette affiche, qui n’est plus de ce monde, aurait été photographié dans un autre quartier « d’ostis de gratteux de guitare ». Preuve que l’extrême gauche est partout dans cette ville de fou. Ça, les gars de Radio-X l’ont compris bien avant nous autres.

 

Revenons-en aux faits. En frais de représentation, on ne peut se tromper : l’image représente bel et bien Ian Lafrenière avec un trou dans le front, ou un point noir d’où semble couler de l’encre noire. De plus, son nom est inscrit. D’un premier degré, c’est de l’art. D’un second degré, l’image est dérangeante. Fallait-il pour autant prendre en filature Jennifer Pawluck pour avoir diffusé cette image plutôt que le créateur de l’image ? Est-ce que les citoyens qui ont diffusé massivement les images où l’on voit les tours jumelles s’effondrer ont été accusés de terrorisme? Et pourtant, ils auraient dû être envoyés à Guantanamo. Il y a beaucoup de lacunes aux USA. Et si Jennifer Pawluck avait propagé la photo sur son facebook en inscrivant quelque chose comme ; mes ami(e)s, cette image est moralement inacceptable. Aurait-elle été arrêtée ? Qui plus est, Jennifer n’aurait pas inscrit de menace de mort à l’égard de Ian Lafrenière sur son facebook. Pourquoi bon Dieu a-t-il eu si peur ?

 

En ce qui me concerne, je ne publierai pas l’image en question, car je sais très bien ce qui arrivera bientôt aux médias et aux citoyens qui ont osé partager l’image. LaPresse, Radio-Canada, le Journal de Mourial, et j’en passe, seront tous accusés pour harcèlement criminel. Et encore, des médias de cette ampleur qui propagent une telle image à des milliers, voire des millions de personnes. Avez-vous pensé à leur châtiment ? C’est du harcèlement criminel de masse.

 

Bref, ce n’est pas très sain de constater que le SPVM se mêle maintenant de la question artistique, de la représentation fictionnelle d’une œuvre d’art et de la légitimité d’une oeuvre. Est-ce que le SPVM organisera des colloques pour comprendre le rôle de l’artiste au sein de la société ? Peut-être devrait-il se lier d’amitié avec le monarque Harper pour mieux contrôler le domaine de l’art. Comme l’a écrit Orwell dans son œuvre 1984 : « La guerre, c’est la paix, la liberté, c’est l’esclavage, l’ignorance, c’est la force ».

 

Bonne journée.

 

Partagez cette page

Classé dans :  Arts visuels, Création, Humeur, Société

L'opinion émise dans ce billet n'engage que son auteur et ne représente pas nécessairement celle du journal Voir.

À lire aussi

+ Ajouter le vôtre Commentaires 11

  • 6 avril 2013 · 17h57 Madame Sky

    Ouf, à force de réglementations, d’interdictions, de manipulations, la police va nous interdire de manifester. Oups déjà fait, bon il ne reste que l’art pour s’exprimer et ben non.
    ON A PLUS LE DROIT D’ÉMETTRE DES OPINIONS
    Alors, il nous reste qu’Orwell et sa vision. Joie!

    Bon texte Monsieur Olivier Lamoureux-Lafleur

    • 7 avril 2013 · 09h35 Bruno Perreault

      Bon bon bon, une petite remise en contexte.

      La dame a publiée une balle de gun.
      La dame a publiée « une balle un flic ».
      La dame a publié un agent du spvm avec une balle dans la tête.

      Pour ce qui est de votre fameuse « interdiction de manifester », du point de vue de l’extrême majorité, ça fait plus d’un ans que vous manifester.

      Si vous n’avez pas encore trouvé une alternative, une deuxième étape, un mouvement politique, un manifeste ou toutes autres actions structurantes, ben la c’est triste, c’est votre problème.

      Un peu comme aux états-unis. Le tea party et les occupy sont deux groupes insatisfaits. L’un s’implique politiquement et influence un tant soit peu les politiques, et l’autre tape encore sur des djembes dans des parcs.

      Manifester n’est pas une finalité. On attend encore la prochaine étape. Le programme, les idées, quelques chose quoi.

      Vous insultez le pq sans cesse. Pensez pas qu’ils vont se mettre de votre bord. Et vous êtes bloqués politiquement. Renverser le pq et c’est le plq ou la caq qui embarque.

      Et vous avez un immense problème de relation publique. plus vous manifestez, plus les gens vous haïssent.

  • 7 avril 2013 · 11h56 Olivier Lamoureux-Lafleur

    Monsieur Perreault,
    Il faut connaître moindrement l’histoire des mouvements sociaux pour comprendre qu’un changement social ne s’opère pas en deux ou trois mois. Votre: «ça fait plus d’un ans que vous manifester» n’est donc pas un argument fiable. Secondo, si certains gens n’aiment pas voir des citoyens s’impliquer pour leur société, c’est une belle preuve que nous sommes plongés dans le confort et l’indifférence au Québec. Le lien social ça vous dit quelque chose?
    Au plaisir,

    • 7 avril 2013 · 12h35 Bruno Perreault

      Mon argument est très « fiable », parce que si vous n’avez pas su structurer vos idées en plus de 1 ans, c’est clair que le changement ne sera pas orchestré par les manifestants actuels.

      Secondo, je ne suis plus capable de ce mépris que vous affichez par exemple avec cette affirmation: »si certains gens n’aiment pas voir des citoyens s’impliquer pour leur société, c’est une belle preuve que nous sommes plongés dans le confort et l’indifférence au Québec… »

      Les gens paient le 84% de vos études, vos soins de santé, la garderie de vos kids, les programmes sociaux, en plus les gens donnent périodiquement de leurs propre gré à des organisations comme moisson mtl, centraide, la guignolé, croix rouge, aide internationale lors de tragédies etc etc etc….

      Mais bien sur, pour une certaine portion(minime) de la société, ce n’est plus « s’impliquer »………

      Dites nous à partir de quel montant vous aller être heureux, que l’on sache tout de suite à quoi s’en tenir.

  • 7 avril 2013 · 12h43 Bruno Perreault

    La classe moyenne est l’élément central et crucial de la société.

    En ce moment, la classe moyenne est attaquée par les extrême-dretteux et les extrême-gauchiste. Les deux veulent un renversement de la société tel qu’on la connait.

    Les deux en veulent toujours plus, et c’est tout le temps la classe moyenne qui représente le puits sans fond.

    Ville de Québec et plateau Mont-royal, même combat: L’hystérie et négation de la nature humaine.

    Improductif.

    • 10 avril 2013 · 19h41 Etienne Lavigne

      M. Perreault,

      1) Je me demande de quelle nature humaine vous souhaitez parler. Personnellement, je trouve assez difficile de définir ce que c’est.

      2) Je me demande aussi de quelle classe moyenne vous souhaitez parler. De qui est-elle formée?

      Merci de m’éclairer.

  • 11 avril 2013 · 17h27 Normand Murray

    J’avoue que ce dessin est troublant pour quinconce vois son visage avec un trou de balle dans le front éprouverais un sentiment de crainte et frayeur.Voilà la chose une citoyenne a diffusé cette image sur le net pas pour fin de propagande mais pour un cercle d’amis restreints mais le net c’est comme une tache d’huile s’a la propriété a s’étendre sans contrôle,arrestation de la citoyenne pour motif x le code pénal en est plein de motif divers mais oui mais dans l’ère ou nous vivons avec la technologie dont nous disposons des scènes d’horreur tel décapitation,meurtre,viol et autres bêtises humaines sont disponible en temps réel et ces atrocité sont immensément plus violent que cette image que je ne cautionne pas du tout mais arrêté une citoyenne pour simple diffusion sans méchanceté est absurde et en terminant l’auteur du dit dessin lui vaut la peine qu’on s’y attarde sérieusement voilà!!!

    • 12 avril 2013 · 09h48 Etienne Lavigne

      C’est sûr qu’un simple citoyen qui tombe sur sa propre photo avec une balle dans le front, ça fait peur. Sans l’ombre d’un doute. Mais là, on parle du policier qui se fait le porte-parole de la police de Montréal. Dans la tête de certains, il peut être tenu responsable de la mise à place d’un système répressif (même si les députés et la population en général en sont tout aussi responsables à mon avis). Mais, entre la haine que l’on peut avoir envers lui (et la police en général soit dit en passant) et le désir de le voir mort, il y a toutefois une marge.

  • 13 avril 2013 · 11h17 ClaudeCC

    Le gauchiste moyen croit fermement que si le citoyen veut manifester en représentant un policier mort, en lui lancant des boules de billard, l’insultant, renversant sa voiture, l’agressant c’est bien son droit. Le gauchiste moyen nie le droit du policier à sa sécurité et son intégrité. Le gauchiste moyen se dit que si le flic a voulu être flic il l’a bien cherché. Le gauchiste moyen ne croit pas que le citoyen a une responsablité face à son comportement ni que le flic moyen a un droit quelconque sinon celui de se fermer la trappe. Le gauchiste moyen perd de plus en plus de crédibilité.

    • 13 avril 2013 · 11h37 Olivier Lamoureux-Lafleur

      Attention au terme «gauchiste moyen», cela est quelque peu démagogique!
      Au plaisir,

    • 13 avril 2013 · 11h48 Etienne Lavigne

      C’est qui, le gauchiste moyen?

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

À propos RSS

  • Olivier Lamoureux-Lafleur
    Parce que certains médias proposent une analyse parfois désuète de l’actualité sociale, quoi de mieux que de remettre les pendules à l’heure. Comment ? En proposant une critique des faits socioculturels qui sculptent notre Zeitgeist de jour en jour. Façonnons à notre tour l’esprit du temps en saisissant au passage les outils nécessaires.

S’abonner au blogue

Catégories