Gaspé : le pétrole de la discorde

16 août 2013 15h03 · Philippe Gauthier

Rien n’est encore réglé dans le conflit qui oppose les citoyens – et le maire – de Gaspé à Pétrolia. En décembre 2012, la municipalité croyait bien avoir réussi à bloquer le projet controversé d’exploitation pétrolière sous les résidences du secteur Sandy Hill grâce à un règlement sur la protection des sources d’eau potable. Mais en juin dernier, le gouvernement Marois a adopté un nouveau règlement sur le sujet, beaucoup moins sévère que celui de Gaspé.

Ce règlement aura-t-il préséance sur les mesures adoptées par Gaspé? En attendant que les tribunaux tranchent, les militants environnementaux retiennent leur souffle et Pétrolia précise ses plans, qui s’annoncent très différents de ce qui a d’abord été présenté aux résidents. J’ai profité de mes vacances en Gaspésie pour faire le point sur le dossier avec Lise Chartrand, présidente de l’organisme Ensemble pour l’avenir durable du Grand Gaspé.

Petit gisement, gros projet
Tout d’abord, précisons que malgré les rumeurs et les annonces, Pétrolia n’a pas connu beaucoup de succès avec son exploration pétrolière en Gaspésie. Les gisements trouvés du côté de Murdochville ne contiennent que du gaz naturel, intransportable en raison de la distance. Le réservoir Haldimand, que Pétrolia souhaite exploiter, ne contient en tout que 8 millions de barils de pétrole, ce qui couvrirait les besoins des raffineries québécoises pendant… 22 jours. C’est si peu que Junex, associée au projet à l’origine, a préféré s’en dissocier.

Par ailleurs, le projet d’exploitation prend de l’ampleur. Alors qu’il était d’abord question d’un seul puits, exploité de manière conventionnelle, les opposants ont réussi à apprendre qu’il y aura en fait 16 puits, répartis sur 9 km carrés. Plus étonnant encore, il apparaît maintenant que Pétrolia souhaite y faire de la fracturation hydraulique. Pour cette raison et aussi parce que les forages traverseront une couche de schiste, ce projet devrait normalement être bloqué par le moratoire sur ce type d’exploitation. On s’explique mal pourquoi Québec ferme les yeux sur le projet Haldimand.

De sérieux impacts environnementaux
Au départ, les principales craintes des opposants concernaient la contamination de l’eau potable par des fuites de pétrole. Les résidences les plus proches (aussi peu que 100 mètres du puits d’exploration) sont alimentées par l’aqueduc municipal, mais de nombreuses maisons des environs dépendent de puits artésiens. Or, une analyse de 2012 confirme que l’eau de ruissellement est déjà contaminée par des produits pétroliers. On ignore si cette contamination provient de l’exploration de Pétrolia ou de celle effectuée dans les années 1970, mais cela augure mal pour l’exploitation à grande échelle.

Par ailleurs, le but de la fracturation hydraulique consiste à élargir certaines failles naturelles dans la pierre. On craint que certaines de ces failles ne se prolongent sous la baie de Gaspé toute proche et que de l’eau salée remonte par capillarité dans tout le système hydrologique de Sandy Hill. Par ailleurs, la fracturation exige énormément d’eau. Pétrolia compte la puiser sur place, ce qui pourrait bien assécher la nappe phréatique locale, dont la capacité, sans doute modeste compte tenu de la topographie, n’a jamais été évaluée.

Par ailleurs, on s’inquiète aussi pour la qualité de l’air. Seize puits, cela signifie également seize torchères, qui brûleront nuit et jour le gaz naturel brut mélangé au pétrole. Il n’existe aucune étude d’impact sur la qualité de l’air qui en résultera, mais la baie de Gaspé est encaissée entre deux rangées de montagnes et la possibilité de smog inquiète. Par ailleurs, les chemins forestiers ouverts dans la montagne pour desservir les futurs puits créent déjà des problématiques de transport lourd, de passage de motoneiges, de chasse et de vol de bois.

Le spectre de Forillon
Tout le projet crée beaucoup de tension à Gaspé. On évoque souvent les expropriations bâclées de 1970, lors de la création du parc national de Forillon, une plaie qui est encore vive de nos jours. Une petite partie de la population appuie le projet au nom du développement économique, mais en fait, la croissance est déjà forte et Gaspé peine depuis des années à loger tous ses nouveaux citoyens.

La disproportion des moyens entre Pétrolia et les opposants donne l’impression que les dés sont pipés. « Ils impriment des affiches publicitaires et donnent de l’argent à tout le monde, s’insurge madame Chartrand. En décembre dernier, lors d’une journée d’information, leur kiosque était protégé par six gardes de sécurité – ils n’ont même pas eu six visiteurs – et ils ont voulu faire fermer le nôtre. Ils vivent dans une époque révolue, où l’on pouvait traiter les écolos comme de simples nuisances. »

L’attitude du gouvernement – règlements taillés sur mesure, non-application de certains règlements, normes laxistes – laisse croire aux opposants que le gouvernement Marois tient mordicus au projet et que certaines concessions, comme la promesse d’une étude hydrogéologique, ne servent qu’à faire avaler la pilule, sans réellement protéger l’avenir. Le climat social de Gaspé, déjà tendu, pourrait devenir explosif.

« Toute notre économie est basée sur la qualité de vie, souligne Lise Chartrand. On a beaucoup plus à perdre qu’à gagner avec Pétrolia. Il y a des gens qui viennent me voir en pleurant, en disant que s’ils avaient su, ils ne seraient jamais venus s’installer dans la région. Moi-même, je me demande si je dois rénover ma maison ou la vendre tant que c’est possible. J’ai habité en Abitibi et j’ai vu ça, des rivières orange. Je sais qu’une fois une entreprise minière est établie, elle fait ce qu’elle veut. »

Partagez cette page

Classé dans :  Environnement, Société

L'opinion émise dans ce billet n'engage que son auteur et ne représente pas nécessairement celle du journal Voir.

À lire aussi

+ Ajouter le vôtre Commentaires 3

  • 18 août 2013 · 03h07 Melanie Gauthier

    Je viens de visionner, il y a une semaine, Gasland 2 et puis ce soir, le documentaire Shattered Ground, sur Nature of Things de David Szuzuki. Tout ce que vous devriez savoir sur le « fracking » du gaz de schiste et les problèmes majeurs que ça cause. Il y a plus d’un demi million de puits aux USA et tous les problèmes qui viennent avec. Au Québec, il n’est pas encore trop tard. IL FAUT ABSOLUMENT S’OPPOSER À CETTE INDUSTRIE QUI DÉTRUIT ET REND MALADE.

    http://www.cbc.ca/natureofthings/episode/shattered-ground.html

    • 19 août 2013 · 09h08 Philippe Gauthier

      Le plus lamentable, c’est que globalement, l’industrie du gaz de schiste a plutôt perdu de l’argent depuis le début, parce que ses frais sont très élevés. Elle a donc payé très peu de redevances ou d’impôts à l’État, contrairement à ce que laissaient miroiter ses promoteurs. Et pour les collectivités locales, le bilan est probablement négatif, en raison de tous les coûts indirects, comme les routes défoncées par tout le transport par camion, les sources d’eau potable épuisées/contaminées, etc. C’est une proposition globalement perdante.

  • 19 août 2013 · 16h06 Marc Brullemans

    Madame Chartrand évoque les problèmes présents et à venir. On peut être peiné, touché mais que ferions-nous si nous étions là-bas sur place?… Nous serions probablement inquiets et chercherions à y voir plus clair…

    Le plus drôle dans l’affaire, c’est que la majeure partie de notre oecoumène, la vallée du St-Laurent est sous permis gazier et pétrolier et nous pourrions nous-mêmes recevoir, demain matin, la visite d’un représentant de ces entreprises. Que ferions-nous en un tel cas?…

    Il faut déjà joindre les rangs des groupes citoyens qui s’opposent à l’industrie de la fracturation: http://www.regroupementgazdeschiste.com

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

À propos RSS

  • Philippe Gauthier
    Un blogue qui s'intéresse aux enjeux énergétiques, à l'environnement et à l'avenir incertain d'une société prise entre deux feux.

S’abonner au blogue

Catégories

Archives