Jean dit quoi?

15 mai 2012 23h04 · Pierre-Yves McSween

Salut Jean,

 Je t’appelle par ton petit nom et te tutoie, parce que dans le fond, je ne sais plus trop comment t’expliquer simplement les choses. Je me suis dit que si je te parlais comme si tu avais été élevé dans ma rue à Valleyfield, ce serait plus simple. Pas toujours facile d’être premier ministre, hein? Dire que tu gagnes moins que certains professeurs d’université du Québec, ironique n’est-ce pas? Je sais que tu vois souvent ton emploi comme une partie d’échec où tous les coups sont permis pour mettre l’adversaire échec et mat. Mais vois-tu mon Jean, peu importe que tu crois avoir raison ou tort, ce n’est pas l’enjeu qui devrait te préoccuper.

Sommes-nous en train d’assister à un dérangement de la paix sociale pour quelques centaines de dollars une fois les avantages fiscaux comptés? Je sais, ça peut paraître surréaliste, mais c’est ce que nous vivons. Ta stratégie de confrontation n’a pas fonctionné, malheureusement pour toi. Mais tu sais, c’était presque prévisible. Dire que personne n’a bronché quand tu as augmenté la TVQ de 1 %. Je sais, je sais, l’impact collectif était bien plus élevé que la hausse des frais de scolarité, mais que veux-tu, on n’est pas très bon avec les chiffres au Québec. D’ailleurs Jean, as-tu déjà eu un cours de finance dans ta formation d’avocat? J’aimerais être dans ta tête parfois lorsque tu te dis : « Aie,  je ne comprends rien quand le ministre des Finances parle, mais ça doit être bon, il a des bas neufs. »

Tu vois mon Jean, dans les principes de base de la gestion du conflit, il y a cinq stratégies : la compétition, la collaboration, le compromis, l’évitement et la conciliation.  Tu as choisi la compétition ou l’évitement (pas très clair en fait, ça dépend des jours), probablement la pire stratégie à adopter. Pourquoi? Parce que les deux stratégies supposent que la relation avec la partie adverse n’est pas importante. Mais voilà, les étudiants dans la rue, eh bien, ce sont les travailleurs de demain (mais aussi tes futurs électeurs… finalement, plus maintenant). Ici, je ne tente pas de dire que leurs revendications sont justifiées ou non. Je tente simplement de démontrer que tu ne peux pas les ignorer de la même façon que tu le ferais avec un député d’arrière-ban dont tu dois demander le nom à ton attaché de presse.

La situation s’est tellement envenimée, tu ne peux plus te permettre d’envoyer tes sinistres à l’abattoir (même s’ils sont beaux, dans le champ ou les deux à la fois). À partir de maintenant, tu dois être à la table des négociations. Allez, appelle Steve Flanagan, achète-toi deux ou trois cols roulés (avec le signe d’Hydro-Québec de préférence) et commence à faire de la gestion de crise. As-tu pensé à faire appel à Batman, Albator ou au Grand Schtroumpf? Quoique le Grand Schtroumpf, il semble avoir un parti pris.

Tu pourrais peut-être demander au gars d’Hérouxville de déclarer l’état d’urgence, question de faire diversion. As-tu pensé à offrir un iPad à tous les étudiants qui retourneraient en classe avant le mois de juin? Je sais, tu ne veux pas acheter les étudiants, mais tu sais, tout le monde a son prix. Tu pourrais bâtir un amphithéâtre de 400 millions de dollars à Fermont, ça créerait peut-être une seconde commotion au PQ et en plus, ça ferait des investissements dans ton « Plan Nord ». En passant, les producteurs du Bye-Bye te demanderaient d’arrêter de leur fournir du matériel, l’émission de 2012 fait déjà 36 heures juste pour le premier trimestre de l’année.

J’avoue que ça doit te faire plaisir de voir, chaque nuit, la jeunesse du Québec marcher. Oui, marcher sans relâche en arborant les couleurs du PLQ tout en faisant la promotion du programme « Participaction ».

Il y a tellement de vert, blanc et rouge à Montréal que la communauté italienne a décidé de rester neutre en affichant les trois couleurs dans le coin du Marché Jean-Talon. Après ça, on viendra dire que les immigrants ne s’intéressent pas aux enjeux de la société québécoise !

Au fait Jean, une session d’université ou de cégep, ça dure de 12 à 15 semaines. La grève dépasse les 14 semaines dans certains établissements et on parle encore de « sauver la session ». Sur quelle planète tu vis mon Jean, il est trop tard pour ça. Ce n’est plus une session qu’on doit sauver, il faut maintenant remettre les diplômes ! En fait, peu importe le scénario retenu, une session d’apprentissage doit s’échelonner sur une longue période. Tu vois Jean, un cerveau, c’est comme une tasse de thé qui infuse. L’apprentissage demande du temps et un climat de calme. Condenser la session en quelques semaines, c’est ignorer les bases mêmes du processus d’apprentissage.

Je sais que c’est difficile pour toi de nous comprendre nous les « Y ». Nous n’avons jamais mis du charbon dans la fournaise ou marché 34 miles pour se rendre à l’école le matin. Qu’est-ce que tu veux, le gouvernement abuse de nous ! Prêts et bourses, régime enregistré d’épargnes-études, crédits d’impôts, avantages fiscaux liés aux intérêts de la dette, programme d’accès aux études, régime d’encouragement à l’éducation permanente, campus régionaux, etc. Comment veux-tu qu’on s’en sorte dans une société aussi de droite et peu altruiste ?

Mais, je sais que tu te dis « il est trop tard pour reculer, sinon je vais perdre la face. » Sur le fond, tu as peut-être raison, mais tout est dans l’attitude. Un bon premier ministre devrait non seulement s’asseoir directement avec les leaders étudiants pour discuter, mais aussi se faire rassurant. Toutefois, on dirait que tu préfères jouer à « j’en ai une plus longue que la tienne » ou à « qui sera la poule mouillée. »

Jean, tu maintiendras la ligne dure jusqu’à la fin, mais au cas où tu n’aurais pas analysé la liste des perdants, elle s’allonge de jour en jour (pas besoin de te donner la liste des perdants, c’est tout le monde). Mais dans ta logique financière, peut-être que tu t’es dit que d’étirer les études d’un étudiant en histoire de l’art à l’UQAM, ça ne changeait pas grand-chose. En fait, tu te dis sûrement que ça donnera moins de chômeurs (quatre trente sous pour une piastre ?)

Dans les gagnants, il y aura les étudiants n’ayant pas fait la grève (davantage d’emplois d’été disponibles pour eux en plus de profiter des résultats de la grève). Ces étudiants, ils auront appliqué la stratégie dominante, un concept de base en économie en agissant en « free rider ». Mais l’ultime gagnant de toute cette crise, ce sera toi, mon Jean. Oui, oui, pendant trois mois, les étudiants auront fait oublier: l’évasion fiscale, la corruption, la commission Charbonneau, les pots-de-vin, les démissions, le statu quo, Tony au gros bateau,  l’autre Tony des garderies et ton fameux « Plan Nord ». Ce dernier semble ni plus ni moins une improvisation pour qu’un jour on décide de nommer un pont ou une route à ton honneur.

Honnêtement, mon Jean, je suis prêt à donner ton nom à un endroit public de Westmount quand tu veux. Que préfères-tu ? Un cul-de-sac ou un rond-point?

Partagez cette page

Classé dans :  Divers, Humeur, Société

L'opinion émise dans ce billet n'engage que son auteur et ne représente pas nécessairement celle du journal Voir.

+ Ajouter le vôtre Commentaires 37

  • 16 mai 2012 · 02h38 Claude Perrier

    Cette fois, je dois dire que vos propos m’étonnent, Monsieur McSween. Encore un peu et vous écriviez que le conflit surréaliste, qui traîne sans raison valable depuis des semaines, serait de la faute de Jean Charest!

    Pourtant, le rôle fondamental d’un gouvernement n’est-il pas de gouverner dans le meilleur intérêt de l’ensemble des citoyens? Le gouvernement ne doit-il pas constamment favoriser des mesures aussi équitables que possibles pour tous?

    Déjà que les cégeps ne coûtent pas grand-chose aux étudiants, les études universitaires sont presque données à 13% de la note pour l’étudiant et le 87% restant aux autres. Et, malgré une augmentation graduelle au cours des cinq prochaines années, l’étudiant n’aura encore qu’un faible 17% du coût total à payer, tandis que les autres se taperont toujours la grosse part de 83%.

    Encore trop cher?

    Avec les programmes d’aide financière aux études à nouveau enrichis et assouplis, quelque 60% des étudiants voient leur accessibilité aux études universitaires garantie, et même améliorée malgré la hausse prévue. Les seuls étudiants à qui la hausse pourrait demander un réel déboursé supplémentaire se trouvent dans la catégorie des mieux nantis. Et, par conséquent, la faible hausse envisagée n’est nullement un empêchement pour eux.

    Alors, si l’accessibilité n’est pas le problème, c’est qu’il y a autre chose.

    En fait, quoi que ferait Jean Charest ne suffira jamais. Les leaders étudiants (ou ceux qui tirent les ficelles derrière) ne veulent pas d’entente. Les sessions perdues? Le dernier de leurs soucis. La cause des droits de scolarité est depuis le tout début une cause prétexte pour faire plein de grabuge, pour déstabiliser le gouvernement. En espérant que le prochain qui sera élu leur sera reconnaissant d’avoir éconduit l’actuel gouvernement.

    Et on a ainsi berné des tas de jeunes étudiants en leur faisant avaler des couleuvres. En leur faisant croire qu’ils avaient des DROITS gros comme ça. Et que c’était tout à fait normal que ce soit les autres qui casquent. Et pour être bien sûr que des empêcheurs ne viennent pas nuire au grabuge prévu, la stratégie des mains levées a commodément réglé la question. Avec des «carrés rouges» pour les militants convaincus, et des militants réticents embrigadés malgré eux.

    Et le coup des «carrés rouges» a surtout l’avantage de permettre l’identification rapide de celles et ceux qui voudraient plutôt aller suivre leurs cours (car circulant sans «carrés rouges»).

    Ironiquement, cela fait un moment déjà que les démonstrations sont totalement inutiles pour améliorer les conditions – déjà améliorées! – de 60% des étudiants. On continue maintenant le grabuge pour le 40% des mieux nantis, ce 40% qui peut très facilement acquitter la petite hausse à venir. On manifeste en faveur des nantis! Il est de la plus grande évidence que la hausse des droits de scolarité n’a absolument rien à voir avec ce conflit.

    • 16 mai 2012 · 07h47 Pierre-Yves McSween

      M. Perrier,

      Je voulais simplement faire un texte humoristique sur la position de notre PM. Je ne remets pas en question le fonds de la question, mais bien le comportement de notre PM. Peut-être aurait-il dû agir autrement…. Sur le fond, je suis d’accord avec vous. Mon texte doit être lu au second degré, c’est parfois sarcastique, parfois humoristique.

    • 16 mai 2012 · 07h56 Claude Perrier

      Ouf…! Monsieur McSween.

      Merci de nous rassurer, car autrement cela devenait franchement inquiétant, venant de vous!

      Bonne journée!

      (Malgré les volées de bois verts auxquelles vous pouvez maintenant vous attendre avec les précisions que vous apportez à mon intention…)

    • 16 mai 2012 · 10h27 Ariane

      Ok, tout n’est pas blanc ou noir dans ce conflit, il y a des pour et des contre pour chaque position. Savez-vous quoi ? Dans mon cas, j’ai du mettre un terme à mes études universitaires il y a un an et demi, puisque les frais par cours ont déjà augmenté de 200% et que je ne suis pas éligible au prêts et bourse. Point. C’est là qu’on voit que cette hausse est mal dirigée. Pour vous mettre dans le contexte, je suis mère monoparentale de trois enfants, je travaille à temps plein et mes revenus ne sont pas encore à la hauteur de mes besoins. Avec mes études, j’aurais augmenté mes revenus de façon substantielle. Ça ne prend pas un cours d’économie pour voir les conséquences directe de cette hausse DÉJÀ mise en place en douce depuis 3 ans.
      Et je suis profondément troublée de constater le mépris à peine dissimulé qu’affiche M. Charest envers la jeunesse, qu’on soit pour ou contre la hausse.

    • 16 mai 2012 · 11h56 le calinours bienveillant

      @Ariane

      « il y a des pour et des contre pour chaque position… »

      ah oui? quels sont les arguments en faveur de la hausse des frais, déjà? je ne crois pas qu’il en soit sorti un seul bon depuis le début de la grève.

  • 16 mai 2012 · 08h22 yves graton

    quel bel échange..>

  • 16 mai 2012 · 08h26 yves graton

    mon vieux père disait quelque chose comme :
    « s’encenser mutuellement « 

    • 16 mai 2012 · 08h47 Claude Perrier

      Bah… Chacun son tour, non?

      Depuis le temps que l’on «s’encense» du côté des «cartons rouges», malgré d’évidentes failles dans la perception de la véritable réalité, un peu de lucidité ne saurait pas nuire…

      (Évidemment, c’est très contrariant de regarder de quoi il retourne réellement. Surtout lorsque ça contredit ce qu’on hurle sur tous les toits depuis des mois!)

    • 17 mai 2012 · 16h55 le calinours bienveillant

      « Bah… Chacun son tour, non? Depuis le temps que l’on «s’encense» du côté des «cartons rouges»,… »

      ah! encore ce raisonnement fallacieux? pourtant je t’ai déjà maintes fois fait remarqué qu’il ne suffit pas de noter le même comportement chez l’adversaire pour justifier ses torts. et ça fonctionne encore moins quand le tort reproché à l’adversaire n’existe pas.

      « un peu de lucidité ne saurait pas nuire… »

      haha! au moins tu conclues avec une bonne blague.

      salut claude.

  • 16 mai 2012 · 14h20 Réjean Asselin

    Vous avez entièrement raison Mr. McSween. Charest, et PEUT-IMPORTE la raison du conflit, nous démontre clairement que son objectif premier est de jouer a celui qui « pisse le plus loin  »  » et en ce sens il nous donne l’image d’un piètre Premier Minsitre du Québec.

    Depuis le début de ce conflit qu’ il multiplie les gaffes ! Qu’il met de l’essence sur le feu ! Qu’ il se comporte en chef de parti obsédé par les sondages !

    Quand tu occupe un poste comme celui-là tu dois parfois plier sur ton orgueil et gérer les conflits plutôt que les alimenter.

    Ce conflit n’aurait JAMAIS du prendre autant d’ampleur. Charest a très mal évalué le problème et c’est SA job de la faire. Il a commencé a réagir quand le conflit était déjà rendu a l’état de CRISE ! Avoir proposé une baisse de l’ augmentation des frais de scolarité pour les prochains cinq ans n’aurait pas mis le Québec dans le trou et aurait probablement mis fin a cette cascade et cette montée de mépris et de frustration entre les québécois eux mêmes.

    Une nation laissée a elle même par un p’ tit toff qui joue au bras plutôt que d’ assumer son rôle de PM ! Voila la situation actuelle au Québec.

  • 16 mai 2012 · 15h08 yves graton

    c’est drôle: je cite mon père et un quidam qui se sent visé…

  • 16 mai 2012 · 15h38 yves graton

    il y a un billet publié ce matin dans le quotidien Le Devoir, signé par un de nos grands écrivains, VLB, Contrairement à des pontifes, ses textes sont longs mais avec « de la viande « 

    • 16 mai 2012 · 15h54 Pierre-Yves McSween

      Monsieur Graton, toujours aussi agréable de vous lire.

  • 16 mai 2012 · 16h25 yves graton

    mes hommages, mon cher confrère Hecien…

  • 16 mai 2012 · 16h38 yves graton

    in medio stat virtus.

    mon vécu de tit vieux me confirme que qqn de la droite – comme qqn de la gauche-est convaincu que ses arguments sont ceux du gars équilibré., du gars avec »une tête bien faite « .
    Voilà pourquoi certains perdent le Nord…

  • 16 mai 2012 · 21h25 Jacriver

    Bon, il faut se mettre à l’écoute des « Y » ???

    Mais vous, a part les « Y », qui écoutez-vous?
    Et si je vous demande pourquoi il faut écouter les « Y »?
    Et si votre réponse était: « Il faut écouter les « Y »parce que je suis un « Y »

    Oh miroir… Oh Miroir… tu me bloques la vue mais que m’importe,mon reflet me contente!

  • 16 mai 2012 · 21h42 Jacriver

    L’argument central; « Il faut écouter les « Y » parce que je suis un « Y »
    et
    Il ne faut pas écouter le Premier Ministre parce qu’Il n’est pas un « Y »comme moi, me semble
    du « déja-vu « et du  » déja-entendu »….

    • 16 mai 2012 · 23h02 Pierre-Yves McSween

      En fait, c’était une flèche envers les gens qui disent « dans mon temps… » et en même temps une critique satirique de la génération qui se plein tout en ayant beaucoup… Quand je liste des programmes sociaux et que je dis qu’on est une société de droite, je pensais que le sarcasme était assez fort pour le décoder. Mais bon, je comprends que si on le prend du sens premier, ce soit difficile à concevoir. Merci de votre commentaire, c’est apprécié.

  • 16 mai 2012 · 22h28 Jacriver

    Désolé pour le double message…. (le premier ne voulait pas « sortir me semblait-il)

    Bon, me voila avec un 3eme message…
    décidément!

    ps; votre texte est tres difficile a lire au second degré..(J’ai du mal décoder le code)

    • 17 mai 2012 · 12h45 Jacriver

      Votre texte est tres difficile a lire au second degré dans le contexte du journal Voir;

      Tous les mots sont déja pervertis par une pensée « gauchisante »

      - » On ne vit pas en démocratie au Québec – C’est la dictature »
      - »La casse ou le grabuge n’existe pas… -Ce sont des agents doubles SQ infiltrés »
      - »Respect des lois démocratiques … – c »est le fachisme  »
      -Mouvement minoritaire …… – On est la Majorité »
      etc etc etc…
      On s’est habitué comme lecteur a ne plus se fier au sens des mots mais à lire selon l’intention ou l’idéologie…
      Voila pourquoi le second degré passe mal ici!

    • 17 mai 2012 · 14h53 Pierre-Yves McSween

      Vous apportez un point très très intéressant ici, celui de la perception préconçue en fonction du canal de communication utilisé. En effet, certains portent toujours à gauche peu importe la logique. Certains autres portent à droite, peu importe la logique. D’autres portent au centre, car ils savent que dans certaines situations, on porte à gauche et dans d’autres, à droite.

    • 17 mai 2012 · 16h25 Claude Perrier

      Tout de même clair… malgré la confusion… Monsieur McSween.

      Enfin, je pense…

  • 17 mai 2012 · 08h28 yves graton

    quand un étudiant de 20 ans et ses 2 compagnons d’armes font perdre les pédales à un pseudo- chef d’Etat et de sa tribu,
    il y a quelque chose de malsain dans le Royaume du Québec

    • 17 mai 2012 · 16h37 Claude Perrier

      Ça ne semble pas bien aller de temps à autre de votre côté…

      Comme une certaine aigreur, peut-être une allergie saisonnière. Très difficile à dire.

      J’aurais suggéré des Maalox mais, à ce que j’ai lu dans un journal ce matin, le produit serait en rupture de stock!

      Alors, un peu d’eau fraîche (ou minérale…) et une sieste? Qui sait. Essayez toujours. Et vous nous en donnerez des nouvelles plus tard. Si le coeur vous en dit, Monsieur Graton.

      (Ne vous fatiguez pas indûment: nous tâcherons de tenir le fort sans vous.)

    • 17 mai 2012 · 16h47 le calinours bienveillant

      @claude

      claude! tu nuis.

  • 17 mai 2012 · 15h01 Blaise Netta

    Lorsque que tu compares la hausse des frais de scolarité à celle de la TVQ dans ta tasse de thé, l’on constate clairement comment l’étroitesse du lieu nécessite une réduction de toute la question politique à une question comptable. Mais Pierre-Yves, la raison humaine ne sert pas qu’à rationaliser ses profits comme le croient naïvement la plus part des économistes. Ni à infuser du thé. Au minimum, il faut changer de poche avant la saturation. Tu aurais pu t’imaginer que les étudiants ne se battent pas seulement parce que plus d’argent sortira de leurs poches. Mais tu ne peux pas, n’est-ce pas? Peux-tu penser qu’il existe des concepts qui dépassent chaque tasse particulière tels que le politique, le bien commun, la sociabilité, la richesse collective; qu’il existe des idées sociales telles que l’équité, l’accessibilité à l’éducation, l’égalité des chances. Bref, le problème avec ta tasse de thé Yves est qu’elle est tellement certaine de saisir toute la complexité du monde avec ses bilans comptables, qu’elle ne peut plus s’imaginer ce qui la dépasse; que certaines personnes sachant bien compter ont d’autres façons de concevoir l’être humain et la chose publique; elle ne possède plus la faculté de comprendre l’autre pour la simple raison qu’elle ne peut plus douter d’elle-même. On ne cherche pas la vérité lorsqu’on croit la posséder. Soit dit en passant, au cas où tu voudrais réduire mes propos à une de tes catégories bien définies, je précise que je ne suis pas nécessairement contre la hausse.

    • 17 mai 2012 · 16h35 Pierre-Yves McSween

      Ce n’est pas parce que je suis comptable que ma vision ne dépasse pas la logique comptable… C’est réducteur ce que vous ditent. Comme si un boucher ne pouvait pas parler autrement qu’en boeuf Angus…..

      Vous me portez des intentions qui ne sont pas les miennes, mais bon…. soyez capable de lire mon texte au 2e degré svp…..

      Vous vous attaquez à la mauvaise personne, je suis un adepte de l’égalité des chances… je ne vois pas pourquoi vous m’attaquez de la sorte, mais bon que puis-je faire… si vous avez la vérité infuse… du thé ? ;-)

    • 17 mai 2012 · 16h43 Claude Perrier

      Nous allons tous finir par nous noyer dans un verre d’eau… oups, pardon… dans une tasse de thé.

  • 17 mai 2012 · 17h07 yves graton

    Perrier,
    tu es un pédant qui s’écoute « écrire  » ses épitres vaseux.
    Je tourne la page: je n’ai aucun respect pour des gens de ton acabit.

  • 17 mai 2012 · 19h09 yves graton

    eau minérale ?
    ai goûté à Perrier: ça donne la nausée

  • 18 mai 2012 · 07h18 yves graton

    mme Rima Elkouri écrit «  la loi matraque  » dans La Presse de ce matin.
    Une synthèse sur la bétise et l »abus du pouvoir détenu par Johnny Boy

  • 18 mai 2012 · 09h27 Denis Levert

    Bonjour Pierre-Yves,
    Je ne voudrais pas être à la place de Jean Charret pour tout l’or au monde!
    Un gouvernement,un chef,un président un responsable de…doit faire des choix.

    L’anarchie ne peut pas être tolérée par un gouvernement responsable.
    Plusieurs,sinon la majorité des étudiants n’acceptaient pas les injonctions.
    Il fallait faire quelque chose!
    Et vite!
    J’espère qu’après avoir écrit à Jean que tu penseras à écrire aussi à Pierre,Jacques et peut-être même à Pauline.
    La revendication politique est TOUJOURS plus éfficace quand ça se fait à l’intérieur d’un parti politique.
    Et iras-tu voter la prochaine fois?

    • 18 mai 2012 · 10h10 Claude Perrier

      Écrire à Pauline, dites-vous Monsieur Levert?

      Encore faudrait-il savoir comment arriver à percer sa bulle opportuniste. Cette bulle dans laquelle elle se complaît en pensant qu’en se rangeant du côté d’une minorité bruyante elle arrachera par la suite une majorité lors du prochain scrutin.

      Du calcul électoral. Quoique du calcul mathématiquement boiteux. Sans oublier que pareil opportunisme l’oblige (sans publiquement sourciller) à approuver officiellement les manquements démocratiques à répétition d’un mouvement minoritaire ayant pris en otage une majorité, tant des étudiants qui auraient préféré étudier que la population voulant aller au travail et peut-être sortir de temps à autre sans craindre de mauvaises rencontres.

      Non. Mme Pauline est trop confortable dans sa bulle et trépigne d’impatience à l’idée de peut-être enfin devenir calife à la place du calife. Peu importe ce qu’il en coûterait à la véritable équité sociale, à la démocratie.

      (Ce sera passionnant de voir comment seront reçus certains de ses jeunes supporters lorsqu’ils se présenteront aux bureaux de scrutin, lors de la prochaine élection, pour essayer de voter à main levée…)

  • 19 mai 2012 · 10h28 yves graton

    à lire l’éditorial du quotidien Le Devoir de ce matin signé par l’équipe éditoriale.
    À ceux qui accusent ce journal d’être indépendantiste – plutôt qu’indépendant au nveau des idées – je leur rappelle que Gérard Filion ( nommé à Marine Industies par le PLQ), Pierre laporte et Claude Ryan,( ministre et chef du PLQ ) ont été de l’équipe du Devoir. Il y eut aussi Gérard Pelletier- comme chroniqueur et André Laurendeau ( de La commision fédérale Dunton-Laurendeau )

  • 19 mai 2012 · 10h31 yves graton

    si on me souligne que Denise Bombardier est aussi du quotidien Le Devoir, je rappelle qu’elle n’est pas de la page éditoriale comme Michele Ouimet et Pat Lagacé ne sont pas de la page éditoriale de La Presse

  • 23 mai 2012 · 19h49 Ian

    Bon un joueur pour rhetorique 101…

    1)

    « Sommes-nous en train d’assister à un dérangement de la paix sociale pour quelques centaines de dollars une fois les avantages fiscaux comptés? »

    Ben oui on le sait le 1700 si on veut torturer les faits on peut oublier que l’augmentation est cumulative et evoquer quelques centaines de dollars par annee…

    Et si on divise le montant par jour ou mieux par heure ou par seconde… ca fait pas beaucoup…

    On peut aussi l’exprimer dans une devise etrangere histoire que ca soit encore plus petit… ou meme dans un systeme hexadecimal en plus ca a le merite d’etre incomprehensible

    Au fait proposition au blogueur qui regarde pas a la cenne pres…

    Il pourrait me donner 50 cent par jour pendant 7 ans… dans le fond c’est presque rien…

    Je suis un homme honnete… voici un autre marche plus profitable encore pour le blogueur … il pourrait me donner une cent la premier journee, deux cents la 2e, 4 cents la troisieme, 8 cents la 4e… et ainsi de suite pendant trois mois… le blogueur peut voir que c’est rien de tres exhorbitant… quelques cents au plus…

    —-
    2)

    « Dans les gagnants, il y aura les étudiants n’ayant pas fait la grève (davantage d’emplois d’été disponibles pour eux en plus de profiter des résultats de la grève). Ces étudiants, ils auront appliqué la stratégie dominante, un concept de base en économie en agissant en « free rider ».  »

    La realite c’est que dans bien des cas… droit de vote des femmes… c’est une minorite qui a provoque les changements…

    A mon sens faut faire avec…

    —–
    3)

    « Mais l’ultime gagnant de toute cette crise, ce sera toi, mon Jean. Oui, oui, pendant trois mois, les étudiants auront fait oublier »

    a- Je pense que ca laisse des marques…

    Bien de gens se souviennent encore des ecoles juives, mont orford, centrale du suroit,… greve de 2005…

    b- Et puis notre premier ministre est soucieux de son heritage… je pense qu’a long terme ca va donner beaucoup de materiel a Jean Francois Lisee ( un titre qui finit en eur ? )

    c-

    Et puis pour la commission Charbonneau… du moment qu’on va entendre 1 ou 2 blanc de memoire, un intervenant volubile, quelqu’un nous expliquer en temoignage que chaque jeudi qui conicidait avec une pleine lune il recevait une enveloppe brune, un entrepreneur
    evoquer un maire… un depute… du personnel politique…, qu’on va voir un stratageme ou une gamique quelconque… un expert en encre de stylo…

    … ca va reprendre une partie de la scene… inquietez vous pas…

    Vous allez bloguez la dessus, d’autres chroniqueurs et journaliste…

    Pour le moment on prevoit faire temoigner des experts… un fonctionnaire expliquer pendant 5 heure comment c’est supposer fonctionner en terme de processuf administratif et venir donner la couleur du formulaire utilise et en theorie comment on donne un contrat … c’est pas le bout croustillant …

    Entre temps bravo aux etudiants pour avec su maintenir l’attention dans l’espace mediatique…

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

À propos RSS

  • Pierre-Yves McSween
    Professeur | Chroniqueur | Consultant | Conférencier | MBA, CPA, CA On discute d'économie, de finances personnelles, de littératie financière et de politique dans un climat de répartie.

S’abonner au blogue

@pymcsween

+ @pymcsween →

Catégories

Favoris