Passez à « Go! » et réclamez 100 000 $

13 août 2013 23h30 · Pierre-Yves McSween

Quel chiffre, ça frappe encore l’imaginaire populaire. Une prime de départ de 100 000 $ ! Quitte à me faire lancer des tomates, une  somme de 100 000 $ en 2013, ce n’est rien.

Mais ici, le montant n’est pas en cause, on parle de principe.

Personnellement, le fait de verser une prime à un politicien à son départ de la vie politique me parait plus que logique. Pour attirer des gens intéressants en politiques, il faudra un jour ou l’autre comprendre qu’il faut les rémunérer. Sans cela, on se contentera de poignées de mains, de soupers de clubs Optimistes et de photos dans les journaux régionaux. Si un politicien n’est qu’une pancarte dont le rôle est d’écrire des petits mots dans les programmes d’événements et de distribuer des chèques, que l’on reste avec nos débutés d’arrière-ban. Par contre, si l’on veut de l’élite et des gens capables de s’élever au-dessus de la mêlée, il faudra les traiter avec plus de respect. Il  faut renvoyer non pas le portrait que nous avons, mais le portrait amélioré que nous voudrions avoir: il faudra nous-mêmes élever notre discours d’un cran. Ainsi, le système de parachute à la sortie de la vie politique est non seulement logique, mais une nécessité.

Ceci étant dit, vient la situation précise de M. Dubourg quittant l’Assemblée Nationale pour tenter sa chance à la Chambre des communes. Si M. Dubourg avait quitté son poste pour devenir animateur de radio, est-ce que le même tabac médiatique aurait eu lieu? Bien que la circonscription du futur peut-être maire de Montréal soit un château fort libéral, rien n’assure à 100 % à M. Dubourg d’y être élu. Ainsi, il quitte le monde la politique québécoise pour un autre régime parlementaire: il a donc techniquement droit à sa prime. Dans ce cas-ci, le départ étant prématuré et volontaire, devrait-il toucher sa prime? La réponse est positive. Pourquoi? Parce que ce sont les règles du jeu. Si un joueur économique répond aux règles du jeu, pourquoi le crucifier sur la place publique (le terme « crucifier » n’est pas très laïc, pardonnez-moi cette référence à mon éducation chrétienne)?

La population ou l’opposition n’est pas contente de cette règle. Parfait, qu’elle soit changée. Par contre, pour l’instant, cette règle est en vigueur et doit être respectée, peu importe l’allégeance politique. Quitter ses fonctions un an après l’élection, exagéré? Peut-être, mais la prime de départ est un droit donné à un député élu démocratiquement.

Pourquoi changer de gouvernement?

D’un point de vue résultats électoraux, même à l’apogée de la haine envers le gouvernement Charest, la circonscription de Viau a élu M. Dubourg avec 47,28 % des voix en 2012. Son plus proche rival du PQ n’a cumulé que 23,66 % des voix. Ainsi, ce n’est pas le risque de perdre son siège qui a fait bouger M. Dubourg.  Par contre, que gagne-t-il en se déplaçant sur la scène fédérale?

-  Il n’a jamais été ministre sous Jean Charest, peut-être aura-t-il l’opportunité sous Justin Trudeau?

-   Le salaire de base d’un député provincial est de 88 186 $ par rapport à 160 200 $ au fédéral (oui, même  les poteaux orangés gagnent ce salaire). En somme, la rémunération de base d’un député fédéral est plus élevée que celle d’un ministre provincial (sic!). Il serait peut-être temps de réduire le nombre de députés au Québec et d’augmenter
leur rémunération.

-   Après trois élections provinciales, l’idée de changer d’air n’est pas négligeable.

-   Justin Trudeau semble l’aimer : http://emmanueldubourg.ca/actualites/medaille-du-jubile-de-diamant.html.

-   Né en 1958, Monsieur Dubourg  est dans son dernier droit professionnel. Le départ de Denis Coderre représente une fenêtre d’opportunité rare idéale pour un dernier défi.

 

Je respecte beaucoup les hommes et les femmes osant se présenter dans l’arène politique, que je sois d’accord ou non avec leur vision. Ainsi, qui aurait renoncé à 100 000 $ dans la situation de M. Dubourg? Seulement une personne indépendante de fortune. Personnellement, à sa place, j’accepterais la prime de départ, car M. Dubourg respecte les règles du jeu. Le PQ n’est pas en accord avec les règles du jeu? Il n’a qu’à les changer pour l’avenir. Pour l’instant, rien ne justifie d’empêcher M. Dubourg de passer à Go! et réclamer 100 000 $.

 

 

Partagez cette page

Classé dans :  Divers, Humeur, Société

L'opinion émise dans ce billet n'engage que son auteur et ne représente pas nécessairement celle du journal Voir.

+ Ajouter le vôtre Commentaires 12

  • 14 août 2013 · 01h38 Miguel Lemieux

    Vous dites que si le PQ n’est pas satisfait des règles, il n’a qu’à les changer. C’est exactement ce qu’a tenté de faire le PQ qui, dès sa première session au pouvoir, a déposé un projet de loi visant à empêcher un député de toucher une prime de départ en cas de démission (exception faite d’un départ provoqué par un problème de santé). Or, c’est le Parti libéral, le parti de M. Dubourg, qui bloque l’adoption de ce projet de loi. Désolé, mais il s’agit d’un rare cas où la faute peut être attribuée clairement à un protagoniste en particulier. Dans le dossier des primes de départ, le PQ a fait sa part. Si les règles permettent à M. Dubourg de passer go, c’est que sa propre formation agit délibérément pour maintenir ces règles désuètes en place le plus longtemps possible.

    • 14 août 2013 · 08h43 Pierre-Yves McSween

      C’est la démocratie. Ainsi la majorité de nos représentants démocratiquement élus jugent que les primes de départ ont un rôle à jouer dans la justice de notre démocratie.

  • 14 août 2013 · 10h44 Julien Villeneuve

    PYMS: « C’est la démocratie. Ainsi la majorité de nos représentants démocratiquement élus jugent que les primes de départ ont un rôle à jouer dans la justice de notre démocratie. »

    1) Bel argument pour justifier tout status quo. (Et tout changement, tient, si changement il y a). Or un argument qui justifie une chose et son contraire, ce n’est pas vraiment un bon argument, n’est-ce-pas?

    2) Sur le fond: vous savez c’est quoi, monsieur, un conflit d’intérêt?

    • 14 août 2013 · 13h05 Pierre-Yves McSween

      Si la décision ne fait pas plaisir aux Québécois, ils peuvent élire d’autres personnes. Pourtant, les libéraux reviendront selon toute vraisemblance au pouvoir après avoir maintenu cette politique. C’est la démocratie avec ses plus et ses moins.

  • 14 août 2013 · 12h39 Miguel Lemieux

    Ce n’est pas tout à fait exact puisqu’une majorité de députés appuient présentement ce projet de loi. Les libéraux ne parviendront pas à le rejeter mais ils utilisent toutes les techniques possibles d’obstruction parlementaire pour en retarder l’adoption. Il s’agit d’une nuance de taille. Bref, les
    libéraux gagnent du temps pour permettre au maximum d’entre eux de passer go avant la date fatidique ou, encore mieux, jusqu’à ce que le gouvernement en place soit renversé. Il s’agit de la politique dans ce qu’elle

  • 14 août 2013 · 16h02 Miguel Lemieux

    (suite) a de plus détestable. Une minorité qui bloque l’évolution des façons de faire voulue par une majorité…afin de preéserver les acquis de quelques-uns.

  • 14 août 2013 · 20h17 Claude Perrier

    Vous nous ramenez ici à votre tout premier billet dans Voir (janvier 2012), Monsieur McSween.

    Et probablement vous rappelez-vous que nous avions alors échangé quelques réflexions relativement à l’attrait que peut avoir une incursion dans le domaine politique pour des individus qualifiés pour bien gérer notre avoir collectif, pour des individus visionnaires, pour des individus prêts à se dévouer sans compter leurs efforts ou leurs heures pour nous tous.

    Et force nous avait été de reconnaître qu’en contrepartie de tout ce qui était exigé d’un candidat de haut calibre, la rémunération offerte ne faisait pas le poids. Pas très incitatif pour quiconque peut aisément toucher le double ou le triple, et même parfois bien davantage, en faisant plutôt carrière dans le secteur privé. Et sans se faire quotidiennement harceler par les députés de l’opposition ou par les médias.

    Pas facile de trouver de hauts niveaux de compétence en sous-payant. Car les meilleurs préfèrent aller ailleurs. Avec raison.

    Une prime de départ de 100 000$ ou peu importe de quel montant, ce n’est pas un gros incitatif pour vouloir un jour se lancer dans l’arène politique. Cela ressemble plus à un prix de consolation. Pour avoir pris le risque de venir un moment mettre l’épaule à la roue.

    Il est urgent que tout ça soit revu. Depuis les qualifications requises pour être apte à poser sa candidature et le montant de la rémunération d’un politicien. Autrement, nous continuerons à confier notre avoir collectif et notre avenir à trop de personnes insuffisamment compétentes pour bien faire ce qu’on attend pourtant d’elles.

    Il n’y a nulle économie pour nous à sous-rémunérer nos politiciens. C’est même extrêmement coûteux. Et pas seulement en dollars.

  • 14 août 2013 · 23h03 Ian

    « Après trois élections provinciales, l’idée de changer d’air n’est pas négligeable. »

    « Ainsi, qui aurait renoncé à 100 000 $ dans la situation de M. Dubourg? »

    L’arbre et la foret….

    Je me demande souvent comme internaute pourquoi on m’amene sur la mauvaise piste…

    J’invite les internautes a lire entre les lignes et voir les petites abeilles qui s’activent en coulisse sur fond de pre-pre-campagne…

    L’histoire a rien a avoir avec un depute d’arriere banc qui sans raison veut augmenter son salaire ou changer d’air de meme…

    —–

    Ma theorie… c’est que c’est « probablement » des gens au sein du PLQ « auraient » pu demander… disons par un beau dimanche a ce monsieur de quitter son siege de depute…

    On pourrait concevoir la scene en mode piece de theatre ( c’est de la fiction bien sur et les noms ont ete change… toute ressemblance avec le reel est fortuite…. )…

    —–

    Gars du PLQ :

    La famille va bien M.chose ( M.Duboug…)… t’es un bon soldat, mais t’es un depute pas trop flamboyant…

    Ecoute M.chose ( M.Duboug…)… t’as un compte sur… on aurait besoin du compte pour un eventuel candidat vedette …. ton chef espere ta collaboration et le PLQ aussi…

    Duboug : Ouin ben je vas faire quoi…

    Gars du PLQ :

    Tu sais qu’avec la commission c’est pas facile d’attirer des candidats vedettes ou meme des semblant de candidat vedette, mais avec les derniers bon sondages on a des pseudo-vedettes qui seraient prette a servir le PLQ… ah oui pis le monde aussi ( gros rire…)

    Et aussi bien ne pas en faire des jambons dans des comptes moins sur… anyway le chef a deja decider de se presenter ailleurs qu’a Montreal histoire de liberer un compte pour un candidat vedette… on est en plein recrutement…

    Tu sais… on a parle a du monde du PLC pis on serait interesse a ta candidature au PLC …. anyway c’est en gros le meme compte pis tu vas avoir ben plus la paix anyway le monde se calisse de ce qui s’y passe…

    Duboug : Ouin mais c’est loin Ottawa faut j’en parle a ma famille….

    Gars du PLQ :

    Mais pense a la grande famille liberale ce qu’elle peut faire ou pas pour toi…

    Oui je sais tu vas devoir te deplacer a Ottawa …

    Mais tu vas gagner plus cher et pense a la prime de 100000 beau dollars …

    Anyway t’es pas obliger de gagner des concours d’assiduite…

    Duboug:

    Ouin….

    Gars du PLQ :

    Par contre… avec tous les scandales essaye de pas faire trop le twit avec les remboursements on nous checkque un peu plus que par le passe ( gros soupir…)

    Anyway… quand t’auras servi assez la bas inquiete toi pas… on te trouvera une place… il y a une couple de cabinet d’avocat a Montreal ou tu pourras aiguiser des crayons au 28e etage…

    Scene :

    Poigne de main entre M.Duboug et le gars du PLQ … l’affaire est pinotte….

    La democratie dans toute sa splendeur…

    Pis dans tout ca des blogueux et journalistes qui passent a cote du fond pour en faire un histoire d’un depute d’arriere banc qui decide de changer d’air pour le federal de meme alors que la meme semaine le chef annonce qu’il va se presenter dans un compte moins sur…

    —–

    On voit tellement les fils de plus c’est en lien avec la nouvelle de Philippe Couillard de decider d’aller dans un compte moins sur pour liberer un compte plus sur a montreal pour un candidat vedette…

    Anyway je lis les commentaires et je vois qu’on rate la trame de fond de cette histoire… ( soupir…)

  • 15 août 2013 · 21h37 Ian

    (1)

    « la rémunération offerte ne faisait pas le poids. Pas très incitatif pour quiconque peut aisément toucher le double ou le triple, et même parfois bien davantage »

    (a)

    Ouf …

    Pourquoi on m’amene encore sur la mauvaise piste…

    C’est oublier que l’appartenance politique et servir un parti politique a un « plus value » qui se monnaye apres la vie politique active…

    -C’est l’acces a des reseaux, c’est des gratifications autres que monetaire qui surviennent apres la vie politique…

    -On voit comment le reseautage explique comment on retrouve d’ancien politicien dans certains cabinet d’avocat ou on devine ils vont essentiellement donner la main et rencontrer des clients importants de la firme et faire ben des voyages et voyager en premiere… avec acces a des abonnements a des clubs prives ou ils pourront fumer le cigare et tout un tas d’avantage que t’a pas si tu travaille comme procureur ou a l’aide juridique…

    -T’as acces a des emplois ou tu peux pas etre invite a postuler si tes pas dans le reseau…

    -C’est etre invite a des evenements prives…

    -C’est avoir acces a des ceremonie en l’honneur de ceci pis cela…

    -C’est des reservations dans un resto que monsieur aurait pas acces…

    -C’est des soupers au restaurant dont la facture est ridiculement elevee et qu’un tel ou un autre va payer…. c’est etre inviter dans des loges,… c’est voir Celine Dion gratos…

    -Mais encore plus c’est rencontrer un tel pis un autre…

    -C’est des emplois dont les avantages depasse le salaire…. une petite caisse, compte de depense, remboursement de ceci ou cela….

    pis ou on te paye l’ecole privee pour tes enfantset meme le pensionnat…

    -C’est aussi des participations sur des conseils d’administrations…. que t’accumule comme si t’avais 50 heures dans une journee…

    -C’est des contrats avec gros prix que tu vas facturer comme si t’etait 15 junior pis 4 senior a travailler pendant 26 heures par jour alors que tu joue plus souvent au golf, mais aussi prestige du contrat lui meme comme par exemple negocier l’accord canada – europe… que tu pourras mettre dans ton cv…

    -C’est la chance d’avoir une nomination pour des postes qu’on affiche pas comme ambassadeur, representant de ceci ou cela… et de vivre dans un pays etranger a rencontrer du beau monde avec du beau linge et boire du bon vin…

    -C’est des postes de direction, vice president de ceci ou cela dans des banques, des firmes de genies etc…. pis des postes dont le titre veut rien dire…

    -C’est des postes dans des organisations internationales qui affiche pas leur poste….

    -C’est avoir acces a des bals, c’est etre invite a la fete d’un tel pis un autre… tient la fete d’un Desmarais et rencontrer un president des etats unis…

    -C’est d’autres evenements moins public et plus vaste en prive…

    -Cest voir et rencontrer des vedette…

    -C’est des invitations sur des bateaux ( moins populaire presentement )

    -C’est un tel qui nous invite a utiliser son condo-hotel de luxe au penthouse…

    -C’est un autre qui nous permet d’utiliser sa residence secondaire, son chalet…..

    -C’est des cadeaux d’un tel pis d’un autre qu’on aurait jamais autrement et qui ont parfois une valeur inestimable…

    -C’est assister a des concert prive de tel virtuose qui ira pas jouer a l’accueil bonneau ou la old ou au old brewery mission

    -C’est peut etre recevoir des honneurs… tient la legion d’honneur… ou la croix de ceci ou cela…

    -C’est des doctorat honorifique de plus d’univerites que si tu t’occupais a guerir le cancer ou de la theorie d’unification en physique….

    -C’est aller dans des lieux touristiques, archeologique et visiter des parties que le public aurait meme pas acces …

    - Une audience avec le pape tient…

    Bien sur c’est a geometrie variable et certains en tire plus que d’autre… mais le buffet est la… les amis sont la…

    Ceux qui pensent qu’on retire rien du pouvoir et des reseaux qu’on tisse pis qui me parle juste du salaire durant le mandat…. je pense que vous etes juste niochon… continuer de meme on vous aime de meme…

    —–

    (b)

    Il y a un « + value » a servir un parti politique. Il peut y avoir des portes qui s’ouvre…

    Mais aussi des portes qui se ferme et c’est aussi un levier important une fois qu’on entre dans une famille politique…

    On a qu’a voir M. Aussant….

    C’est pas evident que des portes se sont pas ferme au Quebec essentiellement en raisons d’appartenance politique…

    —–

    (c)

    Est-ce que c’est le certificat en etude africaine… mene vraiment a un poste dans une firme d’expert comptable ….

    • 18 août 2013 · 17h37 Claude Perrier

      Monsieur IAN, vous êtes de mauvaise foi. Ou alors, vous ne comprenez pas ce qui est écrit autant dans le billet de Monsieur McSween que dans les commentaires.

      Vos interventions sont pénibles pour peu que l’on valorise l’honnêteté intellectuelle et le simple bon sens.

      Exprimez-vous, c’est votre droit le plus strict.

      Mais svp, évitez de citer des bouts de commentaires d’autres membres (sans même nommer ces membres) et d’en faire tout un plat alors que vous n’y avez rien compris. Ce n’est pas à votre avantage d’agir de la sorte. Et ça indispose beaucoup, de surcroît.

      (Dommage que je me sois senti obligé de réagir ainsi, mais on ne saurait laisser passer certaines choses sans réaction.)

    • 20 août 2013 · 10h56 le calinours bienveillant

      claude!

      « …et d’en faire tout un plat alors que vous n’y avez rien compris. »

      encore une fois tu optes pour une stratégie défensive pas trop exigeante: l’autre n’a pas compris.

      si ian n’a pas compris, claude, c’est que tu t’es mal exprimé. à toi donc de préciser tes mauvaises idées. ou peut-être choisiras-tu, paresse oblige, de laisser faire et de perdre ce débat claude?

  • 18 août 2013 · 21h34 P. Lagassé

    Ce n’est pas tant la prime en soit qui m’agace, ce sont les circonstances de sa démission:
    - élu depuis moins d’un an: Il lâche donc ses électeurs pour une question d’ambition personnelle sans une pensée pour eux. Soit sur un coup de tête (pas très respectueux), soit en sachant quand il a été élu qu’il avait de bonnes chances de partir (et il aurait cacher ce fait capital à ses électeurs)
    - Il se lance à Ottawa, alors qu’on sait que les élections générales n’auront lieu qu’autour de… 2015
    - en même temps, son propre chef (Couillard) refuse de se présenter chambre via une élection partielle parce que…les élections québécoises seraient « imminentes »

    Alors pourquoi lâcher son poste à Québec alors qu’il aurait pu terminer son mandat à Québec. Quitte, si vraiment les élections québécoises se faisaient attendre encore 2 ans, lâcher à ce moment.

    Qu’elle urgence de lâcher son poste ?

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

À propos RSS

  • Pierre-Yves McSween
    Professeur | Chroniqueur | Consultant | Conférencier | MBA, CPA, CA On discute d'économie, de finances personnelles, de littératie financière et de politique dans un climat de répartie.

S’abonner au blogue

@pymcsween

+ @pymcsween →

Catégories

Favoris