Avec Après la fin, une pièce de l’auteur britannique Dennis Kelly, le comédien Maxime Denommée signe sa deuxième mise en scène.

Maxime Denommée et Sophie Cadieux s’apprêtent à devenir les protagonistes d’Après la fin. Ce texte de Dennis Kelly, traduit par Fanny Britt dans une langue bien de chez nous, s’inscrit dans un courant actuel de la dramaturgie britannique: dialogues crus, parole rythmée et émergence graduelle d’une grande violence. La pièce a tout de suite interpellé le jeune comédien-metteur en scène.

"Dans cette dramaturgie-là, tout passe par le rythme et c’est de là que naissent les émotions, explique-t-il. Je m’aperçois que je suis vraiment allumé par la technique, je décroche tout de suite quand les acteurs se mettent à parler de la psychologie des personnages." Il racontera d’ailleurs, le sourire en coin, qu’il a dû s’adapter pour diriger Sophie Cadieux, une actrice qui prend un chemin tout à fait différent du sien pour arriver au même résultat. "Mais ce texte-là, c’est une affaire de tempo, il faut être attentif aux mots, aux tons, aux silences, aux répétitions. Pour l’acteur, ça demande de la virtuosité, tout est réglé au quart de tour."

Après la fin, c’est un huis clos: deux amis enfermés dans un abri nucléaire alors que dehors, la guerre au terrorisme post-11 septembre a transformé l’Angleterre en champ de bataille. Mark y a traîné Louise, inconsciente, et dans cet abri où ils luttent pour leur survie, s’installent des jeux de domination qui éclateront peu à peu en violence incontrôlée. Le dialogue est réaliste et sans artifices, la violence est crue.

"Sauf que ce n’est pas une progression constante, précise Dénommée. Souvent, la situation évolue jusqu’à ce qu’on sente que la violence va naître, et puis il y a une cassure, la violence est désamorcée par une scène plus drôle." Il ajoute ensuite que l’intérêt de la pièce, c’est aussi sa dualité, sa double signification, le fait que ce huis clos soit à la fois le théâtre d’une lutte intime et celui d’une véritable guerre terroriste, autour d’un constat central: on ne peut pas s’imposer à l’autre.

Comme les pièces de Sarah Kane ou d’Edward Bond, Après la fin offre son lot de scènes très dures: viol, attaques physiques, destruction. Une telle violence continue de bousculer la scène théâtrale, même plus de 10 ans après les premières pièces de Kane. Est-il possible de jouer au théâtre des scènes d’un réalisme aussi cru? De les rendre vraisemblables et puissantes sans recourir à l’oeil plus direct de la caméra de cinéma?

"Je crois que oui, répond Denommée. On a en tout cas choisi de ne pas atténuer la violence, on la traite d’une manière réaliste et crue. Je trouve que l’évocation est dix fois pire parce qu’elle laisse l’imagination y voir des horreurs encore plus monstrueuses." Dénommée souhaite que le public soit captivé et ressorte vivement ébranlé.

Partagez cette page

+ SUR LE MÊME SUJET : , , , ,

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

Blogues des partenaires

+ Blogues →

Concours

  • ANDROMAQUE 10-43

    À gagner, 1 des 2 paires de billets pour le spectacle "ANDROMAQUE 10-43" (prononcez 10 puissance moins 43) le samedi 18 octobre prochain au Théâtre Denise Pelletier avec Monica Budde, Jeanne De Mont, Frédéric Landenberg, Denis Lavant et Meggie Proulx- Lapierre.

+ Concours →