Fin de partie

nous emmène dans un univers où tout se dérègle, s’anéantit peu à peu. Y figurent quatre personnages, en marge de cette fin du monde, attendant eux aussi de sombrer, meublant les heures de jeux, d’inventions, de rapports de domination. Pour les incarner, quatre comédiens magnifiques, toujours perchés entre dérision et fine émotion, au bord du vertige. La mise en scène de Lorraine Côté, attentive, empreinte de tendresse et d’humanité, prolonge avec art le texte de Beckett. Elle crée un univers froid et glauque – que suggèrent efficacement décor, éclairages, effets sonores – dans lequel palpitent encore, pourtant, des coeurs humains, vulnérables, cherchant distraction et réconfort, même ténus, avant la fin. Poignant et lumineux.

Les derniers humains Critique par - 2012-01-26
Cote: 4


Partagez cette page

+ SUR LE MÊME SUJET : 

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

Infolettres