Gardiens de l’absolu et d’une liberté sans compromis, Ines Pérée et Inat Tendu incarnent l’échec du rêve dans une folle quête d’adoption, explosive et étourdissante.

Quand on démarre à fond de train, soit le rythme s’écrase par la suite, soit il se maintient à un niveau d’énergie maximal et risque de saouler. Ce deuxième cas de figure s’applique à l’Ines Pérée et Inat Tendu mis en scène par Frédéric Dubois. Surexcité dès son entrée en scène, le duo exalte en cris et danses enflammées la révolte incontrôlable de l’enfance indomptée, mais les orphelins en quête d’une place sur terre auront beau faire des pieds et des mains, personne ne voudra les adopter. Trop intenses, trop radicaux, ces êtres marginaux seront exclus des rangs d’une société conformiste et aseptisée. La pureté de leur colère se corrompt, leur naïveté se désagrège et la poésie s’use dans une déchéance toute ducharmienne.

La beauté du rêve de l’enfance se heurtant à la laideur du monde adulte est la courbe dramatique typique de l’oeuvre de Ducharme, et le choc entre ces deux mondes, sa clef de voûte. Dubois oppose ces univers avec beaucoup de panache, mais le rythme effréné et l’enthousiasme surdimensionné de ses personnages nous épuisent. La démesure de Ducharme est difficile à illustrer sans tomber dans l’outrance. Rares sont les interprètes qui réussissent à transmettre justement cette naïve rébellion traversée de désespoir, parce que le voyage des jumeaux en est un de noire désillusion. Catherine Larochelle excelle en Ines survoltée, brutale et radicale, incarnant à merveille la poésie déstructurée de l’auteur qui contamine sa gestuelle brisée et dessine la chute d’un ange perdant sa verdeur. Les mots de l’auteur décadent sont plus récités que sentis chez Steve Gagnon, moins convaincant, mais ce sont les personnages secondaires qui donnent à la pièce son envol, provoquant le choc des mondes qui module l’euphorie exténuante des enfants. Miro Lacasse offre un étonnant psychiatre pétrifié dans ses propres perversions, Anne-Élisabeth Bossé fait une remarquable bonne soeur incrédule et parfaitement ridicule, alors que France LaRochelle compose une Isalaide particulièrement forte et expressive qui, au contact de la folie des enfants, se libérera de ses chaînes, à l’image de la société québécoise que Ducharme a peinte dans son émancipation et dont il a prédit la dégradation.

Dans un décor baroque, une belle utilisation de l’espace et de la musique et un joli clin d’oeil aux Indignés, Dubois livre une mise en scène vivante et ludique sans complètement occulter la part sombre du texte qui demeure toutefois timide aux côtés de l’excitation loufoque dont on est vite saturé. Un brin trop longue, la pièce fait tout de même son effet. Un orage décoiffant qui rue dans les brancards.

Gonflé à bloc Critique par - 2012-03-08
Cote: 2.5

Partagez cette page

+ SUR LE MÊME SUJET : , , , , ,

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel