Je nous souhaite d’être à la hauteur de nos attentes. 

D’être plus fiers. 

Avec les années que ça nous a pris pour nous organiser, nous structurer, on a oublié que notre plus belle arme est la liberté. Et on a oublié du même coup d’être fiers, nous terrant derrière toutes ces manières d’être et d’agir que nous nous sommes imposées. Il n’en tient qu’à nous de dire non au temps que l’on veut calculer, aux demandes qui nous aplatissent, nous égalisent, non aux collectes de fonds comme si nous étions des organismes de charité (je n’ai rien contre les organismes de charité, mais nous n’en sommes pas). 

L’art est public, son rôle est vital, s’ils ne veulent pas suivre, eh bien nous marcherons quand même.

Prenons plus de place, sans gêne et dans le désordre.  

Partagez cette page

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel