Signaler un abus

Billet : Pour un cours de culture scientifique au collégial
Commentaire par : Jean-François Mongrain
Quelle excellente idée! Notez, par contre, que le deuxième cours de philosophie peut très bien être utilisé à cette fin. De mon côté, suite à Descartes et la révolution scientifique (passage de la téléologie au mécanisme, exposé notamment à l'aide de Galilée et de Newton) j'enchaîne avec Turing, Parfit, Searle et Dennett (qui me permet d'aborder Darwin.) Bref, un cours en anthropologie philosophique permet d'aborder de nombreuses notions en physique, en informatique (machine de Turing, explication simple des résultats de Gödel), en biologie et en psychologie (les expériences de Libet dont discute Dennett, par exemple, ou les cas de séparation des hémisphères du cerveau qui servent à Parfit.) Ceci me permet aussi d'apprendre à mes étudiants ce qu'est, par exemple, le rasoir d'Ockham, la clause Ceteris paribus, la différence entre une distinction réelle et une distinction nominale, l'erreur de catégorie ou la différence entre principe nécessaire et principe suffisant. Le but du cours étant d'apprendre à comparer diverses théories, j'essaie d'outiller mes étudiants à évaluer correctement ces théories. Ça n'est pas parce que 98% des manuels abordent Marx, Freud et Sartre que l'on ne peut pas faire autrement. Rien dans le devis ministériel n'empêche de faire dans le cadre de ce cours appel à la culture scientifique si l'on choisit des auteurs (souvent eux-mêmes à la fois philosophes et scientifiques) qui basent leurs conceptions anthropologiques sur certaines théories ou certains résultats scientifiques. Et je ne suis pas le seul à ce faire. Plusieurs de mes collègues, eux-aussi, utilisent ce cours comme occasion de parfaire quelque peu l'éducation scientifique des étudiants. Nous devons être 4 ou 5, à mon seul collège, qui abordons au moins Darwin et la théorie de l'évolution dans le cadre de ce cours, parfois directement, parfois par l'intermédiaire d'un Dennett, d'un Dawkins ou d'un Pinker. Beaucoup abordent aussi Skinner, certains La Mettrie, je me souviens avoir déjà enseigné à propos de Claude Bernard et Norbert Wiener. Bref, il suffirait peut-être de revoir l'offre au niveau des manuels du deuxième cours de philosophie. Par contre, je n'ai rien contre un cours général supplémentaire dédié à cette fin, mais la tendance est plutôt de couper dans la formation général commune.

← Retour aux commentaires












Infolettres