Signaler un abus

Billet : Les «erreurs de calcul» du FMI
Commentaire par : Marie
Le FMI est un instrument de pouvoir au main d'une idéologie particulièrement dévastatrice sur le plan économique et social. Ses politiques n'ont jamais eu pour but de secourir les pays dans lesquels il est intervenu mais de profiter de leur situation d'extrême faiblesse (bien souvent provoquée par ces mêmes principes économiques qui font de l'appât du gain une vertue: http://www.monde-diplomatique.fr/2011/08/RIMBERT/20857, http://www.atterres.org/sites/default/files/L%27Espagne%2C%20douze%20ann%C3%A9es%20d%27aveuglement.pdf , http://www.atterres.org/sites/default/files/L%27imbroglio%20grec.pdf) pour ouvrir leurs marchés, notamment des capitaux, à divers intérêts étrangers tout en imposant de facto l'ultra-libéralisme et l'austérité à leurs institutions et leurs populations. À lire à ce sujet: http://www.monde-diplomatique.fr/2011/08/RIMBERT/20857 « La capacité du FMI à détecter convenablement les risques qui prenaient de l’ampleur a été freinée par un degré élevé de pensée doctrinaire, un a priori intellectuel », pouvait-on lire. « L’opinion dominante au sein des services du FMI — groupe cohésif de macroéconomistes — était que la discipline et l’autorégulation du marché suffiraient à écarter tout problème majeur des institutions financières. » L'économie n'est pas une science formelle et qu'elle cherche si désespéramment à prétendre l'être sans pour autant être en mesure de se prévaloir de la méthode scientifique en dit long sur ses intentions: imposer comme vérité absolue ce qui relèverait presque de la croyance. À ce sujet: http://www.alternatives-economiques.fr/l-economie-n-est-pas-une-science_fr_art_101_9945.html

← Retour aux commentaires