(^_^) Entrée 3

21 septembre 2012 13h40 · Simon Arès

Dans le dernier billet :

(À le voir s’y prendre, il devient vite apparent qu’évoluer dans les ordures n’est pas son fort. Hélas, il ne se fait pas de parfait passe-temps : quand même s’efforcerait-il de trouver des gisements plus faciles d’accès, la philatélie reste à la base une affaire d’initiés.)

***

I grec – Deux – K

***

(^_^)
Entrée 3

Ceci dit, Melbourne s’en tire jusqu’ici décemment pour un amateur de sa trempe. La table est donc mise pour un minimum de bleus, d’autant plus que surgit le type de la poste en renfort de derrière les casiers, question de le remettre enfin sur pieds. Le pauvre, il était temps qu’on le tire de là.

Cependant, qu’on ne le pense pas pour autant sorti d’affaire. Son bienfaiteur et lui ne se sont jamais parlé qu’à travers les casiers des postes, et voilà désormais qu’ils se dévisagent en silence. Il s’agit sur le coup de formuler des phrases banales, politesse oblige, mais chacun sait que parfois ça ne vient pas.

Tiens, j’en ai rarement vu des comme lui, dit tout compte fait le type de la poste à propos du timbre que Melbourne exhibe à la façon d’un leurre le temps de se doter d’une bonne réplique.

À suivre.

Partagez cette page

Classé dans :  Création

L'opinion émise dans ce billet n'engage que son auteur et ne représente pas nécessairement celle du journal Voir.

À lire aussi

+ Ajouter le vôtre Commentaires 4

  • 25 septembre 2012 · 05h39 Claude Perrier

    De l’hermétisme à la lueur blafarde d’un fugace rayon sélène. Pour une intrigue nébuleuse s’il en fût…*

    (L’affection est possiblement contagieuse, oserais-je avancer: «fût» ou «fut»? À moins qu’il n’eut plutôt fallu plus correctement choisir entre «eut été» ou «eût été» – en ajoutant alors évidemment le supplétif «une» pour fins de clarté. Vraiment, je ne sais trop comment m’extirper de ce doute envahissant qui m’assaille…)

    • 26 septembre 2012 · 22h22 Simon Arès

      Je comprends tout à fait votre point. Soyez sans crainte, le tout devrait se clarifier sous peu.

  • 26 septembre 2012 · 05h54 Claude Perrier

    À constater votre grand «empressement» à mettre en ligne les commentaires des intervenants, Monsieur Arès, vous pouvez sans faute compter sur une belle bousculade au tourniquet…

    (Mais l’ombre est possiblement ce que vous recherchez. Alors, vous êtes très bien parti pour en profiter pleinement. Alors… bonne journée nuageuse à souhait, hum!)

    • 26 septembre 2012 · 22h05 Simon Arès

      Monsieur Perrier, vous me pardonnerez ce délai prolongé, je me trouvais à l’extérieur de l’écran. Vingt-quatre heures auront suffi à vous faire perdre patience; toutes mes excuses. Sachez que le tourniquet tourne à nouveau comme le moulin sur l’eau…

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

À propos RSS

  • Simon Arès
    Dans ce blogue, il sera question, dans le désordre : de Sasquatch; de sucre à la crème; de philatélie; de Melbourne, mais pas de la ville; de robotique; de grosse truite; et de bogue, surtout. Bref, de quoi faire un mémoire en littérature.

S’abonner au blogue

Catégories