La confusion est ma méthode

6 mars 2013 17h18 · Théâtre d'Aujourd'hui

«Il y a pas un café un peu art déco, près de je sais plus quelle rue ?» La question, posée par Charles, le père du protagoniste de Furieux et désespérés, provoque le rire des spectateurs. Resté au Québec, ce personnage se contente de revisiter son pays d’origine en accompagnant son fils au téléphone. Peu importe l’imprécision de la question, Mathieu sait de quel endroit parle Charles, rappelant du coup aux spectateurs encore amusés que même si le flou a mauvaise presse par ici, il s’agit, dans certaines circonstances, d’un formidable outil d’appréhension du monde.

On sous-estime les vertus de la confusion. Car peu importe qu’il y ait 9000 kilomètres de distance entre Montréal et Le Caire et que Farouk  ait perdu le pouvoir 60 ans avant Jean Charest : pour des écrivains comme Kemeid et moi, la nécessité, qu’elle soit biographique, littéraire ou politique superpose les espaces comme les époques et produit le genre d’enchevêtrements dont Furieux et désespérés regorgent.

Vous penserez à ça devant la mémorable sorcière en gougoune incarnée par Pascale Montpetit, Pythie dont la transe nous ramène deux cents ans en arrière, quand l’ancêtre de Mathieu apprend à son village natal la mort de Napoléon (Naboulion mat !) ou à quand Champollion en personne, à la fin de la pièce, indique au protagoniste la direction à suivre pour retrouver Nora.

Gardez aussi en tête que c’est ce flou qui complique singulièrement les relations entre des personnages pourtant réunis dans la détresse : comment ne pas être troublé par la réponse du père lorsque Mathieu, toujours au téléphone, lui demande de l’aide pour libérer Éryan, victime de la répression lors du printemps arabe, et que ce même père répond : «Tu veux que je libère un de ceux qui nous ont fait fuir ?». Kemeid rappelle qu’au royaume de la souffrance, tout est à égale distance.

Je pose à la question : comment se sortir d’une telle impasse ? En refusant l’héritage de haine qu’imposent parfois les parents (Nora : «tu m’énerves avec ton passé») quitte à se faire apôtre de la dénégation ? En refusant l’intensité de l’engagement en se résignant soit à fuir, soit à se complaire dans l’apathie (Nadia, à propos des manifestants : «s’ils se tenaient tranquilles nous n’en serions pas là.») ?

Je ne sais pas. Mais je sens qu’il faut continuer à s’approprier ces histoires qui ne sont pas tout à fait les nôtres, même si cela implique de faire encore plus de mélanges. Une phrase de Nora, la troublante révolutionnaire qui emprunte les traits d’Émilie Bibeau, exprime le dilemme auquel fait face l’écrivain qui décide de s’engager sur le confondant chemin des politiques de la littérature : «je préfère courir plutôt que de décrire la course».

Il vous reste encore dix jours pour attraper Furieux et desespérés.

Alain Farah

 

Partagez cette page

Ajouter un commentaire

Pour participer au concours, vous devez entrer votre nom complet et votre numéro de téléphone.

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel (ne sera pas publié)
Optionnel

Présentation

Le Théâtre d’Aujourd’hui est un théâtre d’auteurs où le texte dramatique constitue à la fois le point de départ et le centre des projets artistiques. Il se consacre exclusivement à la création, la production et la diffusion de la dramaturgie québécoise, et canadienne d’expression française.

www.theatredaujourdhui.qc.ca/

Acteurs principaux du TDA

  • Sylvain Bélanger

    Sylvain Bélanger
    Codirecteur général et directeur artistique, Théâtre d’Aujourd’hui
    Lire la bio

  • Suzanne St-Denis

    Suzanne St-Denis
    Co-directrice générale et directrice administrative, Théâtre d’Aujourd’hui
    Lire la bio

Concours

À gagner, une paire de billets pour la pièce Alfred
(représentation du 19 avril 2014).

Pour participer, indiquez-nous dans les commentaires de ce billet votre photo favorite et pourquoi.

Le tirage aura lieu le 17 avril, à 9h. Les gagnants seront contactés par courriel, et les billets seront disponibles le soir de la représentation à la billetterie du théâtre.

Calendrier

Salle principale

Salle Jean-Claude Germain

@tdaujourdhui sur Twitter

Derniers commentaires

À lire également

Théâtre d'Aujourd'hui
3900 rue Saint-Denis, Montréal info@theatredaujourdhui.qc.ca
www.theatredaujourdhui.qc.ca

Billetterie
T 514-282-3900
billetterie.theatredaujourdhui.qc.ca/

Le magazine du Théâtre d’Aujourd’hui
3900.ca