Chaque achat de livre a son histoire

18 juillet 2012 23h15 · Venise Landry

J’ai vraiment fait un bon coup d’entrer à la librairie Monet. Faut dire que c’est toujours Marsi, mon bédéiste préféré qui m’y entraîne. Il est sûr que dans ce lieu, il trouvera l’album de bande dessinée qu’il désire, le choix est faramineux. Bien sûr, j’en profite pour reluquer le présentoir de romans québécois, prenant plaisir à jauger la diversité et la quantité de titres. J’ai vu sur leurs tablettes certains titres québécois sortis depuis six mois, aussi bien dire le grand luxe pour les auteurs qui, assez souvent, voient leurs ouvrages trôner à peine trois mois. Mais il y a des librairies d’exception, et la librairie Monet en est une à Montréal, au même titre que l’est la librairie Vaugeois à Québec.

Je trouve difficile de mettre les pieds dans une librairie. Un genre de gageure que de feuilleter, lire les quatrièmes, dévorer les extraits de commentaires (les libraires en glisse dans certains volumes) et ne RIEN acheter. Ma promesse de lire, le plus tôt possible, certains auteurs dont leurs titres me sont offerts par la maison d’édition, me retient fermement. Encore plus quand on m’a déjà proposé le titre que je tiens en mes mains et que je n’y ai pas donné suite. Je tournais et retournais le roman Mayonnaise d’Éric Plamondon. Il me faisait envie. J’ai avalé les deux premiers chapitres et j’ai tout de suite été projetée dans l’instant de l’écrivain. C’en était trop de résister, d’un geste brusque et fier, je l’ai arraché à sa pile, brandi sous les yeux de Marsi, claironnant un fier « Je l’achète ! »

Est-ce que mon enthousiasme se lisait dans ma figure, un libraire m’a interpelé me disant que j’avais fait un excellent choix. Il avait aimé le premier titre, Hongrie-Hollywood Express et avait dévoré le deuxième, le déclarant même meilleur que le premier. De plus en plus fière de mon achat, j’arrive au comptoir pour payer, la caissière attrape le livre, et tout en le feuilletant avec convoitise, déclare qu’elle avait adoré le premier et qu’elle brûlait d’entamer ce Mayonnaise. Je lui avoue que ce sera ma première rencontre avec l’auteur. On félicite mon audace de commencer par le deuxième, même si le premier a été en lice au Prix des libraires. Les deux libraires, parce qu’elles sont deux derrière le comptoir, aiment cet auteur et prévoient que Mayonnaise risque de se retrouver une seconde fois parmi la liste des finalistes l’an prochain. Celle qui s’occupe de ma transaction m’assure que c’est ce qu’elle a lu de mieux ces derniers temps et en me remettant mon livre avec un large sourire, elle bénit l’existence d’Éric Plamondon.

Les oreilles m’en bourdonnaient pour l’auteur ! Dans ces moments-là, je pense à ces êtres solitaires que sont les écrivains qui bûchent sur les mots, doutent, effacent, corrigent, écourtent leur nuit, grugent une part de vie sociale pour sortir leur histoire, sans savoir comment elle sera accueillie et même, parfois, si elle le sera. Si je passe le mot, c’est pour eux qui travaillent avec acharnement, un an, deux ans, à tâtons et dans l’ombre. Une corde sensible vibre en moi en pensant à eux.

J’ai quelque peu ralenti mes interventions Chez Venise, à cause de mon déménagement qui fut un branle-bas de combat assez exemplaire. Ce n’est pas une mince affaire d’y revenir, parce que rapidement la vague de la vie m’a submergé, et rapidement je n’ai plus su où tu trouvais la force pour la traverser sans me noyer. Si je retrouve le souffle, si je reprends le rythme de ma respiration, c’est grâce à des visites comme celle que je viens de faire.

Il s’agit de retrouver une routine chez moi pour revenir Chez Venise. Et la routine, je le constate une fois de plus, c’est le lit où repose la discipline.

Partagez cette page

Classé dans :  Auteur, Libraires, Librairies, Livres
+ sur le même sujet :  , , , , ,

L'opinion émise dans ce billet n'engage que son auteur et ne représente pas nécessairement celle du journal Voir.

+ Ajouter le vôtre Commentaires 2

  • 20 juillet 2012 · 09h14 Claude Perrier

    Le «message», c’est ce qui pourra bien sûr rejoindre… mais le «messager» en sera généralement la clef, ce qui permettra de mieux décoder les signaux envoyés. Peut-être serez-vous comme moi de cet avis, Madame Landry…

    Et c’est ainsi que les biographies et autres éléments accessoires aux œuvres des créateurs m’ont toujours parus bien incontournables si l’on désire enfin véritablement comprendre ce qui nous est présenté. Du poète Charles Baudelaire, j’ai ainsi les deux tomes de sa correspondance (La Pléiade) et du cinéaste Charles Chaplin, j’ai lu la fascinante biographie. Et ainsi de suite pour plusieurs autres.

    Cet auteur dont vous nous donnez un aperçu, Éric Plamondon, je n’en avais jamais entendu parler.

    Je suis donc allé fouiner du côté de son éditeur (Le Quartanier) et j’en suis revenu avec cette impression que nous avons affaire ici à un «inclassable». Un individu du type touche-à-tout. Voici d’ailleurs les quelques renseignements à son sujet que nous livre son éditeur:

    «Éric Plamondon est né à Québec en 1969. Il a été pompiste à Donnacona, bibliothécaire à Thetford Mines, barman sur la Grande Allée, et a enseigné le français à l’université de Toronto. Il vit aujourd’hui à Bordeaux. Chargé de communication et Media Designer pendant plus de dix ans, il travaille actuellement au dernier opus de sa trilogie 1984, où l’on suit les destins de Johnny Weismuller (Hongrie-Hollywood Express, 2011), Richard Brautigan (Mayonnaise, 2012) et Steve Jobs (Pomme S, 2013).»

    À lire cette notice le concernant, il appert que l’inclassable touche-à-tout ait une inclination relativement aux messagers – lui également… Même le titre de sa trilogie – 1984 – renvoie à un auteur-messager notoire s’il en fut, soit l’essayiste et romancier anglais George Orwell (1903-1950).

    Enfin, je n’ai rien lu de cet auteur. Rien lu sauf que plusieurs critiques et commentateurs l’encensent.

    En terminant, en accord avec cette manie compulsive que j’ai de bien identifier lorsque possible qui est qui, même minimalement afin de situer qui me lirait, voici mes dernières touches relativement aux héros de cette trilogie 1984. Soit leurs dates respectives d’arrivée et de départ parmi nous:

    Johnny Weismuller (1904-1984)
    Richard Brautigan (1935-1984)
    Steve Jobs (1955-2011)

    (On notera que l’année 1984 revient à deux reprises dans les dates de départ concernant les protagonistes de l’auteur. Cela serait-il significatif d’une quelconque façon?)

  • 20 juillet 2012 · 12h42 Venise Landry

    Sincèrement merci, monsieur Poirier, de compléter ainsi mon billet par des dates et faits intéressants. Assez souvent, oui, les oeuvres ressemblent un peu à leur auteur, aussi ces infos ne sont pas inutiles. Elles nous situent.

    Pour ma part, je suis de celle qui situe peu les gens et les événements, je ne m’en vante pas, ainsi il en va de mon caractère. Par contre, quand on apporte ces informations sous mes yeux, j’apprécie.

    1984 ? J’ai tout de suite remarqué. Hasard ?

    J’espère en tout cas que vous pousserez votre curiosité jusqu’à le lire et me donner votre avis.

    Bien vôtre,

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

À propos RSS

  • Venise Landry
    J'aurais voulu être une artiste ? Euh ... non, journaliste ! Travaille fort pour que l'on consomme à outrance littérature et cinéma de chez nous. Comme une consommatrice avertie en vaut deux, je suis deux et passe le mot de la littérature québécoise depuis 2005 : www.passemot.blogspot.com

S’abonner au blogue

@VeniseLandry

+ @VeniseLandry →