Bédéiste, écrivain, conteur : artisans des mots

9 septembre 2012 23h37 · Venise Landry

Bédéiste

C’est Jimmy Beaulieu. Je ne sais pas s’il voulait que son article passe inaperçu, cette fameuse lettre qu’il adresse aux journalistes suite à la tentative d’attentat au Métropolis, mais c’est raté. Son texte est frappant, il nous parle du choix des mots, ceux que l’on emploie sans se tourner la langue française sept fois quand on communique aux téléspectateurs un tragique incident impromptu. Dans son texte « Un malade mental », le bédéiste ne condamne pas, il nous fait plutôt respectueusement réfléchir au poids des mots.

Écrivain

La chronique de Bertrand Laverdure : Vivre avec des gens instables dans une société émotive est à la mode du jour. Simon Jodoin, s’il n’était pas en quarantaine, pourrait se repaître de lire un écrivain d’envergure, qui traduit en langue admirablement littéraire, ce qu’il s’est tué à nous dire avant sa disette volontaire de 30 jours, débranché, sauf de lui (je peux parler de Simon Jodoin, il est hors d’ondes, j’en profite ;-) !)

Le prochain, Jean-François Beauchemin, qu’on peut maintenant traiter d’écrivain populaire, c’est ce qu’on m’a dit, est mon préféré. Va sans dire que j’aime ses mots mais je vais le dire, puisque je suis là pour ça. Il s’emploie, depuis ces quatre derniers titres, à arpenter la vie sous l’angle de mots justes aux accents poétiques, pour nous la faire découvrir sans prismes déformants. Quant à moi, il y réussit, je grandis à le lire. D’un cheveu seulement peut-être, qui en a vraiment la mesure, mais je me sens mieux dans ma peau, de plus en plus en amitié avec la beauté du monde.

Si vous passez au Passe-Mot, Jean-François attend que vous le regardiez dans les yeux (vidéo), il va vous parler de son dernier opus « Le hasard et la volonté ». Curieusement, il n’en parle pas de la même façon que moi

Conteur

C’est mon dessert. Il y a juste Fred Pellerin pour me faire avaler et ravaler un commercial jusqu’à plus soif. Si vous manquez cette vidéo de 1 m 10 sec. c’est que vous venez de vous faire arracher une dent et voulez éviter de sourire.

Partagez cette page

Classé dans :  Actualité, Auteur, Bande dessiné, Humour, Livres, Réflexion littérature
+ sur le même sujet :  , , , , , , , , , ,

L'opinion émise dans ce billet n'engage que son auteur et ne représente pas nécessairement celle du journal Voir.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

À propos RSS

  • Venise Landry
    J'aurais voulu être une artiste ? Euh ... non, journaliste ! Travaille fort pour que l'on consomme à outrance littérature et cinéma de chez nous. Comme une consommatrice avertie en vaut deux, je suis deux et passe le mot de la littérature québécoise depuis 2005 : www.passemot.blogspot.com

S’abonner au blogue

@VeniseLandry

+ @VeniseLandry →