À contre-courant dans cette métropole de design, certains établissements montréalais d’hier ont préservé le même décor depuis leur ouverture. Certains le font par nostalgie, d’autres par souci d’authenticité… Mais tous ont fait de leur décor leur signature.

Chez Ménick

Il y a 52 ans que Ménick a ouvert son salon de barbier, rue Masson. Depuis l’agrandissement, il y a 42 ans, rien n’a changé, sauf quelques laminés qui se sont ajoutés sur les murs. Car celui qui est maintenant reconnu comme le barbier préféré des sportifs a besoin d’assurer un certain roulement dans les photos qu’il accroche s’il veut faire une place à toutes les stars qui visitent son salon. Il y a tant de cadres qu’on ne voit pratiquement plus la couleur des murs! Le plancher qui imite une glace de hockey, les décorations à l’effigie des Canadiens et des Expos, ainsi que les magnifiques chaises de barbier au look devenu "vintage" forment le décor unique du salon.

On remarque également plusieurs objets inusités, comme cette immense chaise construite avec des bâtons de baseball. "C’est l’artiste Claude Lavoie qui me l’a fabriquée. La majorité des choses que j’ai ici m’ont été offertes. Tout le monde peut acheter une chaise, mais ce que j’ai ici, ce sont des objets uniques", fait remarquer Ménick avec fierté. Au fil des ans, certaines personnes ont tenté de lui proposer de revamper et de moderniser l’endroit, ce à quoi il leur a répondu: "Mêlez-vous de vos affaires!", en esquissant son sourire légendaire.

La Binerie Mont-Royal

Jocelyne et Philippe Brunet ont eu un réel coup de coeur pour La Binerie Mont-Royal lorsqu’ils en ont fait l’acquisition en 2005. L’établissement qui a ouvert ses portes en 1940 n’a pas changé d’un poil, du moins au premier coup d’oeil. "Quand quelqu’un revient après plusieurs années et nous confie être bien heureux de voir que le restaurant n’a pas changé, je me dis: mission accomplie", raconte Jocelyne, qui admet avoir tout de même fait de légères modifications. Par exemple, le comptoir a été remplacé par un autre en bois, dans lequel est gravée une fleur de lys. "L’important, si on fait de légers changements dans la décoration, c’est de préserver l’esprit initial de l’endroit", ajoute la copropriétaire.

Le grand tableau noir sur lequel sont inscrits les plats au menu, les tabourets et les oeuvres d’art sur les murs font partie des éléments d’origine. Les dessins en question sont des illustrations de Joseph-Edmond Massicotte, qui aimait représenter des scènes importantes de la culture québécoise dans les années 1920. "On y retrouve des traditions qui se sont un peu perdues de nos jours, mais qui relatent notre histoire, comme la bénédiction paternelle au jour de l’An, la grande demande en mariage ou l’épluchette de blé d’Inde", explique Jocelyne Brunet.

Le Théâtre Rialto

Le Théâtre Rialto abrite l’une des plus belles salles de spectacle de la métropole. Datant de 1924, il possède une façade aux allures de l’Opéra de Paris. Mis à part ce qui se produit sur la scène, le spectacle au Rialto se trouve réellement au plafond, orné d’un immense vitrail, d’oeuvres d’art et de dorures d’origine.

Quelques éléments du décor ont été changés avec les années, mais le nouveau propriétaire, Ezio Carosielli, tente de leur donner une seconde vie. "Dans les années 40, alors qu’ils projetaient des films dans la salle, les anciens propriétaires ont construit un plafond suspendu pour cacher ce merveilleux dôme", explique-t-il en montrant du doigt le splendide plafond du premier étage sur lequel il va poser un vitrail, comme sur celui du deuxième. "En enlevant d’immenses plaques de verre sur les côtés de la scène, on a aussi découvert de magnifiques loges où on a installé des sièges pour offrir des places de choix aux spectateurs", précise M. Carosielli.

L’Hôtel de la Montagne

L’Hôtel de la Montagne est l’un des premiers hôtels-boutiques à avoir fait son apparition au centre-ville. Cet établissement indépendant présente un décor unique. "Même si, pour certains, le terme rococo a une connotation péjorative, moi, je n’ai pas peur du mot. C’est le style qui a inspiré le décor de l’hôtel il y a 30 ans et qu’on veut conserver encore aujourd’hui", mentionne le propriétaire, Bernard Ragueneau.

En entrant dans le lobby, la première chose que l’on remarque, c’est l’imposante fontaine au milieu de laquelle trône une statue dorée de fée aux ailes multicolores. Le marbre du plancher, les moulures et les poutres confèrent un style luxueux à l’endroit. L’immense lustre a été acheté par le propriétaire lui-même dans un encan de New York. "Ce que je veux, c’est qu’il y ait de la vie dans le lobby, que l’ambiance y soit chaleureuse", conclut-il.

Carnet d’adresses /

Barbier Chez Ménick: 1960, rue Masson, 514 598-0467

La Binerie Mont-Royal: 367, avenue du Mont-Royal Est, 514 285-9078, www.labineriemontroyal.com

Théâtre Rialto: 5723, avenue du Parc, 514 770-7773, www.theatrerialto.ca

Hôtel de la Montagne: 1430, rue de la Montagne, 514 288-5656, www.hoteldelamontagne.com

Partagez cette page

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

Infolettres