Un resto réputé, un traiteur, de la télé, Giovanni Apollo s’ennuie rarement. Et pourtant, il a encore trouvé du temps pour ouvrir un deuxième resto: Bistro Apollo Concept.

Giovanni Apollo: vous lui connaissez sûrement la bouille lunaire si vous regardez les émissions de la télé publique comme Des kiwis ou Pour le plaisir. Il y égrène ses recettes, relevant quelques défis culinaires, toujours dans la bonne humeur. Bavard comme pas deux, toujours à la course, il saute d’un resto à l’autre, s’occupe de ses services traiteur et corporatif… bref: il roule. Et vite. Sa cuisine se définit en trois mots: "plaisir, raffinement et découverte". Toujours à la recherche d’idées originales, il cassait la ritournelle classique des menus sur tableau noir dans son premier restaurant, déclinant simplement les ingrédients principaux (viandes et poissons) en trois cuissons et apprêts-surprises du jour. Bref, avec Apollo, on ne sait jamais à quoi vraiment s’attendre, mais c’est toujours délicieux.

Dans ce nouveau Bistro Apollo Concept, ouvert presque en face du premier, c’est un peu le même topo. Plus abordable mais toujours aussi surprenant. L’ancien local de banque, vaste, a été reconverti en salle franchement confortable, où dominent le blanc et la nature, grâce à deux immenses troncs d’arbres faisant office de piliers. À droite, un bar bien équipé. Au fond à gauche, une cuisine ouverte, comme il est désormais de coutume dans les endroits branchés. Au mur, un simple et petit tableau noir présentant le menu, de manière bien énigmatique…

AU MENU

Nous avons eu le temps d’apprécier un premier verre de bonnes bulles (une bouteille apportée par nos soins, le restaurant ne disposant pas encore de permis au moment d’écrire ces lignes), tout en essayant de comprendre le mystère du tableau noir. La première colonne, facile: ce sont les entrées et les plats bistro proposés à très bons prix. Une assiette de charcuterie, une salade, un burger et une pâte du jour. Des offres élaborées en toute simplicité. À l’autre bout, c’est aussi très clair: des pizzas. Cinq versions dont une appétissante maghrébine, saucisses merguez et citron confit. Entre les deux, ça se complique. Mais vous allez comprendre.

Première colonne: caille, porc, agneau, sole… Deuxième colonne: inspiration, racines, vert et wok. Troisième colonne: érable, bleu, petits fruits, diable, vierge, yogourt curcuma. Vous avez deviné? L’ingrédient principal, les légumes et les sauces, froides ou chaudes. Un intéressant chassé-croisé qui vous permet de composer une assiette à votre goût.

Mais nous n’avons pas encore terminé. Maintenant, il faut choisir. Avec l’aide du serveur, et un peu de temps (comment feront-ils quand la salle sera pleine?!), il faut monter une composition judicieuse. Exemple: la caille est farcie au foie gras et à la truffe. Pas de sauce au bleu avec ça, trop puissant. Diable? Peut-être, mais n’est-elle pas trop relevée pour le délicat foie gras? Bien, ce sera la sauce à l’érable, un mariage plus naturel. Et les légumes? Tout dépend de leur assaisonnement, qu’il faut vous faire expliquer en détail, au risque de jouer une combinaison malchanceuse… Ce soir, ce sera le wok, un sauté à l’asiatique. On verra bien!

Avant, la salade. Joli mesclun musclé, très frais, mélangeant toutes sortes de jeunes pousses, carottes finement râpées et vinaigrette légère. L’autre entrée, une soupe, est crémeuse, composée de légumes-racines de fin de printemps et agrémentée de pousses de betterave ravissantes. Efficace et savoureux.

Revenons à notre caille. La bête est bien farcie de foie gras, délicat, mais la truffe ne s’exprime pas assez. En fait, on la cherche. La sauce à l’érable, telle une laque, est courte et parfumée, pas trop sucrée. Le sauté de légumes est cuit à point, impeccable. On aime.

L’autre choix: l’agneau. C’est une longe cuite avec précision, rosée, finement tranchée, qui s’accompagne fort bien d’une sauce aux petits fruits rouges, encore une fois assez légère mais odorante, pas trop appuyée. Les légumes verts (bette à carde et épinards), préparés avec finesse, marquent un autre point. Merci, chef!

DOUCEURS

Il y a une assiette de fromages si ça vous chante. Nous avons préféré un bon vieux royal au chocolat, tout à fait agréable. Ou ce crumble de pommes au caramel écossais, un poil trop sucré, cependant. Rien d’épatant, mais infaillible.

EMBALLANT /

Découvrir la cuisine d’Apollo à prix raisonnable, c’est possible. Surtout si vous choisissez les entrées et plats du jour ou les pizzas. Les plats principaux, avec soupe ou salade, sont moins abordables, même s’ils valent largement leur prix. Vous vous amuserez bien à composer votre assiette, avec l’aide d’un service courtois et sympathique. Avant de réserver, demandez si vous pouvez encore apporter votre vin. Sinon, ce sera une sélection privée, vendue à prix coûtant plus 7 $. Une aubaine.

DÉCEVANT /

Il faut jouer le jeu du chassé-croisé, sinon vous risquez de trouver l’expérience pénible. Il faut de l’attention et de la mémoire pour retenir les divers ingrédients des plats, légumes et sauces. Giovanni semble lui-même trouver son concept un peu compliqué!

COMBIEN? /

Comptez une trentaine de dollars pour une entrée, une pizza et un dessert. Le prix des plats principaux, avec soupe ou salade mais sans dessert, oscille entre 25 $ et 35 $.

QUAND? /

Les midis du lundi au vendredi. En soirée, de 17 h 30 à 23 h. Brunch le dimanche.

OÙ? /

Bistro Apollo Concept
6422, boulevard Saint-Laurent
Réservations: 514 276-0444
www.apolloglobe.com

Pour d’autres critiques, consultez le site www.guiderestos.com

Chassé-croisé gastronomique Critique par - 2009-06-11
Cote: 3

Partagez cette page

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

Infolettres